- Publicité -

La ministre Dookun confirme : 4 enseignants et un Caretaker décédés de la Covid

  • 3 358 cas positifs enregistrés au sein de la communauté scolaire au trimestre
  • La VPM Dookun-Luchoomun se veut prudente quant à la suite de l’année académique préférant attendre le début de l’année prochaine

La Vice-Première ministre et ministre de l’Éducation, Leela Devi Dookun-Luchoomun, a confirmé cinq décès au Covid-19, dont quatre enseignants et un caretaker. Mais, elle n’a pas pu donner d’indication sur la présence du variant Delta. Elle répondait à des interpellations du député Mahend Gungapersad sur les répercussions de la pandémie en milieu scolaire. A une autre interpellation du même député, elle n’a pas voulu s’aventurer pour se prononcer sur la durée de l’année académique en cours avec un éventuel trimestre supplémentaire et les examens de fin de cycle se tenant vers en octobre et novembre de l’année prochaine.

- Publicité -

Ainsi, du 13 septembre au 9 novembre 2021, 3 358 cas positifs au Covid-19 ont été enregistrés au sein des établissements scolaires. Il s’agit de 2407 étudiants, 951 enseignants et membres du personnel non-enseignant. Tous ont dû s’auto-isoler pour des traitements. Le ministère a appris avec beaucoup de regret, a-t-elle ajouté, que quatre enseignants, dont trois de collèges d’État et un d’un collège privé, ainsi qu’un caretaker d’une école primaire du gouvernement, sont décédés des suites du Covid-19.

Gungapersad : Ne pensez-vous pas que si on avait fermé les écoles plus tôt, on aurait pu éviter toutes ces situations ?

Dookun-Luchoomun : J’ai répondu à des questions à ce sujet à plusieurs reprises. À travers le monde, on passe par des moments très difficiles. L’Unicef et l’Unesco ont dit qu’il fallait éviter, autant que possible, la fermeture des écoles. Nous avons choisi de fermer, pour la sécurité de nos enfants, à un moment où l’on a senti que c’était nécessaire. Il ne faut pas oublier que les enfants doivent poursuivre leurs études. La continuité pédagogique est très importante. Nous avons fermé quand c’est devenu nécessaire.

Lobine : Le gouvernement envisage-t-il la vaccination des enfants de moins de 12 ans ?

Dookun-Luchoomun : À ce jour, en prenant en considération le nombre de vaccins disponibles dans le pays, on prévoit la vaccination à partir de grade 7. Pour le moment, nous avons vacciné les étudiants à partir de 15 ans. Une fois que nous aurons terminé avec ce groupe d’étudiants, nous nous occuperons des plus jeunes.

Gungapersad : Les étudiants ayant connu des tragédies au sein de leurs familles ont-ils eu droit à un soutien psychologique par des professionnels ?

Dookun-Luchoomun : Les National Education Counselling Services du ministère travaillent en effet avec les familles et les étudiants qui ont demandé de l’aide.

Mahend Gungapersad a également interpellé la VPM et ministre de l’Éducation sur les cours en ligne et à distance. Elle a fait comprendre que le ministère dispose déjà d’une National Education Resilience Strategy pour les situations d’urgence. Celle-ci prévoit la diffusion de programmes éducatifs à la télévision pour les étudiants de grades 1 à 9. Ceux de grade 7 à 9 peuvent également se connecter au Student Support Portal. Ceux de grades 10 à 13 bénéficient des cours en ligne sur différents supports, dont Microsoft Teams, Zoom, WhatsApp et Google Classrooms.

Ces dispositions avaient déjà été communiquées à tous les stakeholders et ils ont été nombreux à afficher leur satisfaction sur la décision du ministère de procéder avec les cours en ligne. En ce qui concerne le suivi, le ministère a mis en place un mécanisme, avec la collaboration du Primary Directorate et le département de Quality Assurance.

La VPM et ministre de l’Éducation a précisé : « le monitoring est destiné aux analyses internes et aux actions à prendre au niveau du ministère de l’Éducation. Il a ainsi été noté que les cours en ligne et à distance ont été bénéfiques aux étudiants. Les derniers résultats du PSAC, NCE, SC et HSC l’ont d’ailleurs démontré.»

Gungapersad : Qu’est-ce que le ministère a fait à ce jour, pour s’attaquer à la question de la fracture numérique ? Que fait le ministère pour assurer que les étudiants issus de familles vulnérables aient aussi droit à l’éducation en cette période ?

Dookun-Luchoomun : Comme je l’ai déjà dit à plusieurs reprises à l’Assemblée, le ministère de l’Intégration sociale a distribué des tablettes aux enfants de grades 10 à 13, dont les parents sont inscrits au Social Register Mauritius. Plus de 7000 familles ont également été connectées à Internet, à travers Mauritius Telecom.

Ameer Meea : Concernant les écoles privées, que ce soit primaire ou secondaire, il y a eu des cours en ligne pour tous les étudiants. Ce n’est pas le cas dans les collèges d’État pour les grades 7 à 9. Vu que les enseignants ont déjà leur emploi du temps et du fait que les programmes diffusés à la MBC sont très limités, pourquoi ne pas faire les cours en ligne ?

Dookun-Luchoomun : Les programmes à la télévision sont préparés par le MIE, en collaboration avec les officiers du ministère et sont basés sur le syllabus. Il y a également une mise à jour du Student Support Portal. Même si ces deux supports sont préconisés pour les étudiants de grades 7 à 9, cela ne veut pas dire que les enseignants ne sont pas en contact avec leurs élèves à travers des plateformes comme WhatsApp. Nous avons un format, que les enseignants peuvent complémenter avec d’autres supports.

Ramful : Le ministère a-t-il fait un relevé du pourcentage de participation aux cours en ligne pour le deuxième trimestre ? La ministre est-elle satisfaite de ce taux de participation ?

Dookun-Luchoomun : Le département de Quality Assurance travaille en collaboration avec les responsables d’établissement pour cela. Ces derniers s’assurent que les enseignants font leurs classes comme prévu par le ministère.

Gungapersad : La ministre est-elle au courant que parmi les collèges d’État, certains assurent des cours pour toutes les matières, tandis que d’autres, couvrent quelques matières seulement. Il y a une disparité. S’il y avait un protocole clair pour les cours en ligne, cela aurait été mieux pour les enfants. Par ailleurs, qu’est-ce que le ministère a prévu pour les étudiants de l’Extended Programme qui doivent prendre part aux examens du NCE ?

Dookun-Luchoomun : Comme je l’ai dit plus tôt, l’un n’empêche pas l’autre. Il y a des enseignants qui sont en contact avec leurs élèves, même s’il y a des cours à la télévision et sur le Student Support Portal. Le ministère a prévu ces deux supports pour les grades 7 à 9, mais les enseignants peuvent compléter sur d’autres plateformes. En ce qui concerne l’Extended Programme, il y a un suivi au niveau des collèges.

Pour ce qui est de la durée de l’académique, la ministre de tutelle a préféré jouer la prudence. Elle a fait comprendre au député Gungapersad que « ce serait prématuré de vouloir se prononce, à ce stade, si ce sera nécessaire d’ajouter un trimestre supplémentaire en vue de tenir les examens à la fin de l’année prochaine, soit régularisant su même coup l’année scolaire. Ce serait préférable d’attendre la rentrée de l’année prochaine. En attendant, je demanderai à tous les étudiants de rester appliqués », a-t-elle déclaré en substance.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour