- Publicité -

Transfert de Rs 60 Mds au GM : « Padayachy et la BoM désavoués », relève XLD

Les comptes de la Banque de Maurice (BoM) constituent un désaveu du ministre des Finances, Renganaden Padayachy, et du gouverneur de la Banque de Maurice, Harvesh Seegolam, sur le transfert des Rs 60 milliards au gouvernement. C’est qu’a affirmé samedi le leader de l’opposition et du PMSD, Xavier-Luc Duval.

- Publicité -

« En réponse à une Private Notice Question que je lui avais posée en juin dernier, le ministre des Finances avait affirmé que je ne comprends rien en ce qui concerne les chiffres alors qu’Harvesh Seegolam a émis à plusieurs reprises des communiqués contradictoires sur le traitement de ces Rs 60 milliards, en particulier la tranche des Rs 28 milliards qui, selon lui, devait rester sur le Balance Sheet de la Banque centrale comme un actif. Or, ces comptes audités par KPMG – que je félicite –, entament la crédibilité non seulement du gouverneur de la Banque centrale mais également de la Banque elle-même. Ces comptes sont un désaveu de tous les baratins que nous ont racontés Seegolam et Padayachy sur le traitement des Rs 60 milliards – qui étaient une invention du gouvernement pour justifier ses dépenses durant l’année écoulée », a dit Xavier-Luc Duval.

« Sur les Rs 60 milliards transférées sur le compte du gouvernement, la BOM a été obligée de Write Off Rs 55 milliards. Il ne lui reste que Rs 5 milliards sur son Balance Sheet. La Shareholders Reserve est passée de Rs 43 milliards à Rs 3 milliards d’une année à l’autre. C’est un affaiblissement inacceptable de la Banque de Maurice », dénonce-t-il.

Par conséquent, a poursuivi Xavier-Luc Duval, si la Banque de Maurice est solvable c’est grâce à la dépréciation de la roupie qui a créé une augmentation de ses acquis sur papier seulement. Il se demande si la BOM sera en mesure de protéger la roupie à l’avenir. De plus, ce sont les consommateurs qui font les frais de la dépréciation de la roupie qui entraine une baisse de son pouvoir d’achat et le niveau de vie des Mauriciens. « C’était une hérésie financière », dit-il.

D’autre part, Xavier-Luc Duval note que les chiffres du rapport financier de la Banque de Maurice indiquent que le Mauritius Investment Corporation Limited a essuyé une perte technique de Rs 600 millions. « Tout cela me rappelle les comptes de la BAI avec ses réévaluations at Fair Value», déclare le leader de l’opposition qui a fini par fustiger de Renganaden Padayachy et Harvesh Seegolam.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour