- Publicité -

Zero extinction project : De l’espoir pour les plantes rares

Initié il y a deux ans, le Zero Extinction Project – porté par la Mauritian Wildlife Foundation et le Conservatoire National de Brest – porte déjà ses fruits. Grâce au projet financé par la Critical Ecosystem Partnership Fund, Klorane Botanical Foundation et l’Arche aux plantes, les botanistes ont réussi à greffer le bois pasner – plante endémique de Rodrigues extrêmement rare dont la propagation était au point mort – sur un poivrier noir. Une étape très importante qui a redonné de l’espoir aux botanistes dans leur quête de sauver cette espèce de l’extinction.

- Publicité -

Pour avoir une idée de l’avancée qu’a permis le Zero Extinction Project, il faut avant tout connaître la situation réelle du bois pasner. Dans la nature, il ne restes que trois individus. 1 jeune arbuste dans la réserve de François Leguat et 2 vieilles plantes dans la réserve d’Anse Quittor dont une qui n’est pas en très bonne santé. Une tentative de propagation à Kew Gardens en Angleterre a échoué alors qu’une autre plante apporté à La Réunion est morte. “Le succès de propagation de cette plante était quasi-nul”, confirme Vikash Tatayah, Conservation Director à la Mauritian Wildlife Foundation (MWF). Celle-ci porte le projet en collaboration avec le Conservatoire National de Brest mais avec le soutien précieux des Forestry Services de Maurice et de Rodrigues, le National Parks Conservation Service et Ebony Forest.

Greffe du bois pasner sur un poivrier noir.

Le succès dans la tentative de greffe du bois pasner sur un poivrier noir permet ainsi de garder espoir que cette espèce unique au monde puisse ne pas connaître le même sort que le dodo ou le solitaire. “Stephane Buord du Conservatoire de Brest, était venu faire une bouturage qui n’a pas fonctionné. Ensuite, utilisant sa technique, Alfred Begue et Martine Brasse-Genave ont eux eu une tentative concluante. Ce qui est intéressant, c’est que le poivrier noir est également une plante en danger critique d’extinction. Nous essayons de sauver une plante en grand danger d’extinction à travers une autre plante dans le même pétrin qu’elle”, souligne Vikash Tatayah.

Suite à ce succès, les démarches pour faire d’autres tentatives ont déjà été enclenchés. Avec la collaboration du Forestry Services de Maurice et de Rodrigues, 10 poivriers noirs ont été envoyés à Rodrigues. Ils sont actuellement en quarantaine et pourront être envoyés en pépinière dans une trentaine de jours. “Nous aurons potentiellement 11 greffons, ce qui maximisera nos chances de réussites.”

“Priorité est donné aux espèces extrêmement rares”

Comme le bois pasner, elles sont une demie-douzaine de plantes très rares de Rodrigues et 12 de Maurice à être incluses dans ce projet. Par bouturage, greffe ou d’autres techniques, les botanistes se servent du projet pour éviter l’extinction. Nous retrouvons ainsi d’autres espèces telles que le dombeya rodriguesania de Rodrigues ou encore l’aerva congesta et l’albizia vaughani de Maurice. “Priorité est donnée aux espèces extrêmement rares, celles qui n’ont jamais réussi à être propagées par le passé ou alors que très peu. Certaines d’entre elles n’ont d’ailleurs jamais pu être mises en culture.”

Le projet consiste également en la création de Seed Banks à Maurice et Rodrigues qui permettent de mettre en sécurité des graines d’espèces rares. “Ceci nous permettra de les utiliser pour faire de la germination, faire de la recherche à n’importe quel moment sans devoir attendre que certaines plantes en produisent dans le cas d’espèces qui ne le font que très rarement mais aussi d’en distribuer aux autres banques de graines afin d’avoir un stock au cas où il y a un soucis.” Des formations vont être données aux botanistes locaux quant aux fonctionnement des Seed Banks alors que des séances de capacity building sont aussi incluses dans le projet.

D’une durée de deux ans, le financement de Critical Ecosystem Partnership Fund, Klorane Botanical Foundation et l’Arche aux plantes se termine au mois de juin. Des démarches pour trouver d’autres financements ont déjà été entamées.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour