- Publicité -

PRIX PATRICK-SANEDHIP : Vibrant hommage à Patrick Athaw

Pour rendre hommage à Patrick Athaw, danseur et chorégraphe dont le récent décès a ému le monde du spectacle, Rama Poonoosamy de IMMEDIA a organisé un dîner au Restaurant Opium. Ce dîner intime selon les vœux de l’épouse de l’artiste, Monique, réunissait quelques amis d’enfance, des chorégraphes qui l’ont côtoyé depuis le début de sa carrière voilà plus d’un demi-siècle, ses voisins et ses proches.

- Publicité -

Ceux présents ont souligné l’immense talent du chorégraphe et les superlatifs n’ont pas manqué pour rendre hommage à ce pionnier de la danse contemporaine.

Rama Poonoosamy a notamment mis en relief le caractère d’authentique mauricien qu’était Patrick. Il était à l’avant-garde d’une expérience unique à Maurice, en fusionnant la danse contemporaine occidentale avec la danse classique indienne, en tandem avec Anna Patten. Pari audacieux qui n’était pas forcément gagné d’avance. Le message est simple. Tout le monde a le droit de danser, la danse étant une école d’excellence et d’exigences favorisant le métissage culturel si cher à notre peuple.

La carrière de Patrick s’étale de Chantons la Liberté de Guy Lagesse en 1984 à Select Singers en 2022, en passant par la Cérémonie des JIOI en 1985, le Prix de la Rose d’Or en 1991, Most Outstanding Young Person de la Jeune Chambre Économique en 1992, Stage aux États-Unis et participation au American Dance Festival, inauguration de son Atelier de Danse à Coromandel, Fusion de Selven Naidu pour TV5 et la MBC alors dirigée par Nando Bodha.

Puis soulignons sa collaboration avec le Conservatoire François Mitterrand pour l’Enfant et les Sortilèges, West Side Story, Phantom of the Opera et Beauty and the Beast.

Teresa David, Sylvio Chan, Jean Renat Anamah, Anna Patten et Alain Li Ko Lun, tous professionnels de la danse, ont souligné sa passion et sa créativité artistique.

Patrick était aussi un amateur enthousiaste de peinture. Il peignait des nues, des danseuses de ballet, des tableaux d’art abstrait et son dernier tableau était une peinture à l’encre de chine avec comme motif un oiseau sur une branche de bambou luttant contre le vent.

Ses voisins ont évoqué avec émotion les moments inoubliables avec Patrick, bout en train lors des Fet Lari trois fois l’an dans leur quartier de Coromandel. Il était le papillon du quartier, entretenant ses fleurs, notamment sa collection d’orchidées avec une délicatesse particulière.

Ses amis d’enfance, Selven Naidu, Gilbert Lan et Masila Patten ainsi que son frère ainé Sylvain, ont partagé des anecdotes désopilantes le concernant. Son neveu, Jean-Pierre Lim Kong, a choisi de réciter le beau poème d’Eileen Cicoli, l’Absent.

Après la projection d’un florilège d’extraits de vidéo, Philip Ah-Chuen, mécène au grand cœur, et Rama Poonoosamy, bienfaiteur des artistes, se sont adressés aux invités. Le premier pour féliciter tous ceux qui œuvrent pour l’avancement de la culture mauricienne, et le second pour annoncer le Prix Patrick-Sanedhip de la Création Chorégraphique. Rappelons que Sanedhip Bhimjee était danseur de Kathak et chorégraphe de Art Academy. Ce grand artiste décéda en 2014.

Le Prix Patrick-Sanedhip de la Création Chorégraphique sera décerné par IMMEDIA l’année prochaine et le Jury est composé de Teresa David, Anna Patten, Jean Renat Anamah et Sylvio Chan.

Quel meilleur hommage à Patrick Athaw et Sanedhip Bhimjee !

SYLVAIN ATHAW

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour