GUILLAUME SILAVANT

Tu vois, je m’interroge… Parce qu’on peut dire qu’on est tous un peu aux premières loges… Terrorisme et décapitations font la une des médias à sensation… Les églises sont éclaboussées de rouge et certains postent des « Boycott le Bleu-Blanc-Rouge »… Tu vois, je m’interroge…

Je le sens, tu t’interroges… C’est ton droit le plus fondamental de vouloir protéger ta religion, c’est ton Graal, c’est normal. Le respect et l’amour nous ont toujours habités. Nous, Frères que deux différentes religions avaient soudés. Ensemble, nous avons rompu le jeûne… Iftar… L’Islam, Tu me l’as partagé avec beaucoup d’égards. Tu le sais, tu t’interroges…

Nous le savons tous les deux, et point d’interrogations : tu es un homme de paix qui ne brandit pas l’épée. Tu es un être de compassion, conscient de l’importance de sa mission. Tu es Amour et tu le sèmes comme tu respires à ceux que tu inspires.

Je le crains, et je veux une réponse : j’ai peur que la colère de tes frères t’emporte dans un tourbillon qui t’électrise… J’ai peur que tu voies dans ces crimes la Justice Divine… J’ai peur de la perspective que tu dessines… J’ai peur de te perdre à cause de concepts et d’idées dont on nous bassine…Tu ne crains rien et tu as tes réponses.

Tu ne le sais pas, et je vais te dire… Ma moitié, l’autre bout de mon âme, la Gardienne de ma flamme : ma petite sœur arpente tous les jours les routes de Paris et c’est la raison pour laquelle je surgis… Et comme moi, plein de gens ici ont un bout de leur âme qui navigue sur ce territoire de drames… Je le sais, tu ne t’interroges plus.

Certains me donnent même parfois l’impression de cautionner ces actes commis par des farfelus. Des extrémistes qui ont vu ces pages, qu’avec le cœur, toi tu as lues… 2h moins quatre poussières et, à Lui, j’adresse une dernière prière…

« Éclaire les pas de mon Frère, Toi, qui sais nos bonheurs et nos enfers… Reste près de lui quand vient la nuit, pour qu’il puisse toujours revenir à la Lumière… Éclaire les pas de mon Frère, Kader… »