Cercle de Joachim, club de la Super League de football, a été sanctionné de quelque Rs 400 000 (10 000 francs suisses) par la Fédération internationale de Football Association (FIFA) en mai dernier. Cela, après avoir été reconnu coupable d’avoir enfreint les règlements dans le cadre de transfert de joueurs étrangers. En revanche, ce que nous ignorions jusqu’à présent, c’est que la Mauritius Football Association (MFA) avait également été sanctionnée dans le cadre de cette affaire et qu’elle s’est vue infligée une forte et même amende de…Rs 400 000 !

Etonnamment donc, ce sujet, pourtant d’intérêt national, a été gardé secret pendant de longs mois. Sans doute, pensait-on, à la MFA de pouvoir le faire pour encore très longtemps ! Sauf que la vérité finit toujours par éclater. Et la parution de la Disciplinary & Ethics Report 2019/2020 de la FIFA en est pour quelque chose. Un document où la MFA est d’ailleurs citée comme étant une « accused party » dans cette affaire.

L’opacité dans laquelle fonctionne la MFA n’aurait pas permis de voir plus clair dans ce cas. D’abord, la sanction infligée à Cercle de Joachim n’a jamais été officiellement révélée par la MFA avant que Week-End n’en parle, le 19 juillet dernier…deux mois après que le couperet ne soit tombé. Jusqu’ici, la MFA pouvait continuer à faire comme si de rien n’était, se permettant même de noyer le poisson, comme lorsque son président évoque « une affaire interne » à Cercle de Joachim.

Ce n’est que six mois après que nous sommes enfin informés, à travers le site officiel de la FIFA, de la sanction infligée à la MFA. Ce qui est quand même grave, n’en déplaise à Samir Sobha ! Désormais, le cas Cercle de Joachim ne peut être traitée comme une affaire interne, notamment de par la façon dont la MFA a été rappelée à l’ordre par le FIFA Disciplinary Committee et qui plus est, faisant tomber, un à un, les arguments communs de la MFA et de Cercle de Joachim, en avril dernier.

Ce qui est encore plus grave, dans cette affaire, c’est la position qu’occupe Samir Sobha au centre de cette sanction. Il est représentant de Cercle de Joachim et représente aussi ses intérêts au sein de la MFA où il n’est autre que le…président !Avouez quand même que cela fait tâche dans pareille situation où le football mauricien a été traîné dans la boue. Et même si le rapport ne le dit pas, il est un fait que la question de conflits d’intérêts est sérieusement à analyser. D’autant que le rapport est accablant, voire défavorable, aux deux parties impliquées. Pire encore. Le comité disciplinaire parle même de faits indiscutables et reproche à la MFA et à Cercle de Joachim d’avoir enfreint les règlements de la FIFA visant pourtant à rendre le transfert international plus transparent.

Ainsi donc, la MFA et Cercle de Joachim ont été punis pour cela. Reste maintenant à savoir, surtout au niveau de la MFA, si cette amende a déjà été réglée. Et si tel est bien le cas, on aurait aimé savoir si le paiement figure dans le Financial Statement for the year ended June 30, 2020, déposé devant l’assemblée générale annuelle le 25 septembre dernier, à Trianon.

Ce qui est aussi sûr, c’est que cette affaire est loin d’être terminée au-delà des sanctions infligées. Car c’est cette fois la police mauricienne qui a eu la responsabilité d’enquêter sur les conditions menant à l’obtention d’un permis de travail aux joueurs malgaches recrutés pour la saison 2019/2020. Samir Sobha a été convoqué à s’expliquer, il y a deux semaines, même s’il a affirmé le contraire dans un quotidien.

Désormais, il est important de savoir ce qu’il en retourne du document contesté menant à l’obtention d’un permis de travail. Un International Transfer Certificate certifié par la MFA, mais que la FIFA ne reconnaît pas, notamment le Disciplinary Committee qui, sur la base d’un « burden of proof » est venu affirmer que ces transferts ont été faits « outside TMS without ITC. » Une affirmation très grave d’autant que ce comité précise, dans son rapport, « any form of ITC other that the one created by TMS shall not be recognized. »

Ainsi, on attendra de voir si d’autres personnes seront convoquées par la police dans le cadre de cette affaire. Car, si la MFA a effectué des transferts non-reconnus par la FIFA, il est donc clair que des étrangers sont arrivés sur le sol mauricien, alors qu’ils n’en avaient pas le droit.

Les coupables doivent être sanctionnés. Pour cela, les autorités devront agir avec fermeté et non timidement. Le Premier ministre, Pravind Jugnauth, l’a d’ailleurs bien fait comprendre dans le cas du volley-ball: personne n’est au dessus de la loi. Et ça, le ministre des Sports, Stephan Toussaint, gagnerait à s’en rappeler, une fois pour toutes, lui qui s’est trop souvent réfugié derrière l’argument de l’autonomie des fédérations !