Ketty Lent

Une histoire de réservation à la base d’un conflit avec l’entraîneur national, Ravi Bhollah

Contacté, le président de la fédération, Magarajen Moonien, a, lui, une toute autre lecture de la situation

Voilà une énième tension dont la Mauritius Weightlifting Federation (MWF) s’en serait bien passer, si les faits sont confirmés. La jeune et talentueuse haltérophile, Ketty Lent, médaillée d’or aux derniers Jeux des îles de l’océan Indien, (JIOI) criant à l’injustice, elle qui avance avoir eu maille à partir avec l’entraîneur national, Ravi Bhollah, lundi au centre national, à Vacoas. Une histoire de réservation est à la base de ce conflit !

Selon nos informations, tout haltérophile devant s’entraîner au centre national doit, au préalable, réserver à l’avance, afin de faire une réservation et ce, en raison des restrictions sanitaires dû à la Covid-19. C’est du moins l’explication donnée par le président de la fédération, Magarajen Moonien. « Nous procédons actuellement par un système de réservation par courrier électronique. Les haltérophiles doivent réserver à l’avance, avant de se déplacer au Centre national à Vacoas. Avec la pandémie de la Covid-19, nous souhaitons limiter les déplacements pour le bien-être des athlètes. Ce qui fait qu’il n’y a que 15 athlètes sur la plateforme par session », fait-il remarquer.

Or, il se trouve que Ketty Lent se plaint, dit-elle, de s’être vu refuser l’accès au gymnase, malgré les dispositions prises. Cela, en dépit du fait d’avoir boucler  pour le lundi 9 août, le mercredi 11 août et le vendredi 13 août. À son arrivée au centre, la leveuse de fonte, habitante de Pont Blanc, dit avoir été interdite d’accès. « J’ai été choquée. Je pointe personnellement du doigt l’entraîneur national, Ravi Bhollah, qui ne m’a pas laissé m’entraîner, précisant que je n’avais pas réservé. Je suis catégorique : j’ai effectué la réservation », fait-elle ressortir. Avant d’ajouter « ce n’est pas la première fois que j’ai des problèmes avec Ravi Bhollah. Et cela ne concerne pas que ma personne. Il m’a d’ailleurs fait clairement comprendre que si je me pointais mercredi (11 août) à l’entraînement, il ferait appel aux forces de l’ordre. »

 Le MAJSL pas au courant…

 Le lendemain, Ketty Lent affirme s’être rendue au ministère de l’Autonomisation de la Jeunesse, des Sports et des Loisirs (MAJSL) pour en informer le ministre Stephan Toussaint. Elle s’y est entretenue avec l’un de ses conseillers. « Le MAJSL n’était pas courant du système de réservation de la MWF. Je leur ai fait part de mes ennuis et je tiens à les remercier de m’avoir prêté une oreille attentive », explique Ketty Lent. Suite à cela, cette dernière dit espérer retrouver les plateformes le plus vite possible. « Cette année, durant le confinement, je me suis fait opérer. Maintenant que je m’en suis remise, mon objectif est de reprendre les entraînements. D’autant que j’ai arrêté de travailler pour me consacrer entièrement à mon sport », relate- t-elle.

Aussi, précise Ketty Lent, sa bourse de haut niveau a été revue à la baisse d’où l’importance de reprendre régulièrement ses entraînements à Vacoas. En tenant compte que le président de la MWF a indiqué, avec certitude, que « Ketty Lent n’a pas réservé pour s’entraîner. Elle se doit de se conformer aux règlements », on ne peut s’empêcher de se demander, which is which ?