- Publicité -

Prônons la vision de la Renaissance de l’Afrique

BASHIR NUCKCHADY
Governing Board of African Council
of Religious leaders (ACRL – Religion for Peace)

- Publicité -

Les activités organisées pour commémorer la ‘Journée de l’Afrique’ cette année sont axées sur le renforcement de la résilience en matière de nutrition et de sécurité alimentaire. Malgré le contexte difficile eu égard à la pandémie de la COVID-19, il faut continuer à valoriser le fort potentiel économique et culturel que représente notre continent.
La Journée de l’Afrique vise à célébrer et à reconnaître les succès de l’Organisation de Unité africaine (OUA) depuis sa création le 25 mai 1963. De par les activités organisées à cet effet, elle perpétue son engagement dans la lutte contre le colonialisme et l’apartheid. Elle offre aussi une occasion aux dirigeants africains de réactualiser un constat sur les progrès réalisés par l’Afrique tout en réfléchissant aux défis communs auxquels le continent est confronté dans un environnement mondial en constante évolution.

Le thème de cette année est « Renforcer la résilience en matière de nutrition et de sécurité alimentaire sur le continent africain ». Les activités prévues se déroulent dans une conjoncture difficile alors que les États membres restent confrontés à la pandémie de Covid-19 – qui affecte les populations et rogne leurs moyens de subsistance. Il est question de maintenir un fort élan politique quant à assurer la nutrition au sein du continent africain. Une occasion donc de renforcer l’engagement continental en vue de mettre fin à la malnutrition sous toutes ses formes et à accroître l’alimentation et la sécurité.

Les Défis

La Journée de l’Afrique, célébrée dans le monde entier, est également une occasion d’apprécier et de marquer la diversité de l’histoire et du patrimoine tout en reconnaissant son potentiel culturel et économique. L’Afrique célèbre également l’unité africaine et toutes les merveilleuses cultures que ce continent étonnant abrite.

De la sécheresse à l’impact négatif du changement climatique, de la famine à la crise énergétique, l’Afrique continue de faire face à de nombreux défis. L’héritage du colonialisme sur le continent africain et ses effets désastreux, ainsi que les systèmes socio-politiques actuels entravent souvent leur développement. Ainsi, on compte de nombreuses raisons pour lesquelles les pays africains sont souvent aux prises avec les défis que d’autres pays à revenu élevé semblent résoudre facilement.

Une population galopante

L’Afrique, qui comptait 1.37 milliard d’habitants en 2021, est le continent qui s’urbanise le plus rapidement, avec un taux de croissance de plus de 2,6%.

La pauvreté en Afrique est en grande partie le résultat d’une croissance lente. Avec une région qui accueille 10 % de la population mondiale mais 30 % des pauvres du monde, les défis auxquels elle est confrontée sont énormes mais pas insurmontables. D’où la nécessité pour les Africains de trouver, dans leurs références culturelles et leurs valeurs ancestrales, la base de leur développement tout en faisant partie de la modernité.

Cependant, un développement visant à éradiquer la pauvreté en Afrique est possible. En fait, l’Afrique est à un tournant. Il y existe un élan croissant parmi les économies pionnières de la région vers une croissance plus élevée et soutenue.

Bien qu’il soit traditionnellement admis que l’Afrique détient d’immenses richesses minérales, la compréhension de la véritable richesse de l’Afrique est obscurcie. Dans le modèle mental financier international de la valeur, un recadrage rapide pour la réévaluation de l’Afrique est maintenant devenu essentiel pour le rééquilibrage mondial. Même si l’Afrique fait face à de nombreux défis, elle a également de nombreuses possibilités de parvenir à un développement économique durable, à la paix et à la prospérité.

Covid-19 et Vaccins

Depuis plus de deux ans, le monde souffre de la pandémie de Covid-19. Ainsi en Afrique, les systèmes de santé ont été soumis à un stress énorme. Par conséquent, une grande partie des gains en capital humain dans de nombreuses économies au cours de la dernière décennie risque d’être érodée. Le prix à payer pour tenir le virus à distance a été au détriment des progrès et la réduction de la malnutrition.

Seulement 20% de la population du continent africain ont reçu leur premier vaccin. Ce qui contraste fortement avec de nombreux pays riches où plus d’un tiers de la population a reçu leur troisième dose. Les gouvernements du monde sont appelés à comprendre que nous sommes une famille sur le plan mondial. Ce qui fait que nos problèmes sont étroitement liés. Ainsi, ils doivent agir avec compassion et veiller à ce que les personnes les plus vulnérables du monde aient accès aux vaccins, tests et traitements contre le Covid-19.

Les jeunes de l’Afrique

Actuellement, environ 600 millions de jeunes en Afrique n’ont pas d’emploi, ne sont pas scolarisés ou occupent un emploi précaire. L’importante population de jeunes présente un dividende démographique potentiel qui, s’il est correctement exploité avec de bons investissements, pourrait contribuer à accélérer le développement durable et équitable.

Il faut mettre l’accent sur la nécessité d’investir dans le développement social et économique, et en particulier dans l’entrepreneuriat afin de répondre à la forte demande d’emplois. En conséquence, les jeunes peuvent utiliser la plate-forme de cette Journée de l’Afrique pour mettre en valeur leurs talents à travers les arts, la culture, le patrimoine, l’innovation et l’entrepreneuriat, tout en mettant à disposition un réseau entre les jeunes et d’autres parties prenantes. Cela, afin de promouvoir leur résilience et leur participation active à la recherche et à la mise en œuvre de solutions pour le développement du continent.

Conclusion

Afin d’atteindre les objectifs fixés à l’Agenda 2063, adopté lors du Sommet de l’Union africaine en janvier 2013, l’UA devrait aspirer à une Afrique prospère fondée sur une croissance inclusive et un développement durable. Autrement dit, viser un continent intégré, politiquement uni et fondé sur les idéaux du panafricanisme et la vision de la Renaissance de l’Afrique. En outre, il faut envisager une Afrique pacifique et sûre dotée d’une bonne gouvernance, de la démocratie, du respect des droits de l’homme, de la justice et de l’état de droit; promouvoir une Afrique dotée d’une identité culturelle forte, d’un patrimoine commun, de valeurs et d’une éthique, où le développement est axé sur les personnes, libérant le potentiel de ses femmes et de ses jeunes et présenter l’Afrique comme un acteur et un partenaire mondial fort et influent. Tout en reconnaissant que c’est aux Africains qu’incombe la responsabilité principale de développer leur continent et d’adopter une attitude plus positive de la part de la communauté internationale.

Après tout, le village planétaire dans lequel nous vivons ne sera pas un lieu sûr pour quelques-uns d’entre nous, s’il n’est pas une garantie de sécurité et une stabilité certaine pour nous tous. À long terme, aucun îlot de progrès et de stabilité ne sera durable s’il est entouré d’un océan de misère, de ceux qui n’ont pas de présent et d’avenir.

• Source : UN World Population Prospect 2021

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour