- Publicité -

RICHE-TERRE : Un motard se tue dans un accident

Un grave accident de la route hier en fin d’après-midi a fait une nouvelle victime. Nasserudin Emamdy (37 ans), un habitant de Plaine-Verte, s’est tué dans un violent accident sur la nationale à hauteur de l’usine Princes Tuna (Mauritius) Limited, Riche-Terre. Le drame s’est joué aux alentours de 17 heures. Nasserudin Emamdy rentrait chez lui après avoir fait partie d’un cortège en compagnie de plusieurs motards pour le mariage d’un ami. Louis José Jhellum (43 ans), le cycliste, est lui dans un état critique à l’hôpital Jeetoo. Les premières informations recueillies par Le Mauricien auprès des témoins sur les lieux de l’accident, en attendant les conclusions de l’enquête policière, indiquent que Nasserudin Emamdy, qui était sur une Sukuzi 600 cc, remontait vers la capitale pour regagner son domicile à Plaine-Verte. La victime était en compagnie de plusieurs autres motards qui avaient quitté un peu plus tôt Bon-Accueil où ils venaient de faire partie d’un cortège pour le mariage d’un ami. Peu après le rond-point de Riche-Terre en direction de Port-Louis, soit en face de l’usine Princes Tuna (Mauritius) Limited, l’inévitable allait se produire. Pour des raisons encore inconnues, la Suzuki de Nasserudin Emamdy devait heurter de plein fouet un cycliste qui aurait tenté de traverser l’autoroute. L’impact a été d’une rare violence. Le pare-chocs du bolide a été sérieusement endommagé et la bicyclette complètement cabossée. Nasserudin Emamdy est mort sur le coup. Les secours devaient s’organiser très rapidement en vue de transporter en toute urgence Louis José Jhellum à l’hôpital Jeetoo où il a été admis. Aux alentours de 20 h hier, son état de santé était très critique. Peu après l’accident, quelques proches qui se sont dépêchés en catastrophe sur les lieux étaient inconsolables devant ce drame. Les autres motards qui étaient en compagnie de la victime lors de l’accident, multipliaient quant à eux les appels téléphoniques pour faire parvenir la triste nouvelle aux autres membres de la famille Emamdy. « Enn bicyclette ti pe sote sime. Mo ti lor motocyclette mo oussi avek bannla. Bannla ti derrière moi. Zot ti pe roule doucement. Monne rentre lakaz mo pe demande mo mem kifer bannla pas enkor vini… » lançait avec tristesse un des motards à quelques badauds sur les lieux de l’accident.

- Publicité -
- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour