GÉRARD TADDEBOIS

Que pourrions-nous dire sur Noël ou écrire sur l’esprit de Noël et la vraie signification de cette célébration ? Est-ce une fête universelle où les familles se réunissent pour festoyer et échanger des cadeaux ? Est-ce une fête réservée aux chrétiens et religieux pour célébrer la naissance du Christ ? Est-ce une stratégie dominante et de marketing agressif pour faire du commerce et de la consommation à outrance, notre nouveau Dieu, ou alors quelque chose de plus grand, de plus profond, de plus noble et de plus divin ?

De plus en plus, nous sommes appelés à une évolution collective de la conscience, car il y a urgence d’aller à l’essentiel. Si nous nous appuyons sur l’histoire et le discernement, on se rend compte que les religions, en devenant l’instrument des hommes, véhiculent non seulement l’essentiel, mais aussi du superflu. Elles deviennent ainsi, par moments, toxiques lorsqu’elles privilégient du rigorisme et des dogmes pesants, faisant abstraction de cet essentiel qui est, avant tout, l’amour du prochain qui rejoint le vrai esprit de Noël.

Les gens se rendent compte aujourd’hui que la religion peut apporter des repères, mais aussi enfermer et créer la violence. Aussi, si on va à l’essentiel, le meilleur de la religion demeure la spiritualité, et non le rigorisme — un cœur à cœur avec Dieu. C’est la dimension de l’esprit, c’est un message fondamental qu’on peut trouver dans toutes les religions mais qui doit aussi se vivre dans l’amour sain du prochain. Ce qui compte avant tout, c’est une vie abondante pour reprendre un extrait biblique du verset Jean 10:10, où il est surtout question du bien commun.

À mon humble avis, ce n’est surtout pas suivre aveuglément des croyances en suivant des directives et ce, sans vraiment saisir leurs spiritualités bienveillantes qu’on devrait privilégier. Voilà pourquoi, il est vraiment important d’apprendre à vivre de cette lumière bienfaitrice de l’amour et non de nos instincts égoïstes. J’ai enfin compris la vraie signification de Noël et l’esprit derrière sa célébration grâce à mon mentor, mon guide spirituel et ami, l’humble Docteur Jonathan Ravat, qui, avec son humilité, sa sincérité et son authenticité, ne se lasse jamais d’être un messager d’amour à l’instar de Christ et ce, sans s’imposer sur les croyances des autres religions et toujours dans le respect de la sensibilité de chaque être humain, qu’il soit croyant ou pas.

Voilà cette richesse que j’ai découverte

L’esprit de Noël, ce n’est pas des cadeaux aux enfants, ce n’est pas le Père Noël, ce n’est pas la frénésie du shopping, ce n’est pas que la naissance de Jésus Christ. C’est la grande fête, où on célèbre la décision d’un Dieu, qui a fait alliance avec les hommes et les femmes, afin de se connecter avec tout ce qu’il y a dans l’humanité, portée par un amour incarné, et où il se noue avec ce qu’il y a de bon et de mauvais.

Tout commence par son choix d’une étable comme lieu de naissance, où il épouse la condition de l’homme dans une façon pauvre, simple et modeste. Il faut savoir que, dans la culture juive, ce qu’il y a de pire, c’est l’impureté. Que ce soit par le sang, les règles, le sperme, la sueur, la poussière, peu importe, tout ce qui peut rendre les choses sales et impures est mauvais. Un autre exemple, l’excrément des bœufs. Et c’est justement dans un lieu d’impureté, où il y a des bœufs et des excréments, que Dieu a choisi de naître, et non dans un palace où tout brille. Il a fait le choix de naître dans un lieu de rejet, d’impureté, un lieu dit infréquentable. De surcroît, dans la culture juive, les bergers étaient aussi considérés comme des personnes indignes et des personnes de misère et ils étaient parmi ceux qui étaient à côté du Christ dans l’étable, en compagnie des mages qui, eux aussi, subissaient l’anathème du rigorisme des juifs.

Jésus a choisi un lieu de misère pour devenir un lieu de lumière. Ainsi, une étable est devenue une crèche, et un lieu, complètement indigne pour l’espèce humaine, est devenu LE lieu de lumière. Cet endroit deviendra la manifestation de l’amour et c’est là précisément que Dieu va se manifester pour déclencher LA LUMIÈRE, LA PURETÉ ET L’AMOUR.

Ce qu’on devrait souhaiter dans nos vies, c’est qu’on arrive à faire que ces lieux de notre existence, qu’on dit simples, banales, de pauvreté et d’impureté, puissent devenir des lieux d’accueil, d’hospitalité, de sourire, de rêves, d’espérance et d’amour.

À mon sens, voilà véritablement l’esprit de Noël.