- Publicité -

Jérémie Lararaudeuse vice-champion d’Afrique du 110m haies

L a deuxième journée des championnats d’Afrique d’athlétisme a été surprenante pour le clan mauricien hier au Complexe Sportif de Côte D’Or. En effet, le hurdler Jérémie Lararaudeuse (21 ans) a décroché la première médaille pour Maurice, soit l’argent. De son côté, au 100m, Noa Bibi (21 ans) s’est approché d’un centième du record national lors de la finale.

- Publicité -

Alors que Maurice avait décroché sa dernière médaille lors de cette compétition au 110m haies en 1996, soit le bronze de Judex Lefou, hier, après 26 ans, Jérémie Lararaudeuse a été surprenant. Aligné au cinquième couloir, et malgré un départ plutôt lent, lors des dernières foulées, le Mauricien a rattrapé son retard et a décroché la médaille d’argent dans un temps de 13”55. Un chrono qui pouvait signifier une nouvelle marque nationale, mais un vent trop favorable de +4.8m/s a gâché la fête. Cependant, le hurdler mauricien a pris le dessus sur le recordman sud-africain Antonio Alkana, qui a terminé en bronze (13”59), alors que la médaille d’or est revenue à l’Algérien Amine Bouanani en 13”26.

Même si les 10”14 de Noa Bibi ne seront pas homologuées, le sprinter s’est approché d’un
centième du record
national de l’épreuve reine

« C’est un sentiment de fierté que d’avoir remporté cette médaille. Sur la ligne de départ, je dois dire que j’étais dans ma bulle et je ne pensais même pas à mes adversaires, car je voulais faire ma course. Je veux à chaque sortie montrer que je suis une meilleure version de moi-même, et là je pense que j’ai fait le boulot. Je dois remercier ma famille, mon sponsor Alteo, Christophe Du Mée, qui m’ont permis de me perfectionner en France. C’est le fruit de tant d’efforts que je récolte aujourd’hui », nous dit le hurdler. Après avoir remporté la médaille d’argent aux championnats d’Afrique cadets et juniors, Jérémie Lararaudeuse inscrit son nom dans cette compétition africaine chez les seniors cette fois.

En finale du 100m, le record national (10”13) de Stephan Buckland ne tient qu’à un fil. Prenant la septième place de l’épreuve reine, Noa Bibi a arrêté son chrono en 10”14. Mais avec un temps très venteux, l’anémomètre a montré une marque de +4.5m/s. De ce fait, le temps réalisé par le sprinter mauricien n’a pu être homologué. Si cette finale a été remportée en 9”93, soit une première sur le sol mauricien, et cela grâce notamment au meilleur performeur mondial, le Kenyan Ferdinand Omanyala, Noa Bibi ne peut que savourer sa montée en puissance. « L’objectif premier était de courir sous les 10”30. J’ai fait beaucoup mieux que je ne l’espérais, mais le vent à Maurice est un adversaire coriace. Je ne peux m’arrêter là. Durant les prochains mois, j’aurai en tête d’inscrire un nouveau record national. Mais pour cela, je dois encore travailler et je suis convaincu que le meilleur reste à venir », fait ressortir Noa Bibi.

Si ces deux athlètes sont des produits purement locaux, ils ont été découverts par Georges Vieillesse, qui démontre malgré son humilité, tout son savoir-faire sur le sprint. « Ces deux gars ont grandi sous mes yeux et j’ai essayé de les faire progresser. Jérémie a une mentalité de gagnant, alors que Noa, depuis quelques mois, a vu ce qu’il valait. Je suis fier de leur performance et je dois dire qu’ils ont encore une grosse marge de progression. Ils n’ont que 21 ans », nous dit Georges Vieillesse.

 

 

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour