Que vous cherchiez un resto près de chez vous, à commander un livre, à vous renseigner sur un itinéraire ou à écouter une chanson, les assistants vocaux sont là pour vous aider. Mais si la guerre bat son plein entre Google Assistant, Alexa et Siri, tous n’ont pas les mêmes capacités et particularités. Le temps, donc, de faire le point.

Le contrôle vocal “intelligent” est dans l’ère du temps. Plus besoin d’interrupteur ou de télécommande quand on peut diriger tout notre domicile avec la voix. C’est du moins la belle promesse des constructeurs. Les enceintes avec assistants vocaux veulent à tout prix se faire une place au sein de nos domiciles connectés. Entre promesses marketing et réalité, il convient donc de vérifier la réelle pertinence des solutions proposées par Google, Amazon et Apple.

Trois géants américains, trois visions différentes, mais une seule cible : vous !
Disons-le d’emblée, pas question ici de comparer les capacités sonores des enceintes, mais plutôt d’analyser les capacités des assistants à interagir avec la voix. Des instructions les plus basiques comme “Quelle heure est-il ?” aux plus complexes comme “Ajouter un rendez-vous le 14 juillet à 15h dans mon agenda”, les moteurs d’intelligence artificielle ont tous une réponse et un temps de traitement différents. Première étape : la configuration. Chaque assistant a besoin de se connecter au WiFi local afin d’aller chercher les résultats sur les serveurs de sa maison mère. Ici, c’est Apple qui mène la danse haut la main. Difficile de faire plus simple comme installation ; en moins d’une minute, Siri est prêt. En seconde position on a Google. La procédure se fait via l’application Google Home. La procédure est presque aussi automatisée que du côté d’Apple, mais légèrement plus longue. Du côté d’Amazon Alexa, l’application est lourde, avec de gros temps de chargement entre chaque page.

Regardons maintenant du côté des demandes, à commencer par la culture générale. Pour les ordres très simples, comme demander la météo, les résultats sont très serrés. Google Assistant se montre cependant un peu à la traîne face à Siri et Alexa pour des questions du genre “Quelle est la taille de la Tour Eiffel ?”. Pour des commandes complexes, comme d’ajouter une liste de courses, c’est différent. Sans grande surprise, Google Assistant profite de sa plus grande expérience et est le seul capable d’ajouter un rendez-vous à un agenda ou même de dire quel est le prochain rendez-vous à venir dans une journée. Siri, lui, est totalement largué.

Apple à la traîne

Si la recherche musicale peut s’apparenter à des commandes complexes, les résultats sont là aussi éloquents. Google Assistant est ainsi probablement le plus précis dans ses recherches. Il arrive même à trouver des groupes ou des morceaux dont les noms sont écorchés ! Là encore, Siri a plus de mal, surtout si la prononciation n’est pas correcte et bien articulée. Mais Alexa, de son côté, patauge carrément dans la recherche musicale.
Avoir un assistant efficace dans ses réponses est déjà un bon début. Mais l’expérience pourra être entachée par des temps de réponse trop longs. C’est malheureusement le cas de Google qui prend parfois jusqu’à 10 secondes pour avoir une réaction suite à une commande… Alexa et Siri s’en tirent bien mieux, répondant presque instantanément aux ordres. On y gagne indéniablement en confort. Un assistant virtuel se doit aussi de savoir faire beaucoup de choses pour attirer les futurs utilisateurs dans son giron. À ce titre, Google et Alexa sont les plus complets, Siri faisant office de très mauvais élève. Il est en effet actuellement incapable de lire de la musique sur d’autres services qu’Apple Music, il ne sait pas acheter un billet de train ou autre… Chaque réponse négative est une frustration de plus.

Le respect de la vie privée est un autre point important. Faire rentrer une enceinte connectée dans son domicile, c’est en effet accepter l’écoute permanente d’un géant américain. Une perspective pas vraiment rassurante… C’est pourquoi il existe des moyens de limiter l’écoute en coupant les microphones intégrés aux enceintes. Du moins, chez Amazon et Google. En effet, la HomePod d’Apple n’est dotée d’aucun interrupteur physique pour désactiver l’écoute permanente de Siri.

Il reste un dernier point où la balance peut pencher, celui de l’écosystème. Chaque constructeur profite en effet de ses propres services pour se distinguer. L’assistant du géant de Mountain View peut ainsi profiter de l’appui de la fonction Cast pour se démarquer, un simple ordre permettant de lancer un film ou une vidéo YouTube sur votre TV. Amazon, elle, dispose d’une grosse puissance avec ses services de vente à domicile et le Prime.

Alexa peut ainsi passer des commandes sur le site Amazon rien qu’avec la voix. Apple a de son côté un écosystème très fermé, ce qui ne facilite pas les choses… La compatibilité avec le large catalogue Apple Music est néanmoins un plus indéniable.

Résultat final : Google Assistant et Alexa sont ex aequo de ce combat de titans. Les différences entre les deux assistants intelligents sont vraiment minimes et le choix final se fera finalement plus sur vos goûts et votre budget. Apple arrive malheureusement bon dernier. Siri est vraiment en retard sur ses homologues, n’étant pas aidé par un écosystème très fermé et un manque de compréhension du français très pénalisant au quotidien.