- Publicité -

Plainte de sa compagne : Un SP de police interpellé pour sodomie

La CID de la Western Division a interpellé un surintendant de police hier suite à une plainte consignée par sa compagne (34 ans) à son encontre pour sodomie. Lors de son interrogatoire, le haut gradé a nié les faits et évoque une histoire de vengeance. La victime présumée demande qu’un médecin de la police l’examine pour confirmer ses allégations. C’est au CCID qu’elle a rapporté le cas cette semaine.

- Publicité -

Cette femme au foyer avance avoir fait la connaissance du policier sur un site de rencontre en 2017. Elle était alors en ménage avec un autre homme. Mais au fil des conversations et des rencontres, elle a quitté son ancien compagnon pour emménager avec le haut gradé dans une maison de location à Rose-Hill. Deux ans plus tard, ils sont partis habiter à Quatre-Bornes.

La plaignante avance qu’en mars 2018, alors qu’ils étaient en pleins ébats, le surintendant l’aurait maîtrisée avant de la sodomiser. Elle l’aurait implorée d’arrêter, en vain. Après l’acte, la plaignante dit avoir saigné. Elle a cependant décidé de ne pas dénoncer son compagnon car ayant  peur de lui. D’autant que l’homme est un haut gradé au sein de son unité. Ainsi, la victime dit avoir été abusée régulièrement durant deux ans.

En novembre de l’année dernière, la présumée victime a décroché un emploi en Égypte. Mais à la fin de son contrat d’un an, en octobre dernier, elle est rentrée à Maurice. Et le policier se serait mis à la harceler. Craignant que l’homme n’abuse à nouveau d’elle, elle a donc décidé de porter plainte au CCID.

Le dossier a été remis à la CID de l’Ouest. La plaignante dit ne pas avoir les vêtements qu’elle portait lors des délits allégués, qu’elle ne peut donc produire pour les besoins d’analyse. Toutefois, elle a souhaité se faire examiner par un médecin. Et d’ajouter qu’elle peut monter où les faits se seraient déroulés.

De son côté, le haut gradé nie les faits et avance avoir mis un terme à cette relation depuis longtemps. Il avance que la trentenaire n’aurait pas bonne réputation et qu’elle cherche à nuire à son image. L’équipe du surintendant Bansoodeb du CID de Rose-Hill, compte décider du sort du suspect dans les prochaines heures.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour