- Publicité -

Jouer aux échecs ! Êtes-vous partant?

Les échecs ou le chess, jeu de stratégie par excellence, introduit dans le cursus scolaire de nombreux pays à travers le monde, ne cesse de faire ses preuves comme un merveilleux outil pédagogique. Quand l’humanité est contrainte à se confiner, nombreux sont les internautes qui sont retournés vers les jeux de leur jeunesse, en l’occurrence le Chess. Jouer aux échecs en ligne est très en vogue…pour le grand plaisir des échéphiles !

- Publicité -

L’enfance est-elle une phase propice pour apprendre les rudiments du jeu d’échecs ? Comme chaque enfant évolue à son propre rythme, les experts s’accordent à dire qu’il est difficile de préciser à quel âge ce dernier est en mesure de porter un réel intérêt pour les échecs. Quoi qu’il en soit, tout enfant étant capable de retenir du moins les noms des pièces et certaines règles de base du jeu, fait définitivement un premier grand pas vers le développement de ses compétences et de ses aptitudes que sont la concentration et la mémorisation.

Or, quand un enfant ou un adolescent rejoint le panthéon des champions, n’est-ce pas prodigieux ? Le Norvégien Magnus Carlsen, l’actuel Champion du monde au jeu d’échecs, surnommé le Mozart des échecs, s’est vu décerner le titre prestigieux international de Grand Maître…à l’âge de 13 ans!  Un autre de ces enfants qui excelle dans ce monde en noir et blanc du jeu d’échecs est né au Bangladesh. Il s’appelle Fahim. À seulement 7 ans…le petit Fahim remportera le tournoi de Calcutta !

Fahim est hélas contraint à l’exil quand la guerre fait rage dans son pays natal. Xavier Parmentier et Sophie Le Callenec, dans leur recueil intitulé Un Roi clandestin, vous font (re)découvrir le récit déchirant de ce petit bout d’homme sans papiers, arraché à sa terre natale. Malgré son isolement social et sa précarité dans la ville de Paris aux côtés de son père, rien ne désarçonnera Fahim. Sous l’œil bienveillant de son entraîneur, le petit Bangladais décrochera le Championnat de France au jeu d’échecs…à l’âge de 11 ans! Après son exploit royal, le Champion tacticien en herbe sortira-t-il de la clandestinité ?

Immisçons-nous dans l’univers ludique de Fahim et de Magnus…un monde où autodiscipline et patience sont les maîtres mots. Saviez-vous que l’ancêtre du jeu d’échecs, dont l’origine a longtemps fait l’objet de nombreuses controverses, est l’œuvre de Sissa, un Sage originaire du nord de l’Inde? En effet, au VIème siècle, Sissa inventa le chaturanga dans le but de divertir le monarque. Chaturanga, terme qui vient du sanskrit, fait allusion aux quatre divisions de l’armée indienne traditionnelle de l’époque dont les chars, les éléphants, les cavaliers et les fantassins. C’est le Rajah ou le Roi qui exécute les ordresQuant au jeu, quatre adversaires s’affrontent. Chacun dispose d’une armée de huit pièces. Le chaturanga est donc le jeu des quatre rois.

Les pièces du chaturanga étant hétéroclites et irrégulières, leur uniformisation de même que celle des échiquiers s’imposent. Ce n’est qu’en 1849 que les pièces du jeu d’échecs telles que nous les connaissons aujourd’hui sont standardisées. Ainsi, le design Staunton attribué au champion anglais Stauntonest adopté comme la norme pour les tournois internationaux.

Les jeux d’échecs de tournoi ne sont certes pas à la portée de toutes les bourses. Leur prestige et leur valeur marchande sont évalués par rapport à la perfection de la sculpture, exigeant symétrie et finesse. Travaillées à la main à partir du bois noble tels que le palissandre, le buis ou l’ébène, ces pièces d’échecs sont une véritable oeuvre d’art.

Un jeu d’échecs moderne qui se joue à deux, est constitué d’un échiquier de 32 cases claires et 32 cases sombres. Chaque échéphile jonglera avec seize pièces. King ou Roi, Queen ou Reine/DameBishop ou Fou, Tour ou RookKnight ou Cavalier et Pawn ou Pion…tel est le tableau de l’échiquier. Est-il besoin de préciser que Bishop fait référence à la mitre ou à la coiffure de l’évêque et fou, au chapeau que portait le bouffon du roi au Moyen âge? Le but du jeu est de placer le roi adverse par le biais d’une attaque dans l’impossible situation de se soustraire d’une menace. Échec et mat !…le roi est vaincu ! 

Jadis, une simple partie du jeu pouvait durer jusqu’à quatorze heures! Il fallait donc trouver un moyen pour gérer le temps de chaque joueur. C’est ainsi que la fameuse pendule d’échecs fait son entrée pendant des tournois d’échecs.

Sport cérébral…un échéphile de haut niveau pouvait perdre plusieurs kilos durant un championnat! En 1984, le champion d’échecs russe Anatoly Karpov perdait effectivement dix kilos en cinq mois d’intense réflexion lors du championnat d’échecs contre le légendaire Garry Kasparov.

L’histoire des échecs est surtout marquée par un tournoi pas comme les autres. Cela se passe en pleine Guerre froide entre les États-Unis d’Amérique et l’Union Soviétique. Le joueur soviétique Boris Spassky, champion mondial, et l’Américain Bobby Fischer disputeront un duel de légende face à un échiquier. C’était en 1972.

Chez nous, si les échéphiles mauriciens se réunissent grâce à la Mauritius Chess Federation, la Fédération internationale des échecs (FIDE), à travers les Olympiades des échecs, ne donne-t-elle pas l’occasion aux meilleurs échéphiles du monde entier de faire montre de leur talent ?

Et qu’en est-il des femmes échéphiles? La Hongroise Judith Polgar, reine des échecs et première championne à se démarquer dans le monde masculin échiquéen, a été sacrée Grand Maître à l’âge de 15 ans ! Pourquoi la gent féminine se fait-elle toujours rare dans le royaume des échecs? Et pourtant quelle ironie! La Queen ou la Reine n’est-elle pas la pièce la plus puissante et décisive du jeu d’échecs? 

Échec et mat !  À quand votre tour !

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour