L’année 2020 prend fin avec des événements annonciateurs d’une rentrée chaude à l’orée de 2021. Yogida Sawminaden, malgré le fait qu’il se soit muré dans le silence, s’est présenté ce mardi en cour, où il avait été convoqué dans le cadre de la Private Prosecution intentée contre lui par Simla Kistnen, veuve de Soopramanien Kistnen. Toutefois, un “ruling” de la magistrate Bibi Zeenat Cassamally a été rendu pour qu’il accepte d’intégrer le box des accusés, à l’instar de n’importe quel “accused party”. C’est donc là qu’il se placera à la reprise de l’affaire, le 7 janvier prochain.

À sa sortie de la cour, le ministre a été hué par une foule venue manifester sa sympathie à la famille Soopramanien. Devant cette assistance enthousiaste, les avocats de la défense, réunis dans un collectif baptisé Avengers, n’ont pu résister à la tentation de s’adresser aux gens présents pour présenter le “ruling” de la cour comme « une première victoire ». Pour sa part, la police a annoncé l’ouverture d’une enquête sur ce rassemblement organisé devant la cour. Ce qui ne manquera assurément pas de faire du bruit.

Au même moment aux Casernes centrales, l’ancien commissaire de police, Mario Nobin, aujourd’hui commissaire des prisons, a été arrêté sous une accusation provisoire de “Using office for gratification”. Les fêtes de fin d’année ne seront donc pas de tout repos pour les principaux concernés. D’où la question : sur quoi débouchera tout ce tumulte en cette d’année riche en “affaires” de toutes sortes ? D’abord, il faut rappeler que dans notre système judiciaire, toute personne est innocente jusqu’à ce qu’elle soit trouvée coupable par une cour de justice. Il importe donc, dans ces affaires riches en émotion, de garder la tête sur ses épaules et de ne pas se laisser emporter par des passions populaires et les motivations les plus variées, si ce n’est par le désir de la recherche de la justice. À ce propos, il serait intéressant de savoir ce que pensent les sages du Barreau, en particulier le groupe des Senior Counsels de la Constitution, du groupe d’avocats sous l’appellation d’Avengers et de l’organisation des rassemblements parallèlement à la tenue d’un procès en cour.

Par ailleurs, on a vu dans un passé récent des ministres être révoqués ou forcés à la démission en attendant la fin d’une enquête dont il fait l’objet. Ivan Collendavelloo est un des exemples les plus récents. Devant son refus de soumettre sa démission dans le cadre de l’enquête sur les moteurs de la centrale Saint Louis, il avait en effet été tout simplement révoqué. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, et le ministre du Commerce, Yogida Sawminaden, sont donc placés devant leurs responsabilités.

Mais il n’y a pas que des nuages sombres à l’horizon, car il y a également des signes positifs indicateurs de bonnes nouvelles. En Europe, la Grande-Bretagne et l’Union européenne sont en effet enfin arrivées à un accord pour un divorce à l’amiable. Maurice continuera, elle, à bénéficier d’un accès en franchise de droits en Grande-Bretagne et sans contingent pour tous les produits, y compris ceux présentant un intérêt élevé pour les exportations, tels que le sucre, le thon, les produits agro-industriels et les vêtements, et ce, dans des conditions similaires à celles de l’ESA IEPA de l’UE. Les règles d’origine applicables sont également similaires à partir du 1er janvier. La zone de libre-échange pour le continent africain entre en vigueur le 1er janvier ainsi que l’accord de libre-échange avec la Chine. La balle est dans notre camp. Il nous revient de profiter des nouveaux marchés et des nouvelles possibilités qui s’offrent désormais à nous.

Sur le chapitre de la COVID-19, il est vrai que la nouvelle variante qui est apparue en Grande-Bretagne, mais aussi en Afrique du Sud, est source d’inquiétude. Mais dans le même temps, les progrès concernant les vaccins s’accélèrent. En plus de deux vaccins de Pfizer déjà en circulation, celui d’Oxford AstraZeneca s’apprête à recevoir l’aval des autorités britanniques, d’une part, et des autorités indiennes d’autre part. Espérons que les autorités mauriciennes commencent dès maintenant à placer les commandes nécessaires. Le vaccin est la clé de la relance économique du pays, sans toutefois négliger les mesures sanitaires jusqu’à nouvel ordre.
Bonne année 2021 à tous !