- Publicité -

La MCCI identifie deux zones d’ombre, le vieillissement et la dépréciation

Sonnette d’alarme: « The younger generation is overrun by drug and substance abuse »

- Publicité -

La Chambre de Commerce souligne l’urgence de l’efficience portuaire en marge des bouleversements de la Supply Chain sut le plan international

Alors que l’économie locale est toujours en train de s’adapter aux conséquences de la pandémie, le monde est de nouveau frappé par les implications défavorables de la guerre russo-ukrainienne. En outre, l’économie mauricienne fait face à des problèmes endogènes, dont une population vieillissante et la dévaluation de la roupie, et se dirige vers un tournant qui nécessite une action nationale plus urgente et plus ciblée. C’est ce qu’estiment les auteurs du State of The Economy Report, publié par la Mauritius Chamber of Commerce and Industry (MCCI).

La pandémie a entraîné des répercussions majeures sur le plan de l’approvisionnement, se répercutant sur le coût des intrants, comme en témoignent les pénuries d’approvisionnement dans certains secteurs, tels que la construction et l’industrie manufacturière. Mais la MCCI estime que « signs are sprouting at this juncture indicating that the economy of Mauritius is showing slow recovery », tout en précisant que « wariness is necessary, particularly amidst the prevailing buoyant sanitary conditions, as the advent and proliferation of emerging precarious variants that resist immunization may pose a threat ».

Forte dépendance des importations

Malgré une reprise économique lente, les menaces pèsent toujours sur l’économie locale comme une épée de Damoclès. La pandémie, la guerre en Ukraine, la flambée des prix de l’énergie, les perturbations dans l’approvisionnement, les pénuries, la hausse de prix des matières premières exacerbée par les coûts du transport maritime et aérien, la hausse des prix des produits agricoles, la pénurie de main-d’œuvre et la dépréciation de la roupie, entre autres, entraînent une flambée des prix des produits de base et des services « en raison de la forte dépendance de Maurice vis-à-vis des importations », explique la Chambre. Cela, alors que l’inflation prend une courbe inquiétante.
Dans un tel contexte, il n’y a pas 36 solutions pour renforcer le tissu économique mauricien : « The key to achieving success lies in the pursuit of an innovative approach by adopting  new policies aimed at fuelling GDP growth by strengthening export diversification, attracting  investment and retargeting the inflow of tourists in an effort to increase foreign exchange  reserves. In addition, to cushion and sustain economic gains, the island has the foresight to  harness young entrepreneurs as well as innovative technological strides », souligne la MCCI.

Fuite des cerveaux

2022 s’annonce comme une année charnière et un moment critique pour répondre aux besoins pressants de la population, explique la Chambre. Car les défis sont nombreux, notamment après l’effondrement du secteur touristique (-80% en 2020 et -37% en 2021) et la dégradation du déficit du compte courant de 19% du PIB en 2020 à 24% en 2021. Quant au chômage, il s’est accru de 9,2% en 2020 à 9,4% en 2021. Cela alors que la fuite des cerveaux devient un problème inquiétant, souligne la Chambre.
Le rapport attire également l’attention sur le fait que « the younger generation of the Mauritian population is overrun by drug and substance abuse, thereby incurring a decline in labour force as well as productivity ». En insistant pour des « policies through the provision of proper educational opportunities, awareness raising, training and capacity building, investment in human capital, would eventually contribute to an improvement in the island’s labour productivity ».
Quant aux prévisions de croissance économique pour l’année en cours, le rapport souligne : « It is anticipated that the economic pick-up will hold steady, however, the growth rate may be somewhat slower. Thence, based on the forecast of the MCCI, real GDP growth is projected to hit 6.2 % for the year 2022. »
Au chapitre “The exchange rate challenge”, le document de la MCCI souligne que « the main reason for the depreciation of the MUR is the significant shortfall of foreign currency caused primarily by the halt in tourism activities as well as disruption of some of the economic activities ».
Le rapport montre que la roupie s’est dépréciée de 20% face au dollar américain, de 32% face à la livre sterling et de 22% face à l’euro (février 2022). Dans son analyse sectorielle, le State of The Economy Report mentionne que les recettes touristiques du pays se sont effondrées. « Data from Statistics Mauritius indicate that tourist arrivals which stood at approximately 1.4 million in 2018 and 2019, fell considerably in 2020 by 78%, to 308,980. Consequently, tourism earnings fell by 72% from Rs 63 billion to Rs 18 billion during the same period », note le rapport.
Évoquant les opérations portuaires, la MCCI indique qu’avec les transformations intervenant dans le monde de la “supply chain” et des changements apportés par les lignes maritimes, l’efficience portuaire « is paramount to sustaining the competitiveness of locally manufactured products in export markets ». Et d’insister : « The Mauritian port should aim boosting its facilities and improving its services in various spheres, including freight and cargo handling, bulk shipping, bunkering, vessel maintenance towing and other port services. »

—————————————
Population vieillissante : le dilemme
La tendance actuelle à la baisse des taux de fécondité (de 2,3 en 1990 à 1,40 en 2020) et les augmentations observées de l’espérance de vie ne peuvent qu’entraîner un vieillissement croissant de la population mauricienne. Entre 2010 et 2019 et au-delà, l’espérance de vie (à la naissance) des hommes et des femmes s’est allongée pour atteindre 70 et 77 ans respectivement. De tels changements peuvent entraîner de multiples dilemmes économiques et sociaux, prévient le rapport de la MCCI, tels que des dispositions fiscales et financières à plus long terme, des budgets de soins de santé plus importants pour la population âgée, les défis liés à la sécurité sociale et aux pensions, et les préoccupations relatives à la qualité de vie.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour