- Publicité -

Oopsie Daisy : Aurélie, l’accessoiriste aux mille idées

Pleine de vie, déterminée, ambitieuse, Aurélie Chong How Sian a aussi le goût du beau. L’univers d’Aurélie est fait de bulles de bonheur qu’elle colorie selon ses envies. Créatrice en solo, elle sait donner libre cours à son imagination à travers son entreprise Oopsie Daisy, spécialisée dans les accessoires.

- Publicité -

Ayant évolué dans le milieu du textile pendant deux ans, Aurélie Chong How Sian réalise que le mode de travail qui y a cours est loin de la convaincre. De fil en aiguille, loin de fulminer, elle décide de mettre à profit son talent pour créer sa propre entreprise. S’inspirant des tendances et ayant acquis de l’expérience dans une compagnie locale de textile, Aurélie se voit mieux armée pour lancer son business. Oopsie Daisy voit le jour avec un nom hors du commun auquel Aurélie s’identifie.

« Le “oops” est un mot que j’affectionne particulièrement car cela signifie une petite bêtise ou une gaffe. La petite anecdote derrière ce nom est que depuis toute petite, j’étais du genre maladroite et un peu “fofolle” sur les bords. Mes parents me disaient qu’ils trouvaient cela bizarre, comment je pouvais coudre tout en me concentrant sur d’autres travaux car j’étais si maladroite que cela allait à l’encontre de ma personnalité. Daisy, c’est tout le contraire, c’est le nom d’une fleur, simple en apparence mais féminine comme les accessoires que je crée. »

Jamais à court d’arguments, toujours des idées en pleine ébullition, Aurélie construit son petit univers d’accessoiriste. Elle a fait le choix de vivre de sa passion en créant et en conviant les gens autour de ses créations empreintes de couleurs, de strass et de paillettes. Voulant du même coup permettre aux femmes de mettre en relief leur personnalité à travers des accessoires uniques et fait main.

Aurélie démarre en solo en choisissant la méthode simple : travailler avec un seul accessoire de mode, le bandeau avec nœud et une gamme de couleurs illimitées. Ses clientes se prennent au jeu, ravies de cette petite coquetterie et la demande se fait de plus en plus pressante. « La femme mauricienne est coquette et elle aime s’accessoiriser. C’était une évidence que je devais continuer dans cette voie. »

À voir ces créations, on note sa préférence pour les couleurs, les textures, bref, tous les différents matériaux réunis pour pouvoir embellir les sacs, sacoches, bandana, pochettes. Depuis la création de son entreprise en décembre 2019, beaucoup de choses ont évolué, dont l’expansion de son commerce. Avec une machine à broder, elle donne libre cours à une variété de produits déclinés dans différentes matières. Aurélie, c’est l’accessoiriste aux mille idées.

Liberté créative

Aurélie utilise de nombreuses matières avec différentes constructions comme le coton, le denim, le satin ou similicuir pour créer de la variation autour de ces divers produits et donner un look différent à chaque femme. « Le denim est le tissu préféré de mes clientes et peut être porté au quotidien, tandis que le satin ou les paillettes sont les incontournables pour mettre du peps dans les soirées. » Pour ses palettes de couleurs, elle s’inspire des saisons et des différentes fêtes de l’année. Ainsi, pour la Noël et le Nouvel An, elle privilégie les teintes autour du rouge, du vert, du blanc et du strass.

À travers sa collection, le message qu’Aurélie véhicule est ceci : grâce à ses accessoires et tenues, dire que chaque femme est unique. Un des avantages qui découle de son métier est qu’elle a cette liberté de créer, de choisir ses projets et d’inclure les éléments qui l’inspirent. « C’est une “continuous learning curve” où on doit tout faire par soi et apprendre de ces erreurs. J’ai aussi eu la chance de rencontrer et de collaborer avec divers artistes et entrepreneurs locaux qui représentent pour moi la beauté de ce métier. Pouvoir discuter et avoir des échanges créatifs, c’est le rêve. »

En termes d’inconvénient, Aurélie s’attarde sur ce qu’elle qualifie de projets en continu. « Il faut systématiquement chercher de nouvelles idées, des clients qui vont adhérer à ma marque, à ma prochaine collection. Car une entreprise, c’est à la fois une carrière et un choix de vie. »

Le craze de sa collection à l’heure actuelle est le bandeau à nœud qui fait des émules, l’accessoire qui l’a propulsée dans le milieu des femmes entrepreneuses. Un accessoire facile à porter qui peut être offert et comme Aurélie le dit si bien, avec tout le choix de couleurs proposées, le client est capable de s’identifier à travers sa collection. Comme designer, Aurélie dira qu’elle aime créer des produits uniques qui sont sa force motrice, notamment à travers la customisation. Actuellement, elle planche sur ses prochaines créations en élargissant sa gamme de produits personnalisés par la broderie, un procédé qu’elle veut développer et pourquoi pas se tourner vers une ligne vestimentaire.

« La broderie est un autre sujet qui m’inspire. C’est une forme d’artisanat que j’ai commencée à l’université. Quand on pense à la broderie, on pense à une forme d’art utilisé par de grands ateliers de couture comme Chanel et Dior pour embellir les robe. Mais moi, j’ai cette ambition de la rendre plus accessible et d’inclure la broderie dans tous mes produits », dit-elle.

La pandémie de Covid-19 ayant mis bien des entreprises en suspens, Aurélie se tourne vers la vente en ligne via les réseaux sociaux dont Facebook et Instagram, tout en plaçant également ses produits dans des magasins. Toute la confection d’Oopsie Daisy se passe dans l’atelier d’Aurélie à Rose-Hill. Et dans ses moments de doute, elle a toujours sa famille pour l’épauler.

Comme projets pour 2022, Aurélie veut continuer sur la même voie. « Toujours innover, toujours être à l’écoute de mes clients. Il y a pleins d’idées qui flottent dans ma tête comme ouvrir une boutique, avoir des employés mais aussi persévérer et croire jusqu’au bout dans ses rêves. »

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour