Madame la ministre,

Je me permets de vous écrire quelques lignes qui représentent le cri du cœur de nombreux parents, enseignants et enfants mauriciens.

Laissez-moi d’abord vous dire que je suis un enseignant dans un collège privé et pour des raisons évidentes j’écris sous le couvert de l’anonymat. Cependant, étant au cœur même de la bataille, j’espère que ceux qui sont les 《decision-makers》 seront à l’écoute. En effet, malgré les supplications incessantes des parents, vous avez choisi de vous terrer dans le silence plutôt que de nous rassurer. Je comprends que vous comptez énormément sur la campagne de vaccination pour protéger ceux qui évoluent dans le milieu éducatif; néanmoins, le nombre de cas actifs de Covid-19 ne cesse d’augmenter chaque jour et l’insouciance》 ou 《l’arrogance du pouvoir, comme l’appellent certains, finira par faire beaucoup de dégâts.

Au niveau national, nous avons le système de zones rouges mais au niveau des écoles, nous ne comprenons pas bien le système que vous adoptez. Je souhaite, en passant, vous supplier d’ignorer les conseils de celui qui vous a demandé de fermer uniquement la classe où un élève a été testé positif car les enfants ne restent pas cloîtrés dans une seule salle mais se déplacent de salle en salle dans certains collèges. Par ailleurs, comme il n’y a pas de distanciation sociale dans le bus scolaire, c’est quasiment impossible de s’assurer que d’autres n’aient pas été contaminés lors du trajet.

Enfin, sachez que les classes en présentiel ne sont pas véritablement sans faille. Ainsi, à titre d’exemple, un élève de grade 11 fera seulement une période de français par jour alors qu’il ne vient que 3 jours. Les 3 périodes de français au total ne sont certainement pas suffisantes pour préparer des élèves de grade 11 à affronter des examens dont le niveau a connu une hausse en 2020. Avec les classes en ligne, les apprenants ont cours tous les jours et pour une durée plus longue (plus de périodes par semaine).

Dans l’espoir que les points que j’ai avancés vous aideront à prendre une décision éclairée et rapide en faveur des enfants mauriciens, je vous prie d’agréer Madame, l’expression de mes salutations les plus distinguées.

M. T., Enseignant dans un collège privé