Secteur cannier – En faveur des planteurs : Les mesures de soutien pour la récolte 2024 déclinées

Une série de mesures de soutien aux planteurs de canne à sucre pour la récolte 2024 a été lancée, mercredi, au Beau-Champ Farmers’ Service Centre, en présence du ministre de l’Agro-Industrie et de la Sécurité alimentaire, Vikram Hurdoyal. Le ministre du Développement industriel, des PME et des Coopératives, Sunil Bholah, le Deputy Speaker de l’Assemblée nationale, Zahid Nazurally, le Chief Executive Officer (CEO) de la Mauritius Cane Industry Authority, Satish Purmessur et d’autres personnalités étaient présents à l’occasion.

- Publicité -

Le ministre Hurdoyal a souligné que le gouvernement a pris toutes ces mesures dans le but d’insuffler un nouveau dynamisme au secteur de la canne à sucre et de promouvoir l’autosuffisance alimentaire. Il a présenté certaines des mesures visant à remédier aux difficultés financières rencontrées par les planteurs de canne à sucre vulnérables, notamment le paiement d’une avance de récolte de 80 % sur le prix garanti du sucre, l’Advanced Fertiliser Scheme for Crop 2024, la location et l’acquisition de nouvelles machines et le Cane Replanting Revolving Fund, entre autres.

Vikram Hurdoyal a fait état de sa détermination à poursuivre les efforts en vue de soulager les planteurs de canne à sucre des nombreux défis auxquels ils sont confrontés et à promouvoir la sécurité alimentaire dans le pays. « Il est donc important d’avoir des statistiques sur le nombre et l’âge des planteurs de canne à sucre afin de savoir si le secteur a connu un vieillissement et déterminer si l’industrie sucrière a un avenir viable ou non », maintient-il.

Par ailleurs, le ministre a abordé le volet de la collaboration entre le ministère de l’Agro-industrie et de la Sécurité alimentaire et celui du Développement industriel, des PME et des Coopératives dans la mise en œuvre des mesures. « Sans cette collaboration, plusieurs initiatives telles que les travaux de préparation des sols par des PME afin de fournir ces services de préparation en temps opportun aux planteurs n’auraient pas été possibles », indique-t-il.

Pour le ministre, la pandémie de COVID-19 a montré l’importance de l’agriculture pour la sécurité alimentaire de même que les activités d’élevage pour garantir la dimension de l’autosuffisance alimentaire et réduire les impacts qui en résultent sur le niveau de sécurité alimentaire nationale.

Il a ainsi fait un appel à la population pour revenir au concept potager familial et profiter des mesures introduites par le gouvernement pour encourager la production locale.
Le ministre Hurdoyal a également exhorté les planteurs à utiliser des biofertilisants tels que la mélasse au lieu d’utiliser des engrais chimiques. « De plus, avec l’opérationnalisation du National Biomass Framework, tous les planteurs bénéficieront de la rémunération de la bagasse au prix de Rs 3 300 la tonne de sucre », rappelle-t-il.

« L’industrie sucrière se porte bien et l’État continue d’apporter son soutien aux planteurs », réitère-t-il. Il encourage un retour à la culture de la canne à sucre, car le prix du sucre devrait continuer à augmenter sur le marché international.

Pour sa part, le ministre Bholah déclare que le gouvernement est sensible au sort des planteurs de canne à sucre et qu’il soutient et aide les petits planteurs de canne à sucre, comme en témoignent les mesures en cours élaborées et mises en œuvre par les autorités compétentes.

« Face aux différents défis auxquels le monde est confronté tant au niveau national qu’international, le gouvernement s’est donné comme priorité de mettre en œuvre des mesures pour que les planteurs de canne à sucre continuent à cultiver leurs terres et ne les abandonnent pas », dit-il encore en faisant état des facilités disponibles, dont le programme d’avance des engrais pour les cultures, le Nursery Establishment Scheme;  et le Seedcane Subsidy Scheme.

Satish Purmessur a signifié l’intention de la MCIA d’aider les planteurs à travers la mise en œuvre de plusieurs mesures visant à promouvoir le développement du secteur de la canne à sucre, créant ainsi un environnement favorable avec des services innovants et efficaces et un transfert de technologie pour répondre aux défis actuels et futurs.

Les mesures développées comprennent l’augmentation du prix minimum garanti de Rs 25 000 à Rs 27 500 par tonne de sucre, la mise à la disposition de nouveaux équipements mécanisés, à savoir deux récolteuses de canne à sucre et deux tracteurs par la MCIA et la mise en place d’un dispositif financier doté d’une provision de Rs 500 millions pour l’exercice 2023-2024 afin d’octroyer des prêts à un taux d’intérêt concessionnel de 2% par an pour le renouvellement des plantations de canne à sucre.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour

- Publicité -