JEAN-CLAUDE VEDER

Prêtre

Un détenu de la prison, lors d’un counseling, me disait : « Monper, zot tou pe dir bizin viv avek Kovid, mwa mo dir nou bizin enn renesans ». Ce détenu, arrêté pour une sordide affaire de trafic de drogue, savait de quoi il parlait. Cette expression « renaissance » venant de la bouche d’un présumé trafiquant m’a fait beaucoup réfléchir. Elle m’a renvoyé aux paroles d’un Sage, révolutionnaire en son temps, qui a su galvaniser des foules avec quelques simples pêcheurs d’un lac situé en proche Orient. Aujourd’hui des milliards de personnes ont trouvé en ce Sage une source d’inspiration. Un jour, un nommé Nicodème (dont le nom signifie littéralement « Victoire du peuple » – ce n’est pas un hasard), qui est un homme de l’institution juive, un notable Pharisien (qui veut dire ‘séparé’), va, de nuit (parce qu’il a peur) rencontrer ce Sage. Il s’interroge sur la personnalité de ce Sage ; il est séduit par lui parce que rien ne va plus à cette époque-là dans cette région du Proche-Orient. Tout le monde attendait un sauveur. Les gens avaient faim, ils cherchaient à manger, ils voulaient un roi, un libérateur ; l’autocratie romaine était bien présente. La révolution grondait. Les terroristes zélotes semaient la terreur. Le peuple était en attente ; il regardait, il était indifférent. C’est alors que le Sage va dire au notable Nicodème : « Il te faut renaître ». Lui ne comprend pas évidemment ! « Dois-je de nouveau entrer dans le ventre de ma mère » ? dit-il avec une naïveté d’enfant. Effectivement ce n’est pas de cela dont il est question. Il vous faut renaître d’en haut.

Et si c’est de cela dont nous avions besoin en ce moment ? Vous avez compris de qui je parle en utilisant l’expression « Sage » ! Loin de moi de vous convertir au christianisme ! Notre monde a besoin d’une renaissance, notre société a besoin d’une renaissance, chacune de nous a besoin de renaître de nouveau. Il n’y a pas un jour qui passe sans que nous n’entendions des gens dire leur « ras-le-bol » d’une société qui n’arrive plus à faire société. Renaître suppose recommencer de nouveau, être créatif, changer de paradigme, (se convertir d’abord soi-même) et vivre, ce qu’on appelle en philosophie la métanoïa. Le terme grec métanoïa (μετάνοια) est composé de la préposition μετά (ce qui dépasse, englobe, met au-dessus) et du verbe νοέω (percevoir, penser), et signifie « changement de vue » ou « changement de regard » qui voit la pensée et l’action se transformer de façon importante, voire décisive. L’expression métanoïa est proche de celle de la renaissance.

Renaissance dans le domaine de l’éducation

Personne ne souhaite que notre société se transforme en cendres. Nous aimons ce pays et nous ne pouvons nous lamenter ou pleurer sur lui en étant complices par notre silence. Notre pays a connu plusieurs réformes, dans plusieurs domaines et celui le plus flagrant est le domaine de l’éducation. Toutes ces réformes ont apporté leur contribution positive pour l’éducation des enfants. Mais aujourd’hui nous constatons le désastre quand nous savons que chaque année l’échec scolaire ne cesse de grimper. Combien d’enfants, selon le système de « automatic promotion » termineront leurs classes sans avoir obtenu un fameux certificat ? Combien d’enfants et de jeunes devront abandonner la musique ou le sport parce que le système scolaire ne permet pas de concilier études et « non core subjects » ? La dernière réforme transformant les collèges en académies est probablement une manière déguisée de rétablir le « rat race » si souvent décrié. Nous le savons tous : nous ne pourrons qu’avancer et renaître que par une éducation intégrale, qui tient ensemble le corps, le cœur, l’esprit et l’âme. Nous sommes encore loin derrière.

Renaissance dans le combat contre la drogue

Les gouvernements successifs ont institué plusieurs rapports et commissions pour combattre la toxicomanie. La dernière en date est celle du Juge Lam Shang Leen restée inactive pour ce qu’il s’agit des recommandations faites. Entretemps, la drogue circule librement. Personne ne peut pas dire qu’il ne sait pas où l’on peut s’en procurer. Les petits dealers font la loi, les enfants sont « employés » alors que les gros requins sont protégés. Jamais les centres de réhabilitation ne se sont retrouvés devant une telle situation de quasi-échec pour venir en aide aux toxicomanes. Certains jeunes acceptent l’argent sale et reçoivent ainsi un « salaire » de MUR 2000 par jour, sans avoir à se tourmenter sous le soleil. C’est un bon moyen pour eux de s’offrir les derniers gadgets électroniques… Je pourrais continuer dans ce domaine ; la liste est tristement longue. Ne nous faudrait-il pas une renaissance dans ce domaine ? Ce qui supposerait une réelle volonté politique pour démanteler certains politiciens véreux, certains policiers complices et un réveil de la conscience citoyenne. Aujourd’hui la renaissance viendrait de la ré-union de ces deux forces, politique et citoyenne. Nous ne pouvons plus laisser quelques individus semer la terreur et faire la loi dans certaines de nos cités. Il n’est plus possible de laisser quelques petits dealers saccager les caméras de surveillance installées par les autorités et les individus pour qu’ils puissent s’adonner à leurs activités louches. Dans d’autres pays du monde, et plus près de nous à Rodrigues des citoyens ont commencé à barrer la route aux trafiquants grâce à la détermination des habitants de l’endroit.

Renaissance dans le respect de l’environnement

Je vous rapporte deux incidents dont j’étais témoin. Dans l’enceinte de l’église du Sacré-Cœur à Beau-Bassin où j’officie, des individus (faisant fi des caméras du CCTV) y déversent quotidiennement leurs saletés. La Municipalité a maintes fois nettoyé mais cela continue de plus belle. Alors que nous parlons de respect de l’environnement, et que le gouvernement multiplie les campagnes de propreté et augmente les amendes pour « dumping », jamais notre pays n’a été aussi sale.

Alors que je devais satisfaire un besoin urgent, roulant sur l’autoroute de la Vigie, je me suis arrêté dans le bois pour découvrir avec horreur plusieurs matelas et autres détritus jetés dans la nature. N’avons-nous pas besoin de conversion de notre mentalité ? Si dans les écoles l’écologie est aujourd’hui intégrée, qui pollue ? Certes pas les enfants ni les jeunes ! Alors est-ce que le respect de notre Mère-Terre ne devrait pas être inculqué aux adultes, puisqu’il me semble que ce sont eux qui polluent ?

Révolution ou renaissance ?

Je pourrai continuer et certains vont dire que je suis pessimiste… Mais je laisse le soin à d’autres de continuer cette réflexion autour de la renaissance. On pourrait parler de la renaissance au niveau de nos institutions publiques qui sont devenues opaques. La renaissance dans le recrutement à la fonction publique. La renaissance de notre système politique qui engendre année après année discrimination, alliances et mésalliances. Le système a été institué pour permettre aux mêmes dynasties d’être au pouvoir et de diriger, tout en alimentant le communalisme qui est devenu de nos jours ouvert et consenti… La corruption est devenue monnaie (!) courante, avec le règne du dieu Argent. C’est ce que nous enseignons malheureusement aux générations qui lèvent.

Les seules voix qui osent se lever parlent de révolution… Mais on ne fait pas de révolution à coup de conférences de presse, de « live » sur les réseaux sociaux ou derrière son écran.

La renaissance viendra du peuple certes. Une conversion (métanoïa) personnelle avant tout, qui ensuite avec d’autres peut apporter une nouvelle naissance. Comme on l’a vu tout au long de l’histoire de l’humanité. Mais elle ne pourra se réaliser que si les autorités qui nous gouvernent ne continuent pas à s’enfermer dans leurs tours. Si le peuple crie c’est qu’il n’en peut plus. Oui nous pouvons encore renaître de nos cendres, si chacun de nous s’y met pour une renaissance.