Dans quelques heures, la présidente de la République, Ameenah Gurib Fakim va définitivement quitter la State House et les clés du château du Réduit vont donc être remis à Barlen Vayaporee qui assumera l’intérim de la seule femme chef d’Etat en Afrique. Le gouvernement pourra le confirmer dans cette fonction ou nommer quelqu’un d’autre avec l’aval du Parlement dans les emaines qui viennent.

La Présidente de la République était sous forte pression depuis les révélations de ses dépenses abusives et personnelles réglées à l’aide d’une carte bancaire par l’ONG Planet Earth Insititute (PEI), dirigé par le très controversé milliardaire angolais, Alvaro Sobrihno, en février dernier. Mme Gurib-Fakim avait répliqué mercredi qu’elle, « n’ayant rien à se reprocher »

Après avoir annoncé avoir tout remboursé à PEI et résisté à la pression du gouvernement mauricien pour qu’elle quitte ses fonctions, elle a dû plier bagage après avoir institué une commission d’enquête qualifiée d’illégale par le premier ministre Pravind Jugnauth. La commission devait enquêter notamment sur les éventuelles activités du milliardaire angolais Alvaro Sobrinho à Maurice, ainsi que sur l’utilisation de la carte bancaire de PEI.

Auparavant, elle avait, selon le PM, promis de démissionner après les fêtes du 50ème anniversaire de l’indépendance avant de se raviser et d’entamer une guerre de nerfs contre le gouvernement. Finalement la scientifique et biologiste de renommée internationale a soumis sa démission « dans l’intérêt national ». Son entourage lui prêtait l’intention de révélations fracassantes lors d’une déposition à la police et d’une conférence de presse. Finalement elle devrait faire une annonce solennelle à la nation.

A 58 ans et en poste depuis juin 2015, elle met donc aujourd’hui un terme au feuilleton politique qui a marqué les esprits de ce début d’année 2018.