On the Campaign Trail | Rivière du Rempart, hier — Boolell : « Le MSM en déphasage avec la réalité mauricienne »

Arvin Boolell, leader de l’opposition, a demandé à l’électorat de la circonscription Piton-Rivière du Rempart (No 7) de se tenir prêt, car à n’importe quel moment la dissolution du Parlement interviendra pour la tenue des élections générales. Beaucoup de dates ont été évoquées pour la tenue de cette joute électorale. Certains, dit-il, ont évoqué la date du 22 août prochain à cet effet. C’était, hier, dans l’enceinte du collège Universal à Rivière du Rempart lors d’une réunion de mobilisation de l’alliance PTr-MMM-ND.

- Publicité -

« Les leaders des partis de l’opposition sont en consultations au sujet de la liste des candidats. Je peux dire que dans beaucoup de circonscriptions, le choix des candidats a déjà été fait. Ici, douze personnes ont pris la parole et ils ont pris l’engagement de faire preuve de discipline et de loyauté envers cette alliance. Nous pe al lager kot enn mons politik ki an fen de regn  ek wi kone kan, lafen koste lespri savire », a déclaré Arvin Boolell.

« L’alliance gouvernementale peut faire n’importe quoi pour s’agripper au pouvoir, mais la population a déjà fait son choix. Les jours du gouvernement Jugnauth sont comptés et le moment où il y aura la dissolution du Parlement, il y aura un sentiment de soulagement dans le pays », a ajouté le leader de l’opposition.

 »Jamais des élections générales n’ont été aussi importantes que les prochaines. Il y a de grands défis, mais aussi de grandes occasions à saisir. Richard Duval disait que lorsque vous vous mettez debout pour se battre pour une cause juste, vous devenez l’ennemi mortel du MSM. Le MSM est un parti en déphasage avec la réalité mauricienne. La grandeur de notre pays. C’est notre identité. Nous sommes le monde en miniature. Nous valorisons la coexistence pacifique. Me seki Jugnauth pe fer ek sa pei-la, se morselma la kominote morisienn. Se enn bom kominal anbilan », poursuit-il, en faisant état de la prolifération de la drogue, de l’économie parallèle, de la pénurie de devises et de la dépréciation de la roupie. Il demande ainsi à la population de bien faire son choix aux prochaines élections générales. « Kone kouma vote. Zis trwa dimounn pou gagn tiket isi. Pa lakoz sa bizin ena frustré », prévient-il.

« Le gouvernement en train d’entrainer le pays dans la balkanisation de la société. Regardez ce qui s’est passé au Liban où le port a explosé. Il faut faire très attention, car le port dispose des facilités de stockage de carburant et ils veulent embêter les gens de Roche-Bois avec le Corporate Social Responsibility. Le ministre Ramano a accordé un EIA à un projet extrêmement dangereux. Je lance un appel à tous les Mauriciens qui aiment son pays. Fode pa les Port-Louis eklater », ajoute Arvin Boolell.

Le Deputy Leader du MMM, Ajay Gunness, maintient que les élections générales ne sont pas loin. « Le leader du MSM Pravind Jugnauth n’a pas de choix cette fois-ci. Il doit rendre le pouvoir au peuple. C’est d’ailleurs l’une des principales décisions prises par le MMM en 1982 à travers une victoire de 60-0 pour inscrire dans la Constitution la tenue obligatoire des élections générales tous les cinq ans. Au cas contraire, le régime actuel n’aurait pas hésité à renvoyer les élections générales, comme il l’a fait pour les municipales à trois reprises. Du jamais vu dans l’histoire du pays. Il a renvoyé les élections municipales. Li kone li pou gagn enn bate bef dan lavil », fait-il ressortir en demandant à l’électorat de ne pas se laisser berner par les mesures budgétaires, car pendant ces cinq dernières années, « zot finn tir zi lapopilasion».

Richard Duval, autre dirigeant de l’alliance PTr-MMM-ND, a affirmé que la population n’arrive pas à rejoindre les deux bouts à la fin du mois en raison de la hausse des prix des commodités. « C’est pourquoi les gens doivent réfléchir avant d’aller voter. Il faut réfléchir comment votre vie s’améliorera après cette joute électorale. Ce pays a besoin d’un changement en profondeur et pour l’avenir de vos enfants, il faut voter en bloc pour l’opposition au No 7 », exhorte-t-il.

Raj Pentiah du parti Travailliste a abondé dans le même sens. Il a fait état des difficultés rencontrées par de nombreuses familles pour faire des achats chaque fin du mois et des promesses de l’alliance gouvernementale.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -