- Publicité -

Handisport : après les Jeux paralympiques, des ambitions toujours à la hausse pour 2022

– Une médaille visée aux Jeux du Commonwealth de Birmingham et aux Championnats du monde de Kobe

- Publicité -

– Une série de compétitions identifiées de Dubaï à l’Italie, en passant par la Suisse, afin de galvaniser la préparation

2021 a été symbolisé par les grosses performances de Noemi Alphonse aux Jeux paralympiques de Tokyo, au Japon. À défaut de médaille comme espéré, notamment au 100m, la handisportive souffrant d’une déficience physique a atteint quatre finales (100m, 400m, 800m et 1500m) et battus plusieurs records d’Afrique. Forcément donc, les ambitions seront maintenues à la hausse pour 2022, non seulement pour Noemi Alphonse, mais également pour les autres athlètes du groupe d’entraînement de Jean-Marie Bhugeerathee. L’objectif étant cette fois, de monter sur le podium, aux Jeux du Commonwealth (28 juillet au 8 août) à Birmingham, en Angleterre, puis aux Championnats du monde de para-athlétisme (26 août au 4 septembre) à Kobe, au Japon.

Afin de bien préparer ces deux compétitions d’envergure, l’entraîneur national responsables des athlètes souffrants d’une déficience physique, aussi bien que d’une déficience intellectuelle, a déjà son plan en tête. « La préparation a été perturbée, cette année, avec le confinement. Conséquence d’un  manque de compétitions, avant d’aborder les Jeux paralympiques. Reste qu’on a des raisons d’être satisfaits après les performances réalisées, par Noemi Alphonse, à ces Jeux. Il nous est donc impératif de bâtir sur ces performances, afin de tirer tout le groupe vers le haut lors des Jeux du Commonwealth et des championnats du monde », fait remarquer Jean-Marie Bhugeerathee.

Pour ce faire, il était prévu que Noemi Alphonse fasse un déplacement en Australie en janvier prochain, afin de participer à des stages et compétitions à Canberra, Sydney et Melbourne, comme cela a été le cas de 2018 à 2020. Un déplacement sur lequel l’entraîneur comptait beaucoup, sur les conditions de préparation de haut niveau, mis à sa disposition. « Magic (Parasports Club) a déjà reçu son invitation pour cette tournée. Toutefois, ce déplacement demeure, pour l’heure, peu probable à réaliser. Nous sommes en contact avec les Australiens et ce qui est très embarrassant, ce sont les restrictions. Elles diffèrent d’une région à l’autre en Australie et sincèrement, ce sera très compliqué de faire ce déplacement, dans ces conditions », indique-t-il.

Confirmation attendue

Dans ce contexte, c’est la destination Dubaï qui sera privilégié en mars, dans le cadre de ce début de campagne internationale. Un déplacement qui n’avait malheureusement pu se faire, en raison justement de la Covid-19. Jean-Marie Bhugeerathee compte bien s’y rendre, l’année prochaine, avec certains de ses athlètes, pour participer à deux compétitions (14 au 16, puis 17 au 24 mars). Ils enchaîneront ensuite, avec une série des compétitions en Europe, comme cette année. Il est prévu que le groupe se rende d’abord en Suisse (26 au 29 mai), avant de mettre le cap sur la France et l’Italie ensuite. « Cette succession de compétitions a permis à nos athlètes de progresser énormément cette année, notamment pour Noemi et Anaïs Angéline, présentes aux Jeux de Tokyo. Il nous faudra maintenant confirmer et surtout voir plus haut », explique-t-il.

Pour Jean-Marie Bhugeerathee, il sera très important d’aller chercher une médaille aux Jeux du Commonwealth et aux championnats du monde, afin d’être en mesure de voir encore plus grand, lors des Jeux paralympiques de 2024, à Paris en France. « Noemi sera certes la chef de fil, mais nous attendons aussi beaucoup de nos autres athlètes souffrants d’une déficience physiques que sont Anaïs, Roberto (Michel), Mehfooz (Ozeer), aussi bien que Denovan (Rabaye) — handicap intellectuel — et Anndora (Asaun) — handicap visuel », fait-il ressortir.

Review de classification

L’entraîneur national se dit aussi heureux de pouvoir compter sur les fédérations physiques et intellectuelles, mais aussi sur la collaboration du ministère des Sports et d’Horizon Paris 2024, lequel soutien Noemi Alphonse, Anaïs Angéline, Denovan Rabaye et Roberto Michel. Soulignons que ce dernier, champion du monde junior 2019 au 400m fauteuil, devra, par ailleurs, passer un “review” de classification, avance Jean-Marie Bhugeerathee. Ce sera chose faite en mars prochain, à Dubaï.

À noter qu’Anndora Asaun et son guide, Loïc Bhugeerathee, prépare également une participation au 100m, lors des Jeux de la Francophonie. Une compétition qui se déroulera du 19 au 28 août 2022 à Kinshasa, en République Démocratique du Congo. La préparation pour ces différentes compétitions se poursuivent à un rythme soutenu avec l’accent, pour l’heure, sur une grosse préparation physique.

Deux compétitions étaient prévues en cette fin d’année localement, mais repoussées, en raison des nouvelles restrictions sanitaires. Pour rappel, seule l’organisation des compétitions ne sont pas autorisées pour l’heure. Ce qui réjouit Jean-Marie Bhugeerathee contrairement au confinement de mars dernier et des difficultés rencontrées, à s’entraîner et à maintenir le programme.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour