Décidément, les institutions mauriciennes responsables de faire la promotion du tourisme ont de bien curieuses manières de vendre la destination. Parmi les nombreuses trouvailles censées faire les touristes du monde entier se précipiter à Maurice, il y avait eu le slogan Maurice c’est un plaisir. Une firme internationale avait trouvé ce slogan qui avait coûté la bagatelle de Rs 30 millions au contribuable. Jusqu’à l’heure, aucun rapport n’a été publié pour dire si le slogan chèrement payé a eu une incidence considérable ou pas sur les arrivées touristiques. Il y a quelque mois, les experts locaux en slogans touristiques avaient fait plusieurs brainstorming sessions pour trouver un slogan pour remplacer le précédent. Ce qui semble indiquer que malgré l’argent dépensé pour le payer, il devait être remplacé. Cette fois, on décida de confier le travail aux créatifs travaillant dans les différentes instances touristiques mauriciennes. Après plusieurs séances d’intenses cogitations, les créatifs locaux accouchèrent du slogan qui devait remplir les sièges d’avion et les chambres d’hôtel, et doubler les arrivées touristiques. Le slogan retenu était SUSMauritius. Un slogan qui, s’il avait coûté bien moins que le précédent, a valu à Maurice une grosse vague de moqueries, de détournements et de jeux de mots à partir de la première syllabe du nouveau slogan qui n’a pas été du coup beaucoup utilisé dans les campagnes de la MTPA.

On pensait qu’après le dernier slogan calamiteux, les créatifs de la MTPA allaient se calmer et étudier d’autres moyens, plus sérieux, de faire la promotion de la destination île Maurice. Surtout que nos concurrents diffusent sur les chaînes de télévision internationales des publicités très bien faites. Plus particulièrement celle de La Réunion qui donne vraiment envie d’aller effectuer un séjour à l’île sœur. Et puis l’arme fatale de la MTPA pour inciter les touristes du monde entier à se précipiter à Maurice a été dévoilée. Il s’agit d’un contrat de la MTPA avec le club de football britannique Liverpool FC. Beaucoup se sont interrogés sur la pertinence de ce contrat dans la mesure où Maurice est une destination plage et pas stade de foot, où les touristes viennent plus pour pratiquer le golf, la natation et la plongée que pour taper dans un ballon rond. Et puis, sans entrer dans les détails, on évoqua la création d’une académie de football patronnée par le club anglais et certains se disent que si c’était un moyen d’utiliser l’éléphant blanc de Côte d’Or qui a coûté plus de Rs 5 milliards aux contribuables, pourquoi pas? Bien sûr, le ministre des Sports allait s’arranger pour être sur toutes les photos officielles — avec sa famille et ses tenues plus orange les unes que les autres —, mais depuis le temps, on est habitué à ce genre de pitreries, non ? Dans la tête des Mauriciens, il s’agissait d’un geste sympathique d’un grand club de foot anglais vis-à-vis de l’île Maurice. Mais on vient tout juste de découvrir qu’il ne s’agit aucunement d’un geste sympa, mais d’un contrat de sponsorship signé entre Liverpool FC et la Mauritius Tourism Promotion Authority.

Selon les termes de ce contrat, la MTPA va payer à Liverpool FC la somme de Rs 381 millions sur trois ans pour obtenir en échange :

2 minutes d’affichage d’une publicité vantant la destination Maurice, soit six fois 20 secondes par match de Liverpool, le matériel devant être fourni à ses frais par la MTPA ;

8 billets d’entrée au stade par an pour les matchs opposant LFC à une autre équipe, que ce soit en Premier League ou encore pour la FA Cup. 4 de ces billets donnent accès au VVIP Lounge, les 4 autres aux gradins, dépendant de la disponibilité des places ;

Pour les matches amicaux de LFC, 4 minutes de pub, 2 tickets pour les matches et 10 tickets pour les entraînements ;

1 représentant choisi par la MTPA sera autorisé à se faire prendre en photo avec trois joueurs de LFC désignés par le club deux fois par an.

20 t-shirts authentiques signés par les joueurs de Liverpool seront donnés. Si la MTPA veut obtenir d’autres « merchandisings », elle aura à les payer, moins, il est vrai, une remise de 20%.

Question bête : comment est-ce que ce contrat publicitaire de Rs 381 millions — qu’on peut arrondir à plus de Rs 400 millions avec les frais pour que les représentants de la MTPA aillent assister aux matchs et se faire photographier — va profiter à l’industrie touristique mauricienne ? Décidément, pour certains au gouvernement, Maurice est définitivement un plaisir surtout quand c’est le contribuable qui paie…

Jean-Claude Antoine