Cela fait trois ans que Fanfan nous a quittés. Il avait poussé son dernier souffle à l’hospice St-Jean de Dieu le 18 août 2018. Nombreux sont ceux et celles qui l’avaient accompagné de sa petite maison de Beau-Vallon à sa dernière demeure, au cimetière de Petit Bel Air, en passant par l’église de Notre Dame des Anges. Un hommage à Fanfan n’est jamais de trop.

Fanfan. Une personnalité hors du commun. Un caractère inimitable.

Il était tout entier, toujours. Ne faisait jamais dans la dentelle.

Fanfan. Une originalité qui vous saisissait dès le premier abord.

Sa posture, son attitude, son charisme. Ses mots, ses rires, sa gouaille,

sa voix, sa gueule et ce chapeau qui lui allait si bien.

Fanfan. Une mémoire d’éléphant qui vous déverse en cascade de surprenants contes,

sirandanes, jurons, chansons ! Ce griot aux zistwar du rusé Konper Liev au malin renard Leonar et des Rapagogn – ces politiciens, hommes de loi ou hommes d’affaires véreux.    

Fanfan. Un sens du verbe infaillible. Des réparties sculptées avec dextérité.

La langue mauricienne pétillait de joie en sortant de sa bouche. Il racontait aussi son enfance à Mahébourg, sa vie de pêcheur et ses voyages à l’étranger. Des anecdotes succulentes pour le plus grand plaisir des petits et des grands.   

Fanfan. Ségatier, vétéran, piment du folklore mauricien.

Avec ses mains et ses doigts, l’oreille attentive, son talent et ses tripes,

Fanfan éveillait et excitait sa ravanne.

Séga typique, chansons engagées. Dignité des travailleurs, justice sociale,

lutte militante.

Dans ses rêves, l’espoir d’une île Maurice meilleure, d’un monde meilleur.

Fanfan et moi, nous avons été amis pendant plus de 40 ans. Avec Siven,

Saroj, Odile, Kum, Habib, Henri, parmi d’autres, au sein du Grup Kiltirel Morisien en 1977. Fête de l’Indépendance à Port Louis à minuit en 78, Sega Tipik au Trou aux

Cerfs en 90, Concert Mauricien United en 1999 au stade de Rose Hill…

Que de rencontres, de moments de partage, d’anniversaires célébrés avec ses enfants, ses petits-enfants, parents et amis. Au son de sa ravanne que nous entendons toujours… Inoubliable Fanfan !

RAMA POONOOSAMY