REYNOLDS MICHEL

« Se faire vacciner est un acte qui relève de l’amour de Dieu, car il relève de l’amour du prochain”. [Commission d’éthique protestante évangélique – août 2021). Parmi les croyants de diverses confessions religieuses ‒ – musulmanes, juives, chrétiennes, bouddhistes, hindous – …‒ seule une petite minorité est opposée, à l’instar d’autres citoyens français, à la vaccination et/ou au passe sanitaire. Les arguments avancés sont, dans l’ensemble, ceux des autres réfractaires à la vaccination : méfiance à l’égard des entreprises pharmaceutiques, manque de recul face aux potentiels effets indésirables des vaccins, modification de notre code génétique par l’ARN messager… On trouve également des réticences d’ordre éthique ou résolument religieux chez les croyants anti-vaccins, mais la part réelle des motivations religieuses est faible, tout en étant la plus dure, selon l’historien français Laurent-Henri Vignaud. ‒ La vaccination est perçue par certains comme une intrusion malsaine dans l’organisme humain, quelque chose de non voulu par Dieu, voire en opposition à sa volonté. Ou encore,  c’est Satan qui s’acharne contre nous.

Aucune grande religion n’est épargnée par l’antivaccisme

Bref, si aucune grande religion n’est épargnée par l’antivaccisme, aucune confession officielle, à part peut-être une ou deux sectes chrétiennes, n’assume un tel discours fataliste ou providentialiste. Bien au contraire, les autorités religieuses ont, dans leur ensemble, comme nous le verrons, un discours en faveur des vaccins.

Pour la Conférence des évêques de France (Communiqué de la CEF en date du 22 juillet 2021), « la vaccination dont il est question est la réponse médicale disponible pour faire face à une épidémie qui risque de paralyser encore la vie économique mais surtout la vie sociale et les échanges d’affection et d’amitié. Elle ne nie pas la dignité d’êtres humains… ». D’autre part, les évêques catholiques de France s’insurgent contre les références à la Shoah, « grave confusion de pensée », tout en invitant à la confiance dans les instances juridictionnelles et démocratiques de notre pays.  Et de conclure sur une note plus religieuse : « Cette épidémie nous fait éprouver à tous combien nous sommes responsables les uns des autres. C’est comme une annonce de l’unité du genre humain et de l’union intime avec Dieu » ( https://eglise.catholique.fr, 22/07/2021 ).

Dans une tribune au Figaro, le 22 juillet 2021, le Président de la Fédération Protestante de France, le pasteur François Clavairoly, conjointement avec le grand rabbin de France, Haïm Korsia, et le président du Conseil français du Culte Musulman, Mohamed Moussaoui, dénoncent les opposants à la vaccination « qui, sous prétexte de la liberté, veulent faire valoir leur droit à être un danger pour les autres ».  Toutes les études, disent-ils, démontrent aujourd’hui l’efficacité de la vaccination, en ce qu’elle protège de la maladie comme de la contamination. Aussi, il est impératif d’encourager activement la vaccination afin de nous permettre collectivement de retrouver progressivement une vie normale. Et ils terminent leur tribune en déclarant : « Se faire vacciner, c’est être protégé et protéger les autres. Être vacciner, c’est être « le gardien de son frère » » (Tribune Figaro/Vox, 22/07/2021).

Être Vacciné, c’est être « le gardien de son frère »

C’est au nom de « l’amour de Dieu et du prochain » que a la Commission d’éthique protestante évangélique (CEPE) appelle les chrétiens à ne pas s’opposer à la vaccination (Déclaration du jeudi 5 août 2021) : « Nous appelons d’abord les chrétiens à ne pas nier la gravité de cette maladie ni l’efficacité, prouvée, de la vaccination pour en éviter les formes graves, déclarent les auteurs. Nous les appelons aussi à pratiquer sur ce sujet un dialogue guidé par l’amour … sans nous laisser enfermer dans des monologues anti-vaccination qui ne portent pas l’empreinte de la sagesse selon Dieu, qui est porteuse de paix (Jacques 3,16). »

Par ailleurs, si la commission admet que le passe sanitaire pose certains problèmes d’ordre éthique – discrimination, respect de la vie privée – et qu’il faut “veiller à l’équilibre entre liberté et sécurité sanitaire”, elle rejette la comparaison que l’on a vu circuler entre la vaccination ou le passe sanitaire et la « marque de la Bête » : « Nous chrétiens qui sommes vaccinés, et qui bénéficions du passe sanitaire, nous n’avons fait allégeance à aucun pouvoir et nous n’adorons personne d’autre que Dieu. Non, se faire vacciner ne s’oppose pas à la proclamation de l’Évangile. Au contraire, car la vaccination favorise une libre circulation des personnes, favorable à la circulation de l’Évangile ! »

Les auteurs terminent leur déclaration par un rappel que la pandémie de Covid-19 touche en premier lieu les non-vaccinés, tout en lançant un appel à un « devoir de solidarité » entre tous les pays pour juguler la pandémie. Ils se disent pour cela “éthiquement favorables” à la levée des brevets sur les vaccins. Et de conclure : « Nous qui le pouvons, faisons-nous vacciner pour l’amour de Dieu et de notre prochain.”(Evangéliques.info, 6 août 2021).

Quant au pape François, il estime tout bonnement que l’opposition au vaccin contre le Covid relève d’un « négationnisme suicidaire ». Pour lui, « d’un point de vie éthique tout le monde doit se faire vacciner pour protéger sa vie et celle des autres », explique-t-il dans un entretien à la chaîne de télévision Canal 5, le 9 janvier 2021. À Londres, l’imam Qari Asim, qui préside le Conseil consultatif national des mosquées et des imams, appelle lui aussi, sur la chaîne anglaise la BBC, à se faire vacciner, tout en soulignant que « Le Coran dit que sauver sa vie est la chose la plus importante: « Sauver une vie, c’est sauver l’humanité tout entière ». C’est la responsabilité d’un musulman pratiquant de prendre son vaccin » (https:www. Newsrnd.com, 22/01/2021).

Le respect de toute forme de vie est au cœur des autres grandes religions, le Jaïnisme, le Bouddhisme, l’Hindouisme, le Sikhisme… et les chefs de ces grandes traditions religieuses appellent chacun à considérer les autres comme ses frères et sœurs, et à agir de telle sorte qu’aucun d’entre eux ne soit contaminé par la Covid-19.