MÉLANIE THÉODORE

En tant que citoyenne et parent, le communiqué (émis par la GIS le 18 mai 2021) des autorités concernant l’ouverture des crèches et la vaccination du personnel de celles-ci m’interpelle. On mentionne que se faire vacciner est une responsabilité et un appel à la collaboration de tous. Puis, il est mis en exergue : « Li osi sinp, si pa vaksine nou pa pou kapav reouver nou bann lakresh… ». À mon humble avis, de tels propos pourraient être problématiques pour le personnel, les parents et la population. Premièrement, la vaccination est un choix, une décision personnelle. On parle de l’inquiétude des parents, qu’en est-il de celle du personnel, qui pourrait interpréter l’appel à se faire vacciner rapidement comme une contrainte. Deuxièmement, la vaccination selon certaines études pourrait réduire mais pas éliminer la transmission de la maladie. Voici ce que dit l’Organisation mondiale de la Santé concernant le vaccin Sinopharm, actuellement administré dans nos centres :

« How efficacious is the vaccine? « A large multi-country Phase 3 trial has shown that 2 doses, administered at an interval of 21 days, have an efficacy of 79% against symptomatic SARS-CoV-2 infection 14 or more days after the second dose. Vaccine efficacy against hospitalization was 79%.

The trial was not designed and powered to demonstrate efficacy against severe disease in persons with comorbidities, in pregnancy, or in persons aged 60 years and above. Women were underrepresented in the trial. The median duration of follow-up available at the time of evidence review was 112 days.

Two other efficacy trials are under way but data are not yet available. »

« Does it prevent infection and transmission? There is currently no substantive data available related to the impact of COVID-19 vaccine BIBP on transmission of SARS-CoV-2, the virus that causes COVID-19 disease. In the meantime, WHO reminds of the need to maintain and strengthen public health measures that work: masking, physical distancing, handwashing, respiratory and cough hygiene, avoiding crowds and ensuring adequate ventilation » – WHO, 10 May 2021.

Voici à titre comparatif ce que National Geography Science publie à propos d’autres vaccins, tel Pfizer BioNtech:

« Les essais cliniques portant sur les vaccins de Moderna, Pfizer-BioNTech et Johnson & Johnson ont mesuré l’efficacité de chaque vaccin dans la prévention de formes sévères de la maladie, et non pas sa capacité à bloquer la transmission du virus. ‘Honnêtement, la transmission n’était pas la priorité à ce stade des essais’, témoigne Kindrachuk. ‘Il fallait s’assurer que les sujets ne tombent pas malades’.» [https://www.nationalgeographic.fr/sciences/les-vaccins-limitent-la-transmission-de-la-covid-19]

Nul besoin d’être grand clerc pour comprendre qu’une personne vaccinée peut être infectée, et à son tour en contaminer d’autres. Ce communiqué ne néglige-t-il pas le risque de transmission, bien présent même si on a été vacciné ? Dire que se faire vacciner protégerait les enfants ne constitue pas pour autant une panacée. Au contraire, être trop convaincu de l’efficacité du vaccin ferait baisser la garde de tout un chacun. Sans oublier que les enfants ont la réputation d’être des porteurs asymptomatiques. Néanmoins, ce qui rassurerait, c’est une formation des auxiliaires et puéricultrices aux risques de transmission, le respect rigoureux des gestes barrières et de l’hygiène, la mise en place de protocole pour les allées et venues à la crèche, faire preuve de professionnalisme, sensibiliser les parents concernant les mesures sanitaires quand l’enfant n’est pas à la crèche. Que le personnel, comme tout bon citoyen d’ailleurs, adopte un comportement vigilant à tout moment et une attitude responsable au sein de la société !