— Ecoute, je sais que tu n’aimes le Premier ministre, mais quand même tu ne trouves pas un peu exagéré tout ce qu’on lui reproche ?
— Je suis sûre que tu ne vas pas être d’accord avec moi, mais je trouve qu’il n’a que ce qu’il mérite.
— Tout de même, toi ! Est-ce qu’il n’a pas bien géré la crise de la Covid ? On est tout de même un des rares pays au monde à avoir évité l’épidémie.
— Ça, je suis entièrement d’accord avec toi. Il y a des choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord, mais dans l’ensemble il a bien fait
— Tu vois
— mais on peut pas oublier tous ces scandales sur les médicaments et les produits médicaux commandés à n’importe qui.
— Ecoute, on était en état d’urgence. Il fallait prendre les décisions rapidement
— il fallait passer par des quincailleries pour commander des médicaments ? Commander des ventillators qui ne sont même pas encore arrivés ? !
— Ayo, arrête de répéter tout ce que l’opposition dit dans les conférences de presse et au Parlement.
— Parlons justement du Parlement. Tu trouves normal que toutes les semaines on expulse et qu’on met aux arrêts un parlementaire de l’opposition
— écoute, ils font tellement de désordres et crient en disant n’importe quoi.
— Ils disent n’importe quoi ou ils posent les questions qui dérangent ? Et pour ce qui est de crier, ils ne peuvent pas battre le loud speaker. Il paraît que son adjoint est en train de faire pareil. Il paraît qu’on doit lui présenter des excuses tout le temps maintenant. Même si on cause avec son voisin !
— Ayo, arrête de répéter comme un perroquet ce que l’opposition dit. En tout cas, tu es obligée d’admettre que dans l’affaire du Wakashio le Premier ministre a fait appel à l’aide internationale et l’a obtenue.
— Après combien de jours ?
— Pourquoi tu me poses cette question ?
— C’est pourtant simple : après combien de jours ton PM a fait appel à l’aide internationale ?
— Mais qu’est-ce que ça peut faire le nombre de jours ? L’essentiel c’est qu’il a fait ce qu’il fallait faire pour sauver le pays.
— Tu sais combien de jours ton PM a pris pour faire ce qu’il fallait, comme tu viens de le dire : douze jours ! Pendant douze jours, le gouvernement n’a rien fait alors que les ONG tiraient la sonnette d’alarme.
— C’est pas pour défendre le PM, mais dans ces affaires de marée noire et de sauvetage, il y a des protocoles et des conventions à respecter.
— Arrête de répéter ce que le gouvernement dit ! S’il avait écouté les ONG et fait appel à l’aide internationale depuis le lendemain du naufrage, on n’aurait pas connu cette marée noire.
— Tu sais on ne peut pas se fier à tous les ONG. Beaucoup sont avec l’opposition et ne ratent aucune occasion pour critiquer le gouvernement.
— En tout cas, ils avaient raison de dire que si on ne faisait rien on pouvait avoir une marée noire.
— On ne pouvait pas prévoir, toi. Les experts avaient dit que le temps était mauvais.
— C’est parce que le temps était mauvais qu’il fallait prendre des mesures pour éviter la catastrophe pendant qu’il était encore temps !
— Ecoute : on a été victime de la malchance.
— Non, pas du tout : on a été victime de l’incompétence du gouvernement !
— Voilà que tu recommences a parler comme l’opposition et la presse
— Tu fais erreur : je parle comme tous les Mauriciens qui sont scandalisés par ce qui s’est passé à Pointe d’Esny.
— Ecoute, c’est un malheur qu’on ne pouvait pas prévoir. Arrête de faire comme ces journaux et ces radios qui roulent pour l’opposition.
— C’est pour ça que ton PM a interdit à l’Express et Top FM de couvrir sa conférence de presse cette semaine ?
— Il a raison, toi. Ils n’ont aucun respect pour lui et sa famille. Ils écrivent et disent n’importe quoi. Ils n’ont aucun respect pour le poste qu’il occupe ! C’est comme cette journaliste de la BBC, celle qui a interviewé le PM. Tu as entendu la question qu’elle a osé lui poser ? ! ! !
— Qu’il devait présenter des excuses aux Mauriciens pour son manque de réaction après le naufrage ? C’est LA question qu’il fallait poser.
— Et puis quoi encore ? On ne parle pas comme ça à un Premier ministre, enfin ! C’est une insulte, toi !
— Tu trouves. Tu sais ce que ton PM devrait faire pour montrer son mécontentement ?
— Qu’est-ce qu’il devrait faire, selon toi ?
— Interdire la diffusion des émissions de la BBC à Maurice pour montrer qu’il n’est pas d’accord avec la question que la journaliste a osé lui poser !