— Tu sais que ma maman a failli avoir le covid ?
— Quoi ? Ne me dis pas qu’elle est allée à l’enterrement du jockey, dimanche dernier.
— Non, toi. Même si elle aurait bien aimé, jamais on ne l’aurait laissé aller.
— Mais alors ou elle a failli avoir le covid ? Elle n’est tout de même pas allée manifester pour les Palestiniens.
— Elle ne sait même pas qui sont les Palestiniens ! Non, elle a failli être contaminée quand elle est allée faire sa deuxième dose.
— Au centre de vaccination ? Tout le personnel porte des masques, des gants tout ça, là-bas. C’est comme un hôpital.
— Je te rappelle que c’est dans un hôpital que des patients allant faire leur dialyse ont été contaminés !
— Ça, c’est vrai, toi. Qu’est-ce qui s’est passé au centre de vaccination alors ?
— Tu n’es pas au courant ? Un des docteurs a été détecté positif là-bas.
— C’est pas vrai. Un docteur qui vaccinait les gens pour les protéger du covid était lui-même infecté ! ?
— Oui, toi.
— Vrai même, ce pays est en bas la haut, toi. Mais ce docteur a pu contaminer les gens qui venaient se faire vacciner ?
—. C’est ça, toi. Et comme maman venait d’aller faire son deuxième vaccin dans ce centre, on a dit qu’elle avait été sûrement contaminée. Avec sa manie d’aller causer avec les gens partout où elle va, même les gens qu’elle ne connaît pas.
— Ta maman a dû attraper une attaque quand elle a appris ça, non ?
— Nous, on était affolées, toi. Après son vaccin, comme on habite tous l’un à côté de l’autre, elle avait vu tous ses enfants et ses petits-enfants, sans prendre des précautions. On s’est dit que si elle avait été contaminée, elle avait sûrement passé le virus à toute la famille.
— C’est affolant comme situation. Moi, j’aurais eu une attaque, je te dis. Qu’est-ce que vous avez fait ?
— J’ai un cousin qui connaît un quelqu’un au ministère de la Santé…
— Mais pourquoi vous n’avez pas appelé le ministre lui-même ?
— Jagatfoncé ?
— Kisenla ?
— Jagatfoncé. Tu ne sais pas que c’est un des nicknames du ministre avec Cocorasévid ? Non, on a préféré avoir affaire à des techniciens, pas à des politiciens qui causent n’importe et disent le contraire de ce qu’ils viennent tout juste de dire.
— Qu’est-ce que votre contact vous a dit ?
— Que le ministère allait vérifier avec quelles personnes vaccinées le docteur malade avait été en contact pour faire justement un contact tracing et un test et qu’on allait nous rappeler pour qu’on vienne chercher maman pour l’envoyer en quarantaine.
— Vous avez du attendre combien de temps ?
— Attends, avant il a fallu prévenir maman qui commençait à trouver drôle que personne ne vienne la voir et que tous ses petits-enfants aient disparu d’un seul coup.
— Qui a été lui annoncer la nouvelle ?
— On est allé avec mes frères. Quand elle nous a vus arriver et comme on avait tous des têtes d’enterrement, elle a demandé qui était mort dans la famille.
— Elle a dû avoir un choc quand elle a appris la nouvelle, non ?
— Pas du tout ma chère. On était plus choqués qu’elle je te dis. Comme tu la connais, elle a tout de suite pris le commandement des opérations et demandé ce qu’il fallait faire.
— Elle n’a pas pleuré, rien du tout ?
— Pas une larme, je te dis. On lui a dit que, d’après ce que nous avait dit, elle aurait à aller en quarantaine dans un centre.
— Ça, ça a dû lui faire un choc !
— Pas du tout. Elle a dit qu’elle voulait aller dans un hôtel d’au moins trois étoiles et a demandé si on pouvait mettre de l’argent pour lui payer ça ?
— Vous avez dit oui.
— Normal. On a calculé tout de suite l’argent qu’il fallait mettre chacun pour payer l’hôtel pour faire des virements sur son compte bancaire.
— Dis-moi, elle est mari solide, ta bonne femme maman.
— Un roc, je te dis. Elle nous a dit merci, a fait la liste des mangers qu’elle voulait qu’on apporte pour elle. Puis elle a téléphoné à la famille et aux amis pour annoncer la nouvelle puis elle est allée préparer sa valise.
— Ça, tu aurais pu faire pour elle.
— Elle n’a pas voulu. Elle a choisi les robes et les affaires qu’elle voulait emmener avec elle. On aurait dit qu’elle partait en voyage.
— Heureusement qu’elle n’a pas été contaminée. Comment vous avez appris la nouvelle ?
— On nous a téléphonés pour nous dire que maman n’était pas dans le batch qui avait eu contact avec le docteur contaminé.
— Ta maman a dû être soulagée.
— On dirait qu’elle a été plutôt déçue parce qu’elle s’était bien préparée pour la quarantaine. Mais je peux te dire qu’elle a tout de suite tiré profit de la situation.
— Pourquoi tu dis ça ?
— Quand on est allés tous ensemble lui dire qu’elle n’avait pas besoin d’aller en quarantaine, tu sais ce qu’elle nous a dit ?
— De reprendre l’argent que vous aviez transféré pour payer l’hôtel ?
— Justement non. Elle dit qu’elle allait garder cet argent pour aller faire un séjour à Rodrigues quand les frontières seront ouvertes.
— Elle pense à tout. Elle est tout le temps comme ça, ta maman ?
— Toujours. Elle nous a même dit qu’elle prenait ça comme cadeau pour la fête des Mères !