Le duo Ramapatee et son fils Gopal Gujadhur a encore une fois frappé fort dans une épreuve classique en remportant la Coupe d’Or 2020 au terme d’une course tactique menée à la perfection par le jockey Aucharuz qui, du coup, a signé sa première victoire classique sur notre turf. Il a mené Black Cat Back à la victoire de bout en bout en réglant le train à la convenance du cheval sans que ne réagissent ses adversaires, pour prendre une avance décisive sur ses concurrents à l’entrée de la ligne droite finale et résister de peu au retour percutant du grand favori Alyaasaat, mais heureusement pour lui que le but est arrivé à temps. Après sa rentrée tonitruante et victorieuse à la cote de 25/1, Black Cat Back a confirmé de fort belle manière son retour parmi l’élite en s’adjugeant la dernière classique de la saison à la cote de 10/1.

Sans vouloir un instant ternir la victoire de Black Cat Back, nous ne pouvons passer sous silence la course de ses concurrents dans cette épreuve, qui est pour le moins choquante tant sur le plan des temps fractionnés de la course que sur le comportement de plusieurs jockeys dans cette épreuve, qui semblaient plus enclins à faire battre Alyaasaat qu’à l’emporter eux-mêmes. Une revue de la course n’est pas inopportune et l’analyse de la course de chaque cheval vient démontrer que, comme le Maiden 2020, la Coupe d’or 2020 n’a pas été une fair running race, du moins pour l’argent du public.

Dès le départ, on a vu Puget Sound, pourtant connu pour sa vélocité et qui mène souvent le train, être repris très rapidement pour se retrouver en retrait avec Alyaasaat dans sa foulée, entraîné malgré lui à l’arrière-garde, alors que devant, Black Cat Back prenait la tête et Undercover Agent s’assurait une deuxième position très avantageuse, a priori. Puis, à la faveur du train régulier imposé dans la montée (11.09), les chevaux se sont mis en file indienne, mais à partir des 1200 mètres, Black Cat a réduit considérablement le tempo de la course (13.41). Bizarrement, Undercover Agent ne s’est pas rapproché comme il aurait dû le faire, sans doute trop confiant de pouvoir battre aisément le leader en ligne droite.

Par ailleurs, ce ralentissement du train allait contraindre et Marauding et Puget Sound à se déporter à l’extérieur et former un rideau de trois chevaux avec The Dazzler devant le favori Alyaasaat. Cependant, au bas de la descente, c’était au tour de The Dazzler de quitter la corde et d’élargir davantage le rideau formé. Conséquemment, la corde s’est ouverte pour Alyaasaat, qui en a profité pour se rapprocher, mais cet acte allait lui être fatal à la corde. Car si le favori a pu se rapprocher de la tête, il a été stoppé net sur quatre foulées au moins sur son élan par Undercover Agent, pris de vitesse, qui n’avançait pas comme attendu. C’est là que Black Cat Back a fait le trou et le temps qu’Alyaasaat retrouve son percutant finish, le but était déjà là. Une analyse plus détaillée de notre collègue Bernard Hyacinthe est consultable à la page 55 de notre magazine. La couleuvre est en tout cas difficile à avaler. Qu’aucune enquête n’ait été ouverte sur cette course nous laisse pantois, alors que jusqu’ici, la chambre des commissaires n’était pas loin du sans-faute cette saison.

Mais attention, il va falloir redoubler d’efforts et être parfait à l’avenir, car la Gambling Regulatory Authority (GRA) avec le parrainage du ministre des Finances a émis les régulations pour la mise sur pied de son comité d’appel. Sous le couvert d’éviter au MTC d’être juge et partie, le comité d’appel de la GRA s’est arrogé des droits abusifs et à notre sens anticonstitutionnels. Si l’essentiel des régulations vont dans le sens attendu d’un comité d’appel normal, il y a quelques unes qui démontrent la vraie nature des intentions dictatoriale de certains à la GRA qui osent doter ce comité d’appel de pouvoirs que même son statutory body qu’est la GRA n’a pas sous la loi. Pire, ce comité d’appel ose se comparer à la Cour suprême de notre pays et s’arroge certains de ses droits. On se demande si le ministre des Finances a bien mesuré la portée de ces règlements ou s’il n’a fait que parapher le diktat du duo d’enfer de la hiérarchie de la GRA. En tout cas, par ces régulations, le pouvoir accordé à un simple comité d’appel est extrêmement dangereux et grave, car cela ouvre la voie à des abus de pouvoir et à l’arbitraire.

Au chapitre des graves incongruités, il faut relever les régulations suivantes :

10. (1) A person aggrieved by a decision of an administrator or racing steward of a horse racing organiser may, not later than 2 days from the date of the decision, lodge an appeal with the appeal committee Le comité d’appel de la GRA se dote du droit d’interpeller les Administrateurs sur leurs décisions de gestion du club alors que le comité d’appel est censé s’occuper seulement du déroulement des courses et des à-côté. Autant dire que la GRA passe à une étape supérieure sur la mainmise sur les prérogatives d’un club qui est pourtant régi par une autre instance étatique qu’est le Regisitrar of Associations. 11. (3) The appeal committee shall not be bound by the rules of evidence but may remain guided by them on any matter it considers appropriate.

Le rules of evidence englobe les règles et principes juridiques qui régissent la preuve des faits dans une procédure judiciaire. En invoquant qu’il n’est pas régi par le rules of evidence, le comité d’appel s’ouvre la voie à l’arbitraire avec tous les abus que cela comporte contrairement au principe de fairness. 12. (1) For the purpose of an appeal before it, the appeal committee may –(e) summon a person to appear before the appeal committee to –… (c) without reasonable cause – (i) fails to attend a sitting of the appeal committee after having been summoned to do so… shall commit an offence and shall on conviction be liable to a fine not exceeding 100,000 rupees and to imprisonment for a term not exceeding 2 years.

À quel titre le comité d’appel de la GRA peut convoquer n’importe quel membre du public et le sanctionner le cas échéant s’il décide de ne pas venir ? L’absence d’un témoin en Cour suprême n’est sanctionnée que de Rs 300 à Rs 500 d’amende. Comme son statutory body, la GRA, le comité d’appel ne peut que s’adresser aux licencees qui tombent sous la GRA Act. Cette régulation est clairement abusive et anticonstitutionnelle. 18. A decision of the appeal committe shall be final and shall not be subject to further proceedings. Même une décision de la Cour suprême de notre pays n’est pas finale et peut être sujette à un appel au Privy Council.

Et il y en a d’autres que nous laisserons le soin aux spécialistes d’analyser et de dénoncer le cas échéant. De toute évidence, ces règlements ont été concoctés dans une cuisine de la GRA où se trouvent des potentats qui ne doivent leur fonction qu’à leur servilité aux hommes du pouvoir, pour s’arroger des droits et des pouvoirs exorbitants, contrairement aux bonnes pratiques judiciaires mauriciennes, pour asseoir leur emprise maladive et malsaine sur le monde hippique mauricien.

Nous serions curieux de voir comment vont réagir les personnalités qui ont été appelées à siéger sur ce comité d’appel et si elles seront désormais disposées à crédibiliser ou pas les outrances écrites et imposées par le gouvernement au monde des courses et même au-delà. Il est dangereux que de tels règlements aient pu être émis sans que le parlement ait eu à statuer sur cela. Décidément, tout part à la dérive ces jours-ci dans le pays, où chaque jour qui passe nous amène son lot de restrictions de nos libertés et d’abus de pouvoir de potentats qui profitent de leurs affectations pour imposer ce qui ressemble fort aux prémisses d’une dictature déguisée qui secoue même les bases de notre démocrate constitution.