Les trois partis de l’opposition – le Ptr, le MMM et le PMSD – organiseront une manifestation pacifique devant le poste de police de Moka le 19 décembre à 19h. C’est ce qu’a a annoncé hier Xavier-Luc Duval, qui a présidé à la réunion commune des trois partis à l’hôtel Labourdonnais hier. « Ce sera une soirée Candle Light, à laquelle participeront les trois leaders », explique-t-il à propos de l’événement, dont l’objectif est de dénoncer « la descente aux enfers du pays ». 

« Nous y invitons toute la population et tous les amis qui sont attristés par la façon dont le pays effectue une descente aux enfers, et par la façon nonchalante avec laquelle la police traite la mort de Soopramanien Kistnen, auxquelles s’ajoute toute l’affaire de Yogida Sawminaden. Nous demanderons avec force que ce dernier démissionne comme ministre pour plusieurs raisons, afin de permettre à l’enquête policière de se dérouler en toute liberté, car Yogida Sawminaden étant ministre et député de la circonscription No 8, cela complique la tâche de la police dans son enquête », déclare Xavier-Luc Duval. Il ajoute que la veuve de Soopramanien Kistnen s’est vue « dans l’obligation de mentionner le nom de Yogida Sawminaden » dans sa déposition, consignée dans le cadre de l’enquête judiciaire. 

Le leader du PMSD a aussi fait mention de la déposition du frère du ministre Sawminaden, « qui est venu parler d’une transaction sordide sur les appels d’offres impliquant le ministre». « Il y a eu finalement la question d’emploi fictif de l’épouse du défunt Kistnen, alors que cette dernière affirme n’avoir jamais touché les Rs 15 000 qui lui étaient supposément destinées en tant que Constituency Clerk, poste qu’elle n’a jamais occupé, » ajoute-t-il.

Commentant le Children’s Bill, le leader des Bleus a dénoncé « le traitement accordé à l’opposition ». Il déplore ainsi que le dernier orateur de l’opposition, en l’occurrence Paul Bérenger, ait été forcé d’intervenir dans la nuit de jeudi dernier, soit à 1h du matin, « alors que les quatre derniers orateurs « sont des ministres du gouvernement ». Il a fait ressortir que le gouvernement « a finalement apporté un amendement à la liste d’orateurs » et que le leader de l’opposition,  Arvion Boolell, qui est arrivé au terme de sa suspension, pourra intervenir. Il demande que ce dernier puisse intervenir « à la place qui lui revient » c’est-à-dire juste avant l’intervention du Premier ministre et celle de la ministre Kalpana Koonjoo Shah, résuman t les débats.

Au sujet de sa décision de retirer ses poursuites intentées à Showkutally Soodhun, Xavier-Luc Duval a déploré « l’ingratitude » de ce dernier, qui l’avait appelé à plusieurs reprises, dit-il, pour lui demander de retirer ce procès. Il a aussi réclamé, au nom de l’opposition, des précisions sur les travaux en cours à Agalega.

Le leader du Ptr, Navin Ramgoolam, a évoqué la manifestation du 19 décembre, qui sera organisée « en signe de sympathie avec la veuve de Soobramanien Kistnen ». Selon lui, le frère du défunt Kistnen a aussi parlé « pour faire des révélations très graves », et confirmant ce que ce dernier lui avait déjà mentionné. Il a par ailleurs déploré que le site où le corps de Kistnen a été retrouvé « n’ait pas été sécurisé » par la police. « Il a fallu que les avocats de la défense se rendent sur les lieux pour découvrir des éléments pour que la police retourne sur les lieux », dit-il. Il demande de fait au commissaire de police « d’ouvrir les yeux », parce qu’il y a « des choses qui se déroulent anbalao».

Paul Bérenger s’est aussi associé à l’idée de cette manifestation, qu’il qualifie de « pacifique et symbolique », devant le poste de police de Moka. L’opposition, dit-il, réclame la démission aussi bien du Premier ministre, Pravind Jugnauth, que celle du ministre Yogida Sawminaden. « Ce qu’ils font concernant Arvin Boolell n’est qu’une diversion qui ne marchera pas », a-t-il dit. « Nous nous concentrerons sur l’affaire Angus Road et sur l’affaire extrêmement grave où il y a mort d’homme. Nous n’entrerons dans aucun piège ni aucune diversion ! »

Concernant les débats sur le Children’s Bill, le leader du MMM a révélé que l’opposition avait décidé de ne pas assister aux interventions des trois ministres pour revenir au Parlement afin d’écouter le ministre Kalpana Koonjoo Shah résumer les débats. Toutefois, la majorité gouvernementale « est revenue à de meilleurs sentiments et a décidé de donner l’occasion au leader de l’opposition d’intervenir ». 

Toujours sur ce projet de loi, le leader du MMM note que deux sections du projet de loi (12 et 19) « seront retirées complètement » pour être remplacées par deux nouvelles. La section 12 concernant l’âge du mariage et la section 19, les “sexual abuses”. « L’idée de remplacer la section 19 est bonne, mais il faut que la nouvelle clause soit meilleure que la précédente. C’est une loi fondamentale qui représente un progrès. La ministre concernée a fait beaucoup d’effort, mais il faut aussi traiter l’opposition comme il faut », a-t-il souligné. 

Concernant Agalega, il a réclamé une « transparence totale », ajoutant : « nous voulons avoir la garantie que les Mauriciens pourront se rendre librement à Agalega. Nous verrons ensuite ce que nous ferons. »

Arvin Boolell s’est pour sa part associé aux leaders des partis de l’opposition concernant la décision d’engager une manifestation pacifique. Pour lui, « la justice doit triompher », réclamant ainsi la démission du ministre Yogida Sawminaden « pour emploi fictif ». Il a par ailleurs dénoncé ce qu’il considère être « une tentative de diversion », qualifiant ainsi de « creuses » les accusations formulées à son encontre. « Ce que j’ai, je l’ai obtenu par héritage, et j’ai toujours déclaré mes avoirs. J’ai agi de bonne foi. J’ai rencontré mes hommes de loi et je laisse cette question entre leurs mains », a-t-il dit.