- Publicité -

Safe Third Party Access Saga : La hantise de Lakwizinn du PMO !

Sherry Singh sur l’opération de Data Capture du 15 avril : « Li pou gagn tou saki pase (sur le réseau transitant à Baie-du-Jacotet) a sa moman-la »

- Publicité -

Mise en garde contre un Top Gun de la police suite à son intervention auprès de Girish Guddoy en vue d’ouvrir la porte à une Arrestable Offence contre Sherry Singh

La hantise de Lakwizinn du Prime Minister’s Office dans la Third Party Access sur le réseau d’internet transitant par Maurice est passée à un cran supérieur. Privilégiant la plateforme audiovisuelle, l’ancien Chief Executive Officer (CEO) de Mauritius Telecom, Sherry Singh, intervenant hier soir sur la page Facebook du groupe Défi, avec sur le plateau le tandem Nawaz Noorbux et Jean-Luc Émile, est venu confirmer l’importance critique de la teneur du Damning Report de l’ancien Chief Technical Officer, Girish Guddoy, sur ce qui s’est passé à la SAFE Landing Station de Baie-du-Jacotet le vendredi 15 avril, dont en termes de Data Capture ou comme rapporté par Le-Mauricien encore d’intervention d’un Top Gun, occupant un poste constitutionnel, pour influencer l’ex-Chief Technical Officer à ouvrir la porte d’une Arrestable Offence à son encontre. Il n’a pas hésité à émettre une mise en garde contre ce grand commis de l’État quant à son rôle dans ce complot.

Sur la base des développements en fin de semaine dans le dossier de Sniffing du réseau internet, il devient encore plus évident que le témoignage de Girish Guddoy a gagné en intensité et importance et que la teneur de son éventuel affidavit devrait faire peser la balance en faveur de la thèse de trahison du Premier ministre, Pravind Jugnauth. Thèse brandie depuis le 1er juillet par l’opposition. En résumé à son intervention de quelque 90 minutes, Sherry Singh a été des plus catégoriques : « Le Premier ministre a induit le Parlement en erreur. Premye minis inn koz manti. Li inn donn akse a enn Third Party ek, pli grav ankor, inn donn akse pou fer intersepsion ek Data Capture. Premye minis inn trayir lepei ek lepep. »

L’un des premiers documents devant faire partie du dossier de l’ancien Chief Technical Officer de MT n’est autre que le rapport, détaillant les 15 étapes de la chronologie des événements des 14 et 15 avril derniers et transmis en date du 12 juillet à 17h52 au CEO par intérim de MT en vue d’une réunion du conseil d’administration de MT (voir des extraits en page 1). Le paragraphe 13 de ce document a toute son importance dans la mesure où il y est fait mention que « the survey was carried out using their tools whereby they connected to several internet links that we have on Safe cable and they did a two-minute data capture on each of those links ».

D’entrée de jeu, Sherry Singh a également porté d’autres graves accusations contre le Premier ministre, notamment en ce qui concerne la correspondance du 12 avril 2022, où il avait été fait mention de Survey. Ce détail avait été évoqué par Pravind Jugnauth à l’Assemblée nationale mardi. S’appuyant sur le Logbook du Registry de Mauritius Telecom, il déclare : « Zame mo pa inn resevwar. Swa PMO pa inn avway sa. Swa se enn fabrikasyon. » Remarque très lourde de sens dans la conjoncture.

L’ancien CEO de MT, tout en concédant qu’il n’y a aucune autorisation en écrit pour l’accès à cette Restricted Zone, se déroulant de 12h59 à 18h52, confirme au sujet de la Data Capture que « li pou gagn tou saki pase (sur le réseau transitant à Baie-du-Jacotet) a sa moman-la ». Il souligne : « Data pa belong à SAFE, ni au Premier ministre, ni à Mauritius Telecom. Data-la li pou bann parti konserne. »

Par ailleurs, l’ancien CEO a donné des explications sur le principe de Mirror pour la Data Capture et s’est également permis de rappeler que lors de la première tentative de Mirror the Traffic, les techniciens indiens avaient échoué alors que la deuxième avec le Monitoring Port n’avait pas marché. Pour la troisième, l’équipe technique de l’Inde était intervenue sur 21 des 47 Links à la Landing Station. Il n’a pas voulu s’aventurer pour évoquer les raisons de cette intervention sur le réseau SAFE transitant à Maurice.
Sherry Singh n’a pas manqué de faire état du fait qu’il n’a pas confiance en la police et que l’enquête en cours ne concerne pas le fond du problème du Sniffing du réseau d’internet.

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement mensuel (paiement via Paypal en USD), Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire), et Abonnement annuel (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire)
S’inscrire
Log In
- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour