Me Yahia Nazroo, l’avocat de Nandanee Soornack, a logé une motion lundi pour la révocation d’un mandat d’arrêt émis contre Nandanee Soornack sur le territoire mauricien. Il soutient de ce fait que la police a abusé des procédures de la Cour en formulant une demande pour un mandat d’arrêt, sachant que Nandanee Soornack n’était pas à Maurice.
Les débats sur la motion logée par Me Yahia Nazroo, réclamant la révocation d’un mandat d’arrêt émis contre sa cliente Nandanee Soornack, ont eu lieu hier en cour correctionnelle de Port-Louis, devant la magistrate Adila Hamuth. Me Nazroo a parlé d’abus de procédures de la Cour par la police, pour avoir formulé une demande pour qu’un mandat d’arrêt soit émis à l’encontre de Nandanee Soornack sur le territoire mauricien alors qu’elle ne s’y trouve pas. Me Nazroo souligne que la police savait que Nandanee Soornack n’était pas à Maurice quand elle a formulé cette demande. L’homme de loi soutient que si la police était au courant de la date du retour de Nandanee Soornack à Maurice, les choses auraient été différentes. La police,poursuit-il, n’a aucune information de la sorte et de même, ne sait pas si elle compte retourner à Maurice. D’autre part, Me Nazroo relève qu’il n’y avait pas de charges provisoires logées à l’encontre de sa cliente à ce stade et qu’un mandat d’arrêt sans qu’une charge provisoire ne soit logée résulte en un abus de procédures de la part de la police. Dans le code pénal mauricien, dit-il, aucune loi ne parle de mandat d’arrêt international ; la loi existante parle d’un mandat d’arrêt qui doit être émis dans un des districts de la République de Maurice.
Me Raj Bangallee, qui représente le DPP, a rétorqué que la loi sur l’émission d’un mandat d’arrêt se trouve dans l’article 4 de la District and Intermediate Court and criminal Jurisdiction Act. Dans ce cas, dit-il, toutes les conditions ont été respectées selon les dispositions de la loi pour qu’un mandat d’arrêt soit émis. Il soutient que la loi est assez vaste dans ce sens et que le législateur n’a pas mentionné qu’un suspect doit obligatoirement être présent à Maurice pour qu’un mandat d’arrêt soit émis. L’intention est d’émettre un mandat d’arrêt entre-temps et qu’il reste en vigueur jusqu’à son exécution.
Après les débats, la magistrate Hamuth a indiqué que son Ruling serait prononcé ultérieurement. Pour rappel, Nandanee Soornack a été arrêté en Italie jeudi dernier et depuis elle a regagné son domicile sous certaines conditions imposées par la Cour de Justice de Parme. Le tribunal de Port-Louis avait émis trois mandats d’arrêt internationaux contre elle : deux pour blanchiment d’argent allégué dans l’affaire Dufry/Frydu et l’achat d’une maison à Floréal, et un troisième mandat d’arrêt a été émis pour délit allégué dans l’affaire Roches-Noires.