D.S.T

À l’approche des fêtes de fin d’année, nous avons tous tendance à relâcher la vigilance dans de nombreux domaines, mais cela peut se révéler fatal dans certains cas. Il y a d’abord et avant tout, la question de la santé, où bon nombre de Mauriciens ne pratiquent plus les gestes barrières. Comme nous l’avons vu dans des pays étrangers, cette attitude peut à n’importe quel moment paralyser un territoire avec une deuxième vague en raison de la propagation rapide du coronavirus. Maurice étant majoritairement dépendante du tourisme, chaque Mauricien a la responsabilité de s’assurer qu’il respecte les lois déjà en vigueur afin de protéger le pays contre cette tant redoutée deuxième vague.

Ensuite, dans le secteur éducatif, beaucoup d’élèves se sont lassés après ces longues semaines de cours. Le taux d’absentéisme dans les établissements scolaires témoigne de la lassitude qu’a provoquée un long trimestre, où les écoles n’avaient officiellement pas le droit d’organiser des activités telles que le Music Day ou le Prize Giving Ceremony. De plus, l’organisation du Common Assessment pour les Grades 7,8,10 et 12 avant le “break” d’une semaine fait qu’à présent, ils sont moins enclins à se présenter à l’école. Ainsi, nous observons que c’est majoritairement les élèves des Grades 9, 11 et 13 qui se rendent à l’école pour prendre part aux Mock Exams.

Par ailleurs, le nombre d’accidents et de crimes recommence à grimper. Nous devons entreprendre un effort collectif en vue d’inverser cette tendance. Chaque année, pendant que des centaines de milliers de Mauriciens fêtent le Nouvel An, des familles perdent leurs proches à cause des accidents souvent liés à une consommation excessive d’alcool.

Soyons vigilants cette fois, veillons les uns sur les autres afin d’éviter des drames. Aimons-nous les uns les autres et faisons en sorte que la magie des fêtes puisse nous rapprocher encore plus. Enfin, ce que nous espérons tous, c’est que l’année prochaine soit meilleure que 2020.