JEANNE GERVAL AROUFF

Un programme qui marque les esprits ! Cet important ensemble – assemblage des très jeunes, en passant par les adolescents jusqu’aux adultes, impliquant aussi le Conservatoire National de Musique – qui en dit long sur l’implication des participants rendant hommage à Ludwig Van Beethoven et les organisateurs d’Immedia et de l’Union européenne dans leur siècle – le nôtre – cet important ensemble de talents restera gravé en mémoire.

Quelle belle occasion d’apprécier la musique classique, davantage à une heure où la possibilité de s’ouvrir à une telle échappée ne peut être que des plus salutaires au « vivre en retrait » des lois inéluctables du Covid-19.

Et que dire de ces mots de Rama Poonoosamy vers la fin, tout à fait dans l’air du temps : « Zenes, zwe lamizik, res lwin ar sintetik ! »          

Un concert qui donne à la fois une conscience spectaculaire de « la musique sauvée de toute partisanerie »,  jeunes polycolores de l’île-point-île-plurielle – soustraits magnifiquement de ‘l’hypertechnologisation’ du siècle !

De quoi espérer !