- Publicité -

Dans deux semaines : Wayne Wood part pour l’Australie 

– La HRD évoque un ‘check-up’ médical

- Publicité -

– D’autres sources évoquent un découragement de sa part et un éventuel départ définitif

Le patron de la Horse Racing Division (HRD) Wayne Wood a décidé de s’absenter en pleine saison hippique après seulement huit journées de courses cette saison. Il s’envolera l’Australie où il effectuera un ‘check-up’ médical. Cette nouvelle nous a été confirmée officiellement par la HRD, vendredi après-midi et le principal intéressé a fait une déclaration dans ce sens à la presse, hier. Toutefois, dans les coulisses, certains avancent avec insistance qu’il profitera de ce voyage pour faire un bilan de son action à la HRD et à Maurice avant de décider s’il va revenir ou pas.

En tout cas, le timing de ce départ est pour le moins surprenant. En effet, on comprend mal comment il peut déserter son bureau pour un simple check-up médical— à moins qu’il s’agisse de quelque chose de grave— alors que depuis son arrivée et des longs mois d’inactivité, c’est maintenant qu’il doit « deliver the goods » dans un contexte où l’organisme qu’il dirige n’est pas à la hauteur des attentes jusqu’ici. Il a beau dire qu’il est là depuis un an et qu’il doit faire le check-up, pour un problème de peau, ce qui est plausible. Mais ne le savait-il pas avant de signer son contrat ? Et la GRA était-i au courant que son directeur de la HRD devait retourner régulièrement en Australie pour des raisons médicales ? Il y a peut-être autre chose derrière tout cela…

D’après des informations obtenues par lemauricien de sources proches du CEO de la Horse Racing Division, ceux qui l’ont côtoyé depuis son installation à Maurice avancent que l’Australien est perturbé par les limites qu’on lui impose dans sa fonction alors qu’il est supposé être totalement autonome. Cette situation affecte son autorité et érode le respect de ses interlocuteurs.

Manque de soutien

Les évènements intervenus la semaine dernière quand il n’a pu maintenir une course supplémentaire pour le compte du MTCSL pour la journée dominicale comme rapporté par Week-End dans sa dernière édition est une nouvelle goutte d’eau qui approche du débordement du vase : Pourtant, les règlements le lui permettaient, mais il semblerait qu’au 12e étage du Newton Tower, la Gambling Regulatory Authority n’a pas soutenu ce qu’il considérait favorable à l’industrie hippique , ce qui n’est guère surprenant !

Selon des informations obtenues de ses proches collaborateurs, il récuse effectivement le fait que d’autres considérations prennent le dessus sur la priorité hippique au niveau de l’organisation des courses. Il serait de moins en moins insensible à l’ingérence outrancière, notamment de la Gambling Regulatory Authority, et les pressions d’un organisateur des courses. Tout cela met à mal, ce qu’on lui avait promis, c’est-à-dire que la HRD allait évoluer en toute indépendance.

Selon des informations glanées dans les coulisses, jeudi après-midi, on prête l’intention à l’australien d’avoir confié à certains des professionnels de courses, ses états d’âmes ces derniers temps. Un entraîneur que Le Mauricien a interrogé, hier soir, raconte que Wayne Wood lui aurait confié : «We are the professionals but they take all decisions ».

Nul n’a pu confirmer s’il se référait à la GRA de Dev Beekharry qui il est vrai, n’a jamais donné à Wayne Wood et à son équipe cette liberté de travailler en toute indépendance dans l’intérêt suprême du sport hippique. Il n’était pas toujours libre de certaines décisions majeures puisqu’il doit souvent, chercher l’avis de la GRA par le biais de son Chief Executive Officer, M. Punnusawmy. Même s’il ne s’agit pas d’administrative matters

Wayne Wood serait aussi mal très embarrassé avec l’amateurisme et les couacs  des premiers pas de People’s Turf PLC qui commis de nombreuses erreurs, les unes plus grossières que les autres depuis qu’elle a obtenu sa licence.  Comme la GRA de  Dev Beekharry est un proche du magnat des Jeux, Jean Michel Lee Shim qui est lui-même un des financiers du gouvernement de Pravind Jugnauth.

La goutte d’eau

La goutte d’eau qui aura fait sans doute déborder le vase est ce refus de la GRA d’accepter à ce que le deuxième partant de Praveen Nagadoo soit repêché pour sauver une course du week-end dernier. Pourtant les propres règlements de la HRD le permettent. Ils stipulent: « A trainer who has nominated two (2) or more horses in a race must (a) if there are fewer than eight (8) nominations in the aggregate in that race, declare two (2) horses; or (b) if there are eight (8) or more nominations in the aggregate in that race, declare at least one (1) horse but not more than two (2) horses.». Certes rien n’est dit pour un cheval qui a déjà été retiré. Mais le bon sens aurait voulu qu’il soit repêché.Ne voulant pas prendre le moindre risque, Wayne Wood avait effectivement porté la demande de la MTCSL devant la GRA au 12e étage, mais sans grand succès, ce qui l’a irrité car au fond de lui-même, il savait qu’il allait contre les règlements et surtout à l’encontre des droits de la MTCSL.

Quand il avait pris son poste à Maurice, bon nombre de turfistes étaient prêts à parier qu’il n’allait pas faire long feu car travailler avec Dev Beekharry n’est pas chose facile. Ce dernier veut tout faire à sa façon mais ce qui rend la situation encore plus difficile, c’est son entêtement de mettre à genoux la MTC Sports and Leisure.

Certes, officiellement, il a évoqué des raisons médicales pour justifier son déplacement, mais il n’est pas dit qu’il reviendra. La question qui se pose alors et de savoir qui c’est qui le remplacera pendant son absence ou s’il partait définitivement. C’est à la GRA de décider  a-t-il dit. CE qui voudrait dire que cela n’a pas encore été discuté entre eux. Il y a anguille sous roche…En tout cas les paris sont donc ouverts et nous ne sommes pas à une nomination politique près !

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour