- Publicité -

Phoenix Beverages Ltd : Profits affectés par la hausse du coût des matières premières

Phoenix Beverages Ltd (PBL) enregistre une hausse de 12,5% de son chiffre d’affaires pour la période de neuf mois close le 31 mars 2022, atteignant Rs 6,7 milliards, contre Rs 6 milliards pour la période correspondante en 2021. Le groupe affiche cependant une baisse de sa profitabilité à Rs 428,8 millions, comparé à Rs 439,2 millions en 2021. « The Group profit after tax has been impacted by the exceptional expenses, increased costs and lower profit from our subsidiary, Phoenix Beverages Overseas Limited (PBLOV), whose results were negatively impacted by fluctuation in exchange rates », explique la direction.

- Publicité -

Le résultat a également été affecté par l’effet combiné des dépenses exceptionnelles relatives à l’acquisition avortée d’une société britannique et des augmentations significatives du coût de ses principales matières premières et matériaux d’emballage. Notons que le 13 mai dernier, le groupe avait informé le public qu’il avait fait une « non-binding offer » pour une firme britannique opérant dans le même secteur. Mais finalement, le deal n’a pas abouti : « After several rounds of discussion between PBL and the sellers on the commercial terms of the transaction, the Board wishes to inform the shareholders and the public in general that it has decided not to proceed with the transaction.»

En attendant, le volume des ventes du groupe à Maurice et à la Réunion pour les 9 mois se terminant le 31 mars 2022 a augmenté de 4,8 % et 4,2 % respectivement par rapport à la période correspondante de l’année dernière. Parallèlement, le volume des ventes à l’exportation a augmenté de 13,8 % pour la même période. Par conséquent, le volume des ventes du groupe pour la période a connu une hausse de 4,8 %.

À la Réunion, PBL a enregistré une hausse de son ‘turnover’ qui est passé de 21,7 millions d’euros à 23,9 millions d’euros. Ses bénéfices après impôts ont bondi de 61,9%, passant de 1,5 million d’euros à 2,4 millions d’euros.

PBL dit opérer dans un « environnement inflationniste » avec des effets encore latents de la pandémie, l’impact du conflit Russie-Ukraine, les perturbations de la chaîne d’approvisionnement et les fluctuations des taux de change. « Afin d’atténuer ces impacts sur nos résultats, nous continuerons à améliorer notre efficacité et notre productivité et à limiter nos frais généraux », souligne la direction de PBL.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour