- Publicité -

Meurtre allégué : Il avoue au CID avoir poussé sa compagne dans les escaliers

Prakash Bangarigadu, âgé de 37 ans, est passé aux aveux lors de son interrogatoire dans les locaux de la Criminal Investigation Division (CID) de Quatre-Bornes. Il a confirmé avoir poussé intentionnellement sa compagne Lalita Bissessur, âgée de 42 ans) dans les escaliers à son domicile. Ce développement intervient 17 jours après le décès de la quadragénaire qui était également victime de violence conjugale. Dans un premier temps, la police avait traité ce cas comme un Fatal Fall. Mais la sœur de la victime (45 ans) soupçonnait qu’il y avait eu un acte malveillant et elle avait demandé à la CID d’approfondir son enquête.
C’est le 5 novembre que la quadragénaire a consigné une déposition à la police de Quatre-Bornes où elle s’est présentée comme la grande sœur de Lalita Bissessur, plus connue comme Reshma. Cette dernière vivait en concubinage avec Prakash Bangarigadu, route Bassin, Quatre-Bornes, depuis trois ans. Le couple n’avait pas d’enfant.
Le 31 octobre, la plaignante a affirmé que Reshma Bissessur l’a contactée pour l’informer qu’elle avait été admise à l’hôpital Victoria. Elle a ajouté que le personnel soignant avait effectué le transfert de sa soeur dans la salle d’opération pour une intervention chirurgicale.
Peu après, le suspect a appelé la sœur de la victime pour lui dire que cette dernière avait glissé et avait fait une chute des escaliers. Ainsi, elle avait subi de graves blessures. Il a précisé l’avoir traînée du lieu où elle est tombée pour la mettre sur un matelas en attendant l’arrivée du Samu.
La quadragénaire avance que le 1er novembre, Reshma l’a de nouveau appelée pour l’informer qu’après une première intervention chirurgicale, elle devait en subir une seconde, mais elle ne savait pas encore la date. La victime lui a demandé de lui rendre visite à l’hôpital.
À cause de son emploi du temps chargé, la quadragénaire n’a pu se rendre à l’hôpital. Le 5 octobre, Prakash Bangarigadu l’a appelée pour lui demander de rencontrer le médecin traitant d’urgence. Comme elle ne pouvait se rendre sur place en si peu de temps, elle a demandé au suspect de faire le nécessaire. Or, cet agent de sécurité a prétexté qu’il était souffrant. Finalement, Reshma Bissessur est décédée le lendemain et l’autopsie a conclu qu’elle a succombé à une septicémie.
Dans sa déposition, sa sœur relate que Reshma lui a confié en diverses occasions qu’elle était victime de violence physique aux mains de Prakash Bangarigadu. Mais elle n’a jamais porté plainte à la police car elle était amoureuse de lui.
Connaissant la nature de son beau-frère, la plaignante a demandé à la police de mener une enquête approfondie.
Ainsi, le trentenaire a expliqué qu’il avait eu une dispute avec Reshma Bissessur et qu’il l’a poussée dans les escaliers. Il lui a demandé de ne rien dire car il risquait la prison. Malgré sa situation, la victime n’a pipé mot sur les circonstances de ses blessures.
Désormais, Prakash Bangarigadu répond d’une accusation provisoire de meurtre après son inculpation, mercredi, au tribunal de Rose-Hill.

- Publicité -
- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour