Plusieurs pays ont enregistré une hausse du nombre d’enfants malades du Covid-19. Fin juillet, les États-Unis avaient enregistré une explosion de 72 000 cas chez les jeunes avec pour origine le variant Delta. Quelle protection pour nos petits qui reprennent le chemin de l’école dans deux semaines ? La vaccination est-elle une solution pour les enfants ?

Pour le Dr Iswaraj Ramracheya, diabétologue et endocrinologue, ce sont davantage « ceux souffrant de troubles neurologiques graves, de trisomie 21, d’immunosuppression et de troubles d’apprentissage multiples ou graves ou ceux qui vivent avec une personne immunodéprimée devraient recevoir le vaccin ». Il prône davantage de mesures de précaution dans les établissements scolaires. Selon lui, les enfants malades devraient être encouragés à rester à la maison et des options de cours en ligne devraient être mises à leur disposition. Il insiste sur l’importance de poursuivre la vaccination de la population et rappelle que les non-vaccinés son « cinq fois plus à risque d’être infectés ».

Quant au Dr Ishaq Jowahir, vice-président de la PMPA, (Private Medical Practioners Association), il estime que la scolarité doit se poursuivre, mais pas au détriment de la santé des enfants. « On peut faire des cours en ligne ou alors rattraper par la suite, comme quand les écoles étaient fermées pendant six mois après le cyclone Carol, on avait fait le rattrapage les samedis. Les enfants allaient à l’école six jours. On peut reprendre une fois l’immunité collective atteinte ». Pour ce qui est de la vaccination des enfants, il la juge « un peu tôt ». Même pour les adultes, dira-t-il, on ne connaît pas les effets sur la durée. « Ce n’est qu’avec le temps qu’on le saura. Pour protéger les jeunes donc, il vaut mieux diminuer les sorties. »

L’ancien ministre de l’Éducation, Dharam Gokhool, lui, est catégorique : « Vu le nombre croissant de cas au sein de nos établissements scolaires ces derniers temps, et avec les risques accrus à l’ouverture totale de nos frontières, il est impératif que des dispositifs additionnels soient mis en place par le ministère. » Il prône davantage de vigilance et de précautions dans la mise en place de protocoles « au sein de la communauté aussi bien qu’au sein des établissements scolaires pour mieux protéger nos jeunes et nos enfants ». Il ajoute qu’il faudrait « une cellule de communication pour communiquer en temps réel avec les parents ». Il se montre en faveur d’un apprentissage à distance en complémentarité avec un apprentissage en présentiel « tout en assurant que des supports et des technologies pédagogiques appropriés sont disponibles, surtout aux apprenants de groupes vulnérables ». Il souligne qu’on parle déjà d’une “lost generation of learners”. « L’opacité et la complaisance doivent céder la place à la transparence et la rigueur. »

Ce contenu est réservé aux niveaux :Abonnement annuel (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire), Abonnement mensuel (paiement via Paypal en USD), et Abonnement pour 6 mois (paiement via Paypal en USD ou en MUR par Virement bancaire)
S’inscrire
Log In