MONIQUE DINAN

La famille religieuse des Franciscaines Missionnaires de Marie a été fondée en Inde en 1877 par Mère Marie-de-la-Passion, dans le monde Hélène Marie Philippine de Chappotin de Neuville, qui naquit dans une famille catholique de petite noblesse en France en 1839. À l’âge de 21 ans, elle entra comme postulante chez les Clarisses. Mais, elle tomba malade et fut obligée de retourner dans sa famille. Après son rétablissement, son confesseur l’orienta vers la Société de Marie Réparatrice que venait de fonder Émilie d’Oultremont (1818-1878). Le 15 août 1864, elle commença son noviciat sous le nom de Marie-de-la-Passion. L’année suivante, avant ses premiers vœux, elle fut envoyée dans le vicariat de Maduré en Inde qui était sous la responsabilité des jésuites. C’est là qu’elle prononça ses premiers vœux et prit l’habit. Deux ans plus tard, malgré son jeune âge, elle fut élue supérieure de trois couvents.

Assistée par les prêtres des Missions étrangères de Paris, elle ouvrit une maison à Coimbatore. Mais des dissensions internes ayant surgi parmi les religieuses, Mère Marie de la Passion se sépara avec quelques compagnes et fonda une communauté autonome. Sur l’intervention du pape Pie IX, elle fut autorisée à fonder une congrégation missionnaire sous le nom de Sœurs Missionnaires de Marie. Les constitutions de la congrégation furent approuvées par le Saint-Siège le 6 janvier 1877 et le pape prononça son affiliation à la famille franciscaine. Elle mourut à San Remo en Italie en 1904. Le pape Jean-Paul 11 la béatifia en 2002.

Aujourd’hui les Franciscaines Missionnaires de Marie sont plus de 5000 dans 76 pays sur les cinq continents. Elles appartiennent à 77 nationalités. Elles s’adonnent à la mission universelle de l’Église avec une option préférentielle pour les pauvres et les démunis. Elles vivent dans le sillage de saint François d’Assise (1182-1226), dans la joie en menant un style de vie simple. En tant que missionnaires, elles quittent tout pour répondre aux besoins de l’Église. Elles puisent leur dynamisme missionnaire dans la prière, dans la célébration eucharistique et dans l’adoration du Saint-Sacrement. Elles ont aussi une dévotion particulière pour l’accueil de la Parole, le service des autres et la disponibilité à porter le Christ au monde. Présente dans le diocèse depuis le 3 janvier 1963, la congrégation est engagée dans divers secteurs : éducation, formation, pastorale paroissiale et diocésaine, communication diocésaine et services sociaux. La Réunion, Maurice et les Seychelles forment une province qui comprend une quarantaine de religieuses d’une dizaine de nationalités.

La communauté de Maurice compte 16 religieuses : 12 Mauriciennes; 1 Réunionnaise; 1 Française; 1 Congolaise, 1 Portugaise. Elles sont réparties dans trois fraternités.

Fraternité de Vacoas Route Royale, La Caverne No. 1, Vacoas

Fraternité de Pamplemousses Route du Jardin, Pamplemousses.

Fraternité de Chemin-Grenier

Source : Annuaire du Diocèse de Port-Louis