- Publicité -

PGCE vs. Master of Educational Leadership pour un rectorat

DR SINGFAT CHU

- Publicité -

Je fais référence à la nomination – qui fait l’objet d’un litige – pour le rectorat du Collège St-Joseph. Se taire face à une injustice subie par la personne, ce serait être complice.

Et je ne le serai pas en tant que : 

1) patriote très concerné par ce « case study » qui illustre ce qui est malsain en notre patrie;

2) éducateur avec 31 ans d’expérience en tant que Professeur à l’Université Nationale de Singapour, maintes fois primé « Outstanding Educator », « Chair, Faculty Teaching Excellence Committee » et juge de caractère ayant jaugé des milliers d’étudiants MBA pour rédiger leur « Testimonial Letter »;

3) Connaissant la personne depuis 56 ans car nous étions dans les mêmes classes au cycle primaire, mais pas amis !

Le contentieux, c’est que la personne n’a pas de Post Graduate Certificate in Education (PGCE). Cependant, elle détient un Master of Educational Leadership (MEL) obtenu en 2010. Avant d’entrer dans les détails de leur curriculum, jugez vous-mêmes : laquelle des deux qualifications est plus apte pour le rectorat?
Une recherche sur Google sur “Is a PGCE equivalent to a Masters UK?” nous apprend que “A PGCE is a 60 credit postgraduate qualification studied at level 7. These credits are earned at Master’s level, and can later be transferred to a Master’s of Education if students choose. In a scenario where Master’s credits aren’t offered, the PGCE is called a Professional Graduate Certificate in Education…”. Donc, le PGCE n’est qu’un “exit pathway” et il faut entreprendre bien plus pour un MEL. Le PGCE ne peaufine un diplômé que pour la pédagogie en classe, par exemple comment motiver le sujet et gérer les élèves en classe, entre autres. 

Le MEL va plus loin et la nominée a étudié par exemple des cours très pertinents: « Leading Authentic Learning », « Human Resource Management & Development », « Leading Educational Change », « Educational Leadership and Responsible Governance », « Educational Leadership and Cultural Issues in Mauritius » etc. La personne compte 12 ans d’expérience dans la mise en œuvre de ses connaissances. 

Je partage maintenant mon constat après avoir rendu visite à cette personne le 9 septembre 2022. C’était notre deuxième rencontre en plus d’un demi-siècle (la première étant le 28 mai 2022 pour une Primary School Reunion). J’avais préparé des « Gato Lalinn » que je voulais partager avec elle. On s’est donné rendez-vous au collège. Je pensais qu’elle était une Educator. Et je tombe des nues lorsque j’apprends du vigile qu’elle est la rectrice en question. Mon constat suivant le périmètre extérieur de l’école, et bien plus en entrant à l’intérieur, est qu’il s’agit d’un établissement excellemment géré de par l’état immaculé de ses bâtiments, une cour hyper propre, des élèves disciplinés, souriants et respectueux. Ce n’est pas le fruit du hasard: Results speak for themselves!  

Voilà ce que je voudrais partager. Je n’ai aucun doute que la personne en question est surqualifiée plutôt que pas qualifiée pour être rectrice…

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour