C’est l’histoire d’une série humoristique mauricienne qui, par le biais de son personnage principal, raconte la vie mauricienne avec une sacrée dose d’humour. Lancée par Nicolas Fanny, Ki Zistwar ? met en scène Ludovic Joséphine et son compagnon, Danilo Antoinette. En tout, 47 épisodes, qui durent chacune quelques minutes pour la première saison. Les nouvelles aventures reprennent pour la saison 2, dès le 15 novembre.

Ça y est, les élections sont finies. Ce qui devrait aussi signifier la fin des feuilletons politiques qui ont marqué la campagne 2019 et qui ont suscité autant d’émotions que les telenovelas. Afin de combler ce grand vide, il y a ceux qui, pour rester dans le même genre, se rabattront sur les ti-komik. D’autres, plus avisés, pourront choisir les histoires quotidiennes de Ki Zistwar ?, dont la saison 2 commence cette semaine. Les palpitantes aventures de Ludovic reprennent, avec la promesse de quelques dénouements plus intenses que dans Vikings, plus palpitants que Mariana et Scarlett, encore plus captivants que Kulfi Kumar Bajewala, mais pas aussi intelligents que la grande saga des Gates…

Position zen.
Et si vous n’avez rien compris à tout cela, prenez un grand bol d’air et retenez votre souffle. Mettez-vous en position zen, et allons à la découverte de celui qui pourrait bien devenir votre nouveau meilleur pote. Enn larme sa kalite la, nous en avons tous croisé un jour ou l’autre. Pour notre bonheur ou pour notre plus grand malheur. Non pas qu’il soit forcément soy. Mais… vous finirez bien par comprendre, à vos dépens.
Bon, assez avec enn ta zistwar et venons-en au fait. Le sujet se prénomme Ludovic. Aussi surnommé Dovic par les intimes – bien évidemment cela ne pouvait être autrement. Ce personnage mène une vie trépidante et passionnante… dans sa tête. Sur son canapé ou à table dans sa cuisine, ce trentenaire vit en mode kas poz. Sa destinée et son bien-être, c’est à sa mère de s’en occuper. Ou à ses amis, qui ne sont pas nombreux. Chômeur par choix, Ludovic est un bater bis par excellence. Plus fort encore que les koler lafis et autres meter tchoula récemment à l’œuvre dans les bases et autres meetings. Mais bon, ça, c’est enn lot zistwar.

Misie Konntou.
À l’image de cet ami que nous avons tous eu, Ludovic a des avis sur tout. Les gens qui sentent mauvais dans les soirées dansantes, les gourma labwason, le lump sum de sa mère, la femme de son ami, la caissière du supermarché, les voleurs de culottes, les problèmes de pilosité, les élections, les accidents, les arnaqueurs, etc. Un peu palab sur les bords, il a surtout l’art et la manière de dire les choses. Surtout quand il est à côté de son ami Danilo ou quand il parle à sa mère avant qu’elle ne le gratifie de quelques coups de balye fatak.
Aussi banales que puissent être ses conversations, Ludovic sait comment raconter ses zistwar. Des anecdotes tombant du ciel, des répliques déroutantes, une logique déconcertante, ses conversations mènent toujours là où on ne s’attend pas.
Quarante-sept épisodes, du 15 septembre au 3 novembre : Ludovic, peut-on comprendre, parle beaucoup dans Ki Zistwar ?. Imaginée par Nicolas Fanny, cette série mauricienne a vite gagné en popularité sur YouTube, Facebook et Tik Tok. Ils sont des milliers à suivre les élucubrations du personnage dans des épisodes qui durent approximativement deux à quatre minutes. Une zistwar par jour, durant laquelle le personnage parle de choses du quotidien, ainsi que de lui-même et de son entourage.
Une idée simple et fraîche qui s’appuie sur le jeu des acteurs et le professionnalisme des techniciens. Nicolas Fanny a pris pour référence la série française Scènes de ménages pour développer Ki Zistwar ? “Je voulais quelque chose avec laquelle les gens ne se prendraient pas trop la tête pour parler de la société sur une note humoristique”, explique-t-il.

La société sur une note d’humour.
Un projet qui semblait taillé sur mesure pour son ami Ludovic Joséphine. Rappeur, membre de la formation NAS Possi, ce dernier est un meter dialog invétéré, incapable de discuter sans improviser des vannes ou des histoires drôles. “Mon personnage ressemble à ce que je suis dans la vie. Je n’ai pas suivi de formation, je n’ai pas fait de théâtre. Momem mo kouma dir enn teat”, balance Ludovic Joséphine. “J’ai toujours aimé les projets de Nicolas Fanny, et c’est donc naturellement que je l’ai suivi dans cette série.”
Le décor a été vite trouvé au domicile de l’un d’eux. Photographe et cinéaste, entre autres, Nicolas Fanny s’est mis derrière la caméra, préférant laisser faire Ludovic et Danilo Antoinette, sans leur imposer de script. “Pour les deux premiers épisodes, nous avons tenté de nous baser sur un script. Mais nous nous sommes rendu compte qu’ils travaillaient mieux en free style. Avant le tournage, nous convenons simplement du thème qui sera abordé et des points qui devront ressortir, et nous laissons faire les acteurs”, précise Nicolas Fanny. C’est sa mère, Brigitte, qui tient le rôle de la mère exaspérée de Dovic dans la série. Ludovic Joséphine confie : “Pou mwa se enn fason pran enn nisa ek exprim seki mo anvi dir.”
Après trois personnages et quelques invités pour la première saison, Ki Zistwar ? sera appelé à évoluer et à s’épanouir avec d’autres personnages et d’autres décors dans la saison 2. La vie de couple, les enfants, les relations belle-mère/belle-fille, seront désormais abordés. Il s’agira aussi pour l’équipe de trouver des sponsors pour l’aider à continuer ce projet réalisé sans la moindre rémunération. Les protagonistes se disent heureux d’offrir un autre choix de divertissement au public. Dans la foulée, à travers certains thèmes, Ki Zistwar ? veut aussi participer à la réflexion sur des sujets sensibles.
Les histoires sont donc loin d’être finies. L’équipe est encouragée par l’enthousiasme de ses followers. Sans faire dans le gros rire facile ou la vulgarité, Ki Zistwar ? prend son envol et s’installe dans le paysage.