Fait assez rare pour être noté : la suspension des échanges hier, mercredi 14 octobre, à la Bourse de Maurice, à Port-Louis, pendant deux heures et trente minutes. Les courtiers en Bourse étaient au chômage technique pour cause de panne technique sur l’Automated Trading System (ATS) de la Bourse. Celle-ci a repris ses opérations normalement à 12h30. Dans un communiqué, la Stock Exchange of Mauritius attribue cette panne à une « technical error ».
Le marché était donc fermé entre 10h et 12h30, alors qu’il opère normalement de 10h à 14h30. Selon certaines sources dans les milieux concernés, un ordre boursier est valide pour une durée pouvant aller jusqu’à 30 jours. Et apparemment, il y aurait eu un “backlog” concernant des ordres non exécutés (outstanding orders), et c’est cela qui aurait provoqué un “bug” dans le système.

A un moment, la Bourse aurait même demandé aux “brokers” de « put back » leurs ordres. Selon un trader, avant l’ouverture hier, tous les ordres sur le marché avaient disparu. « Le temps de vérifier et contre-vérifier, de faire le test nécessaire, etc, c’est pour cela que la Bourse a démarré à 12h30. » Un troisième opérateur boursier dira que « tous les ordres étaient entrés dans le système par “time priority” et lorsque le système a “crash”, tous les ordres ont été purgés/annulés, et il a fallu repasser les ordres mais la priorité était perdue. » De son côté, la Port-Louis Stockbrokers Association n’a pas souhaité réagir.

Quoi qu’il en soit, les investisseurs – locaux et étrangers – ont été pris de court par cette panne, mais il convient de souligner que la Bourse de Maurice n’est pas la seule à avoir dû suspendre ses opérations temporairement. Ces derniers temps, les pannes sur les marchés boursiers se sont multipliées. La Bourse de Tokyo a été contrainte de fermer pendant deux jours pour gérer une panne informatique. Euronext a également connu une panne. En juillet dernier, c’était au tour de la Bourse de Francfort de suspendre ses opérations en raison d’un dysfonctionnement de son système de trading.
Par ailleurs, la Bourse de Maurice a approuvé, hier, la cotation de 150 000 000 actions “Class A” de South Suez PE Investments Ltd, par voie de placement privé. South Suez est une compagnie enregistrée à Maurice en décembre 2019 et détenant une “global business licence”. Elle a été mise sur pied pour donner accès aux opportunités d’investissement en Afrique.

L’objectif de la SSPEIL est d’obtenir des rendements supérieurs pour ses investisseurs en investissant dans un pool diversifié d’actifs à forte croissance sur le continent africain. La majorité de ses investissements devrait se faire dans les pays suivants : Maroc, Tunisie, Égypte, Afrique du Sud, Kenya, Ghana, Tanzanie, Côte d’Ivoire, Sénégal et Nigeria. Perigeum Capital, qui a agi comme Transaction Advisor pour accompagner SSPEIL dans sa cotation sur la Bourse de Maurice, explique que « while private equity investments are illiquid by nature, they have the potential to deliver high-tech returns than investing in the public markets across the continent ». SSPEIL devrait émettre 7 500 000 actions “Class A” au prix de USD 1 l’unité. Ces actions seront cotées sur le marché officiel le 21 décembre.