Le ministre des Infrastructures publiques Anil Bachoo a affirmé à plusieurs reprises qu’il ne croit pas au « blame game ». C’était dans la journée d’hier lors d’une déclaration au Mauricien dans la zone sinistrée de Canal Dayot. « La situation est telle qu’il faut apporter un soutien immédiat aux familles victimes de ces inondations et trouver une solution à long terme », a-t-il ajouté.
Anil Bachoo affirme avoir effectué de nombreuses visites dans le quartier décrété zone sinistrée à Canal Dayot depuis les inondations de samedi. La première chose à faire, soutient le ministre des Infrastructures publiques, est d’apporter un soutien immédiat aux familles victimes de ces inondations.
« Je suis content que les Mauriciens de même que les organisations non gouvernementales et les firmes privées aient rapidement manifesté leur solidarité envers les sinistrés. Nous avons lancé un appel pour un don de couvertures et de matelas que nous avons eu », dit Anil Bachoo en soulignant qu’il faudrait maintenant organiser la distribution.
Après le nettoyage des lieux et des maisons, affirme le ministre, « nous allons procéder à l’élargissement et à l’amélioration des drains. Une équipe de techniciens compétents travaillent déjà dessus pour trouver une solution globale ». « Nou pa kapav fer enn par enn… Nou bizin fer li bien », précise-t-il.
À une question sur le dragage du canal Dayot, qui selon des habitants, « ne se fait pas régulièrement », Anil Bachoo déclare : « Mo pa kapav fer komenter aster-la. Mo bizin gagn tou bann renseigneman dabor. » « Mo pa kapav zoue ek al kont lanatir. Dan lager avek lanatir, nou perdan. Nou bizin tir leson de seki finn arive. »
Le ministre observe « kan lev drain pou netoye, nou trouv boukou debri, sac plastik… ». Cependant, poursuit-il, « nous ne sommes pas ici pour faire des commentaires alors que le pays est en deuil. Nous devrons aussi par la suite faire l’éducation de la masse ». Il dit ne pas vouloir entrer dans un « blame game. Mo pa kroir ladan ditou ».
À une question sur les spécificités de construction, notamment en ce qui s’agit les parkings souterrains, le ministre note que le Caudan a été construit dans les années 90. « Seki pe point ledoi, ena kat ledoi ki pointe ver limem. Ki sann-la ti konstrir Kentucky, Air Mauritius, Rogers ? Ki sann-la kinn couver ? Mo rapel mwa. Mo konn tou me mo krwar dan blame game. Antan ki gouvernan nou pran nou responsabilite. »
Concernant les commentaires qui fusent sur les travaux routiers vers la capitale, Anil Bachoo soutient : « Mo pe redir, mo pala pou fer komenter. Me les mo dir ki ena dimounn pe dir ring road kinn finn provok sa. Mo dir : nothing can be worse than this untruth. C’est purement démagogique. » Il soutient que ce sont des ingénieurs anglais, égyptiens et indiens qui ont travaillé dessus et selon les rapports qu’il a reçus, tout a été fait selon les normes. D’ailleurs, dit-il, « pena enn gout delo lor sa sime la. Tou drain inn perform kouma bisin. »
Il observe qu’avec les 152 m3 de pluie qui se sont déversées sur la capitale en deux heures samedi, « bizin craz 1/3 Port-Louis pou kapav accomodate evakuasion sa delo-la ». « Nou ena enn responsabilite anver popilasyon. Nou pa bisin exagere. Se enn kalamite, nou bizin konn zer li. Nou res avek dimounn, nou ekout zot. Nou pou fer tou seki humaineman posib pou fer tou retourn ala normal pli vit posib ».