- Publicité -

Mondiaux/Championnats du Commonwealth : Une revanche pour Cédric Coret et Anthony Madanamoothoo

Le comité technique de la Mauritius Weightlifing Federation (MWF) a finalement sélectionné les haltérophiles Cédric Coret (96 kg) et Anthony Madanamoothoo (102 kg) pour les Mondiaux et les Championnats du Commonwealth qui se tiendront simultanément en Ouzbékistan du 7 au 17 décembre. Même si rien n’a été officialisé et que la lettre officielle du ministère de l’Autonomisation des Jeunes, des Sports et des Loisirs (MAJSL) se fait toujours attendre, ce duo d’haltérophiles est plus que jamais sûr d’être du voyage. Ils seront accompagnés de Gino Soupprayen.

- Publicité -

« Par ordre de priorité, ce sont Cédric Coret et Anthony Madanamoothoo qui seront du déplacement pour les Mondiaux et les Championnats du Commonwealth en Ouzbékistan. Ils seront accompagnés de Gino Soupprayen. Nous attendons maintenant une lettre officielle du ministère de l’Autonomisation des Jeunes, des Sports et des Loisirs (MAJSL) », indique l’homme fort de la fédération, Magarajen Moonien. Pour rappel, Coret avait été triple médaillé d’or aux Jeux des îles de l’océan Indien (JIOI) de 2015 à La Réunion et 2019 à Maurice. Il avait d’ailleurs été élu « Meilleur Performeur » lors des derniers championnats de Maurice au Centre national de Vacoas, avec une performance de 136 kg à l’arraché, 173 kg à l’épaulé-jeté et 309 kg au total olympique. Sa sélection ne souffre d’aucune contestation.

Anthony Madanamoothoo peut, lui, pousser un ouf de soulagement, car malgré sa bonne performance aux derniers championnats de Maurice, son cas demeurait en suspens. Également médaillé d’or aux JIOI de 2019, il avait été privé à la dernière minute d’une participation aux Junior African Championships (JAC) en Ouganda en septembre 2019. Cette fois, il sera bel et bien de la partie. Pour rappel, ces Championnats du Commonwealth sont qualificatifs pour les Jeux du Commonwealth 2022 à Birmingham. À noter que Magajaren Moonien a révélé avoir eu une entrevue avec le ministre Toussaint lors de la semaine écoulée et que le point soulevé était la possible arrivée d’un directeur technique national (DTN).

« Le MAJSL m’a fait part qu’il comptait prendre un DTN et que dans leur base de données figurait le nom du Roumain Urdas Constantin », fait-il ressortir. « La MWF n’a rien contre l’arrivée d’un nouveau DTN, bien au contraire. Mais nous sommes contre le retour d’Urdas Constantin », lâche notre interlocuteur. Avant d’ajouter que « ça ferait mauvais genre de s’attacher les services d’un technicien venant de Roumanie, d’autant que la Fédération internationale d’haltérophilie (IWF) a suspendu la fédération roumaine en raison de plusieurs cas d’infraction à la réglementation antidopage. La MWF ne veut pas s’associer à cela. »

Magarajen Moonien soutient qu’il faut « éviter les techniciens venant de l’Europe de l’Est et privilégier ceux venant d’Asie. Je pense que c’est la meilleure chose à faire. » On se souvient qu’Urdas Constantin avait été la cheville ouvrière du succès des haltérophiles aux JIOI de 2015 à La Réunion. Il était d’ailleurs très apprécié des athlètes, mais il était en conflit avec la fédération qui avait décidé de ne plus poursuivre l’aventure avec lui après les Jeux Olympiques de Rio en 2016. « Nous voulons un technicien sur le long terme et non en vue des JIOI uniquement. Il faut un suivi sur la durée », conclut le président.

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour