- Publicité -

Projet d’aquaponie : Un entrepreneur escroque Rs 1,6 M à un médecin

Les Field Intelligence Officers ont procédé à l’arrestation d’un entrepreneur de 28 ans. Il a avoué avoir escroqué Rs 1,6 M à un médecin pour un projet d’aquaponie. Le suspect a déserté sa maison à Mon-Loisir lorsqu’il a appris que la police le recherchait. Il a été appréhendé à Flacq mardi, et inculpé sous une accusation provisoire de Swindling au tribunal de Pamplemousses le lendemain. Il n’a restitué aucun argent à ce stade. Le jeune homme opérait sur Facebook pour appâter ses victimes. C’est à travers ce réseau social que le médecin de 43 ans a fait sa connaissance.

- Publicité -

Dans sa plainte, ce dernier a expliqué à la police qu’en septembre 2020, il est tombé sur la page d’une compagnie basée à Saint-Julien qui cherchait des partenaires pour un projet d’aquaponie. Il a pris contact avec le directeur à travers Messenger, où après discussions le suspect a garanti à son interlocuteur qu’un profit de 10 à 20% annuellement était assuré pour ce genre de projet. Puis, tous deux se sont rencontrés régulièrement à Saint-Julien, et chez le médecin, à Haute-Rive, où le suspect lui a donné des détails pour la production de légumes et de poissons.

Comme le pays avait connu un premier confinement, le plaignant a estimé que ce serait un très bon business. Et en octobre 2020, il a signé un Purchase Agreement pour aller de l’avant avec un investissement de Rs 1 603 000. Le quadragénaire a également signé un chèque de Rs 1,4 million, qu’il a remis au suspect à son domicile.

Le jeune homme lui a fait croire qu’il enregistrait leur compagnie et que le médecin aurait une part équivalant à 30% d’actions. Ce dernier était convaincu que l’entreprise allait produire des poissons et des légumes une fois l’acquisition de la logistique.

En 2021, l’escroc présumé a fait comprendre au médecin que le projet serait retardé à cause d’un cyclone et du deuxième confinement. Néanmoins, le quadragénaire est resté confiant et a remis Rs 122 500 à un employé de son partenaire venu récupérer l’argent chez lui. Ce n’est qu’en janvier de cette année qu’il s’est rendu compte que la compagnie n’avait pas été enregistrée et que son « partenaire » avait cessé de répondre à ses appels et à ses messages.

Il est descendu à son bureau, à Saint-Julien, qui était fermé. Le suspect est parti en douce à Mon-Loisir. Selon le médecin, le jeune homme a trahi sa confiance et il devait déposer les documents nécessaires à la police pour enquête. L’escroc présumé a reconnu les faits et a été placé en détention.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour