— Tu as entendu ce qui se passe à la MBC.

— Qu’est-ce qui se passe encore là-bas. Le directeur a encore crazé un téléphone portable d’un employé ?

— Il n’y a pas de directeur là-bas. Il y a un adjoint qui a été suspendu. Mais avant il avait été directeur.

— Ah bon, tout ça il y a eu à la MBC ?

— Mais enfin toi, tu ne sais pas qu’à la MBC le film, il n’est pas sur le petit écran, mais dans le bâtiment et que les employés, surtout ceux qui sont chefs qui sont les acteurs ?

— Je ne regarde pas la MBC et je ne sais pas ce qui se passe là-bas et franchement te dire, ça ne m’intéresse pas.

— Tu devrais parce que c’est toi qui les payes avec la redevance télé qui est avec ton papier du CEB.

— OK, mets-moi au courant. Alors qu’est-ce qui se passe avec ce directeur qui n’est pas directeur, mais adjoint.

— Avant ça ,il avait été directeur de la MBC, mais il avait été obligé de démissionner.

— Pourquoi ?

— Parce qu’il avait été enregistré en train de tenir des propos communaux contre certaines speakerines, juste avant les élections. On l’a fait partir.

— Qui a été nommé à sa place ?

— Le président du conseil d’administration.

— Qu’est-ce que tu es en train de me raconter : le président a pris la place du directeur ?

— Ça t’étonne ? On a vu la même chose à l’IBA quand la présidente est devenue directrice générale.

— Quel galimatias.

— Et c’est pas fini. L’adjoint qui avait été obligé de démissionner est revenu à la MBC comme consultant avant d’être renommé directeur adjoint, mais avec tous les pouvoirs de directeur général, après les élections.

— Quoi ? ! Tu veux dire que le directeur adjoint qui avait été obligé de démissionner pour des propos communalistes a été renommé au même poste ?

— Tu as tout compris.

— Mais qui est ce type, quel talent exceptionnel il a comme ça pour être protégé.

— Il est le protégé de……

—… de qui ?

—… de ****** .

—… pourquoi tu cause doucement comme ça ? Je ne t’entends pas.

— Dans un pays où la police peut débarquer chez toi à six heures du matin pour un post sur internet, il vaut mieux prendre des précautions. Laisse-moi te dire à l’oreille qui le protège. C’est ******

— Mais ce n’est ni un ministre ni un député, pas même un candidat battu !

— Dis-toi que ****** a plus de pouvoir que tout le cabinet des ministres et les backbenchers du gouvernement mis ensemble.

— Mais pourquoi ****** protège l’adjoint au directeur qui a démissionné et a été repris ?

— Parce que c’est son homme à tout faire et il le fait savoir à qui veut l’entendre. C’est elle qui dirige la MBC. Il lui envoie tous les soirs la liste des sujets du JT. C’est elle qui trie, coupe et décide de ce qui doit passer ou pas dans le JT de la MBC.

— Tu n’es pas en train d’exagérer un peu là ?

— Non, je te dis ! Tout le monde sait ça. Les journaux ont même écrit là-dessus.

— S’il est hyper protégé par *****, pourquoi est-ce qu’il a été suspendu alors ?

— Parce qu’il était furieux contre un employé et qu’il a crazé son téléphone et que cela a été filmé et diffusé sur les réseaux sociaux. Et puis on a sorti une histoire de vols de serviettes et de whisky et l’ICAC a été obligé d’ouvrir une enquête.

— Si on écoute ce que l’opposition dit sur les enquêtes de l’ICAC, l’adjoint va bientôt revenir reprendre son poste à la MBC.

— C’est ce que tous ses supporters disent dans les couloirs de la MBC.

— Comme ça, il a des supporters à la MBC ?

— Tu sais comment on est à Maurice : on est toujours du côté du plus fort. Et quand on sait qui protège l’adjoint, il vaut mieux être de son côté.

— Hé ta, hé ! Comme ça la MBC est maintenant ?

— C’est comme un feuilleton en direct live, avec de nouveaux épisodes chaque jour, je te dis. Au lieu d’acheter des séries, la MBC ferait mieux de diffuser ce qui se passe dans ses locaux. Surtout avec ce qu’on vient de découvrir !

— Qu’est-ce qu’on a découvert comme ça ?

— Tu sais que dans les entreprises les employés et la direction contribuent pour une pension.

— L’employé paye 6 % et l’employeur 9 % dans une assurance et quand l’employé prend sa retraite, il touche un lump sum.

— Ça même. Figure-toi que l’administration de la MBC a… « oublié » de payer sa contribution… tu as bien entendu : la direction de la MBC a oublié de payer a l’assurance sa part pour la pension de ses employés.

— Ne me dis pas. L’administration a… oublié de payer l’assurance combien de mois ?

— Il paraît qu’elle a oublié de payer pendant plusieurs années de suite.

— Mais l’assurance, elle a aussi oublié de réclamer son argent de la MBC ? !

— Tout ce que je peux te dire, c’est que les employés de la MBC sont en train de paniquer et se demandent s’ils vont avoir leur pension quand ils vont prendre leur retraite.

— Je les comprends. Mais attends un coup : tu as bien dit que ***** a plus de pouvoir que le conseil des ministres et les backbenchers du gouvernement mis ensemble.

— C’est ce qu’on dit, en tout cas.

— Alors elle n’a qu’à donner des instructions pour que le gouvernement donne de l’argent à la MBC pour effacer l’oubli de la pension et faire revenir son protégé à la direction.

— Pourquoi elle ferait ça ?

— Pour pouvoir continuer à décider des reportages que la MBC doit diffuser dans le JT.

J.-C A