Procès de Bernard Maigrot : les membres du Jury confinés dans un hôtel depuis hier

Le procès de Bernard Maigrot s’est poursuivi ce vendredi en Cour d’Assises. Martine Desmarais, une amie d’enfance de Bernard Maigrot, a été appelée à la barre des témoins, où elle a réitéré l’alibi de l’homme d’affaires à l’effet qu’il se trouvait chez elle, à Pereybère, au moment du crime. Par ailleurs, Isabelle Maigrot, femme de Bernard Maigrot, subira un examen mené ce samedi par un board médical à l’hôpital du Nord, qui devra déterminer si elle est vraiment inapte à témoigner en Cour. Par ailleurs, le juge Lutchmeeparsad Aujayeb, qui préside le procès, a ordonné que le jury soit confiné dans un hôtel à partir de ce vendredi, vu que le procès entre dans sa phase finale.

- Publicité -

Martine Desmarais, amie d’enfance de Bernard Maigrot, a été appelée à la barre des témoins ce matin. Elle a été interrogée par Me Gavin Glover, Senior Counsel, avocat du prévenu. Elle a expliqué qu’elle avait lancé un appel à Bernard Maigrot le soir du 9 mars 2001 lui demandant où sa famille et lui se trouvaient. Ce dernier lui avait répondu qu’ils étaient au restaurant Paparazzi, à Grand-Baie, et qu’ils attendaient Thierry Lagesse et sa famille.
Martine Desmarais dit les avoir alors invités à venir prendre un café chez elle, à Pereybère, après leur dîner. Elle maintient ainsi que Bernard Maigrot et sa famille ont débarqué à son domicile aux alentours de 22h15, et qu’ils étaient repartis vers 1h du matin.
Elle a aussi expliqué que le lendemain, samedi 10 mars 2001, elle se trouvait sur la plage en compagnie d’Hélène de Senneville, dont la cousine est Isabelle Maigrot, femme de Bernard Maigrot. Le mari d’Hélène de Senneville leur a alors annoncé la triste nouvelle, à savoir que Vanessa Lagesse avait été retrouvée morte chez elle, à Grand-Baie.
Les deux femmes avaient décidé de se rendre chez les Maigrot à Cap-Malheureux. Une fois sur place, elle a rencontré Bernard Maigrot sur le parking de sa résidence. Celui-ci lui a expliqué qu’il revenait d’une séance d’équitation. Puis il s’est effondré sur sa voiture quand Martine Desmarais lui a appris le décès de la styliste. L’homme d’affaires a expliqué qu’il tentait de joindre celle-ci au téléphone depuis le matin, mais sans succès.
Durant son contre-interrogatoire par la représentante de la poursuite, Me Sharon Sunglee, celle-ci a fait ressortir certaines incohérences entre la version qu’elle a fournie en Cour et celles qu’elle avait fournies dans deux Statements à la police, notamment sur l’heure de l’arrivée et de départ des Maigrot de chez elle. Martine Desmarais a expliqué qu’il fallait plutôt prendre en considération la version qu’elle donnait aujourd’hui en Cour.
Durant la séance de l’après-midi, Me Glover a alors annoncé à la Cour qu’il n’avait plus de témoin à appeler, Bernard Maigrot ayant opté pour faire valoir son droit au silence et de ne pas témoigner à la barre des témoins. La Cour a de fait décidé de la marche à suivre en ce qui concerne Isabelle Maigrot, l’épouse de Bernard Maigrot. Celle-ci avait été convoquée par la Poursuite, mais ne s’était jamais présentée en Cour, ayant fait produire deux certificats médicaux et un rapport d’un neuropsychologue attestant qu’elle était inapte à témoigner en Cour.
Après que la poursuite ait informé la Cour qu’un board médical, composé de trois médecins, était prêt à siéger dès ce samedi à l’hôpital du Nord, le juge Aujayeb a ordonné qu’Isabelle Maigrot soit examinée par ce board, qui devra déterminer si elle est vraiment inapte à témoigner. Si tel est bien le cas, le Court Manager de la Cour de Mapou devra alors donner lecture de sa déposition consignée lors de l’enquête préliminaire qui avait été tenue dans le cadre de cette affaire, en 2003.
Par ailleurs, le Court Manager de la Cour de Mapou sera de nouveau appelé à la barre des témoins ce lundi. Il devra en effet donner lecture du Statement donné durant l’enquête préliminaire par un témoin qui n’a pu être convoqué en Cour, et dont l’identité n’a pas été encore été divulguée.
Ce sont là les derniers témoins qui seront entendus dans le cadre de cette affaire, la poursuite et la défense n’ayant plus de témoins à appeler. Une fois ces derniers témoins entendus, les hommes de loi engagés dans cette affaire soumettront alors leurs plaidoiries aux jurés, plaidoiries qui seront suivies par le Summing-Up du juge Aujayeb. Les jurés se retireront alors pour délibérer et rendront un verdict. Ils devront décider si Bernard Maigrot est coupable ou non du meurtre de la styliste, qui avait été retrouvée morte dans la baignoire de son bungalow le 10 mars 2001. Cette affaire, qui dure depuis 23 ans, connaîtra alors son dénouement final.
Le juge a ensuite pris la décision d’ordonner le confinement des jurés – qui jusque-là avaient été libres de leurs mouvements – dans un hôtel à partir de ce vendredi. Il a réitéré à ces derniers son avertissement à l’effet qu’ils ne doivent pas se laisser influencer par ce qui a été écrit dans les médias ou sur les réseaux sociaux.
L’affaire reprendra ce lundi.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -