- Publicité -

Députées gâteaux Marie

— C’est pas toi qui dis tout le temps qu’il faut plus de femmes en politique pour la rendre moins violente et plus correcte ?

- Publicité -

— J’ai pas raison de dire ça ? Nous les femmes, nous sommes plus douces, plus compréhensives, plus humaines que les hommes. Nous n’avons pas besoin d’écraser notre adversaire pour montrer que nou mem mari, comme les hommes.

— Je ne suis pas trop sûre de ça. Parfois les femmes peuvent être plus…

— Arrête de causer n’importe donc ! Quand tu dis des affaires comme ça, tu fais perdre des points à toutes les femmes. Tu dois être solidaire pour faire avancer le combat des femmes.

— Ça c’est le discours, laisse-moi te dire que dans la réalité ce n’est pas du tout pareil. Regarde ce qui s’est passé au Parlement.

— Mais de quoi tu es en train de parler là ?

— Tu ne sais pas ce qui s’est passé au Parlement la semaine dernière ?

— Franchement te dire, je ne regarde plus. Entre les députés du gouvernement qui tapent la table, ceux de l’opposition qui font des walk-outs et le Speaker qui expulse pour un oui et pour un non…

— Je sais, mais cette fois-ci c’est allé plus loin. Et on a vu de quoi certaines sont capables.

— Certaines ? Qu’est-ce qui est arrivé comme ça ?

— Jeudi la députée Stéphanie Anquetil a pris une photo de la ministre du Genre qui dormait pendant les débats parlementaires. La députée a envoyé la photo à un journal qui l’a publié sur internet. Je ne te dis pas les commentaires des internautes.

— La députée Anquetil a raison. On ne paye pas les ministres des centaines de milliers de roupies par mois pour aller faire dodo baba au Parlement !

— Le Speaker a fait faire une enquête pour savoir qui avait fait la photo et a convoqué la députée Anquetil pour lui demander de présenter des excuses.

— Pour quelle raison ?

— Il a dit qu’en faisant une photo au Parlement, la députée Anquetil n’était pas « in connection with the discharge of parliamentary duties. »

— J’espère que le Speaker a également demandé à la ministre du Genre de présenter des excuses pour avoir fait dodo pendant une séance du Parlement !

— Ça je ne sais pas.

— Mais est-ce qu’en dormant pendant une séance du Parlement, la ministre du Genre était « in connection with the discharge of parliamentary duties. » ?

— Ça je ne peux pas te dire. La députée Anquetil a présenté ses excuses et a fait une déclaration à la presse pour dire qu’elle était surprise que dans son cas, l’enquête a été rapidement faite, alors que dans d’autres, ça prenait beaucoup de temps ou n’aboutissait jamais…

— Comme l’enquête sur la voix féminine qui avait dit des gros zoure mama pendant une séance. On n’a jamais pu retracer qui c’était.

— Exactement. Et la députée a ajouté : « Voilà ce qu’est le temple de la démocratie. »

— Elle a eu parfaitement raison de dire ça.

— Mais deux députées du gouvernement ne sont pas du même avis qu’elle et que toi.

— Ah bon ?

— Oui toi. Figure-toi que vendredi soir, la députée Dorine Chuckory est venue avec une motion pour dire que dans sa déclaration, la députée Anquetil avait commis un outrage au Parlement.

— Parce qu’elle a dit « voilà ce qu’est le temple de la démocratie. » ?

— Ça même. Sa motion a été secondée par la députée Tania Diolle et approuvée tout de suite par la majorité.

— C’est pareil que quand le Speaker expulse un membre de l’opposition. On dirait que le ministre Obeegadoo a trouvé son pendant féminin pour les expulsions !

— On pourrait dire ça.

— Mais dis-moi un coup, les députées Diolle et Chuckory, ce ne sont pas elles-mêmes qui avaient mis leur nom sur les gâteaux Marie distribués pour la fête de la Vierge l’année dernière ?

— Pour un quelqu’un qui ne suit pas la politique, tu as une bonne mémoire, dis-moi !

— Comment tu peux oublier des conneries pareilles ?! C’est du même niveau que « il faut casser des omelettes pour faire des œufs ! » Alors, après la motion des députées gâteaux Marie, on a expulsée la députée Anquetil du Parlement pour combien de séances ?

— L’affaire a été référée au Directeur des Poursuites publiques pour qu’il fasse une enquête et prenne les sanctions appropriées contre la députée Anquetil et le journal qui a publié ses propos.

— Tout ça parce qu’elle a dit « Voilà ce qu’est le temple de la démocratie » ?

— Oui toi. D’après ce que j’ai compris, quand tu critiques le Parlement, tu critiques aussi le Speaker.

— Mais s’il fallait faire des enquêtes sur tous ceux qui critiquent le Speaker et la manière dont il gère le Parlement, il faudrait ouvrir des enquêtes sur au moins la moitié des habitants de Maurice ! Pourquoi tu me parlais de femmes et de politique au commencent ?

— Pour te montrer qu’en politique, les femmes ne sont pas meilleures que les hommes. Et que pour faire plaisir à leurs leaders, elles sont capables d’écraser d’autres femmes comme on a pu le voir dans cette affaire.

— Je ne te parlais pas de femmes qui font de la politique, moi. De toutes les façons, qu’est-ce que tu peux attendre de députées capables de mettre leurs noms sur des gâteaux Marie pour essayer de se rendre populaires ?

- Publicité -
EN CONTINU

l'édition du jour