À Maurice, les courses de chevaux sont réputées. En revanche, l’équitation peine à se faire connaître. Même si elle peut être un simple loisir, cette discipline est un sport à part entière. Il ne s’agit pas seulement d’apprendre à monter à cheval. Comme dans d’autres centres équestres, Stéphanie Jauffret, à Cavalia à Cascavelle, tente de démocratiser cette pratique et faire découvrir aux petits et aux grands plusieurs facettes de l’univers d’équitation.

La pratique de l’équitation nécessite l’association d’un cavalier et d’un cheval. Ce couple ne doit former qu’un pour pouvoir évoluer dans de bonnes conditions. Pour cela, le cavalier doit apprendre à monter et dresser son cheval, bien se positionner dessus et connaître les allures.

De manière générale, l’équitation est décrite comme l’art de monter à cheval. Mais elle peut aussi se définir autrement. Tout d’abord, l’équitation est une rencontre entre le cheval et son cavalier. Pour Stéphanie Jauffret, directrice et chef instructrice de l’école d’équitation Cavalia, “il faut surtout instaurer une complicité et une compréhension”. L’équitation n’est pas envisageable s’il n’existe pas une passion pour le cheval. “Cet élément clé, parmi tant d’autres, est important afin que l’échange se déroule dans la joie, la bonne humeur et le respect mutuel. Chacun, le cavalier comme le cheval, doit s’épanouir pleinement et y trouver du plaisir.”

Les trois allures.

Avec la course à pied, l’équitation est le sport le plus ancien, car il est aussi vieux que l’histoire de l’homme. Chevaux et autres montures ont été utilisés à des fins diverses : pour les transports, les combats de chevaliers ou l’agriculture. Du cheval sont nés des sports comme le polo, le jumping, le dressage, l’attelage, le parcours complet. Les disciplines d’équitation sont très nombreuses et variées. Les sports équestres comptent trois disciplines olympiques : saut d’obstacle, dressage et concours complet d’équitation. “À Maurice, ce sont les courses hippiques qui passionnent de nombreux adeptes. En ce qui concerne l’équitation, les Mauriciens connaissent un peu le saut d’obstacle, qui parvient à être médiatisé de temps à autre.”

L’équitation est un sport qui se pratique principalement dans un centre équestre. De préférence un qui soit affilié à une fédération internationale, gage de son sérieux et de son professionnalisme. L’objectif, au début, est d’acquérir les bases pour mieux progresser. Des cours d’équitation existent pour tous les niveaux, de débutant à cavalier confirmé. Dans un premier temps, il faut apprendre à préparer le cheval : “comment le panser, le seller et le brider”. Puis, tenir à cheval, en respectant une bonne position et maîtriser sa monture aux trois allures : le pas, le trot et le galop. Ce n’est qu’après que les instructeurs pourront aborder les autres disciplines équestres comme la voltige. En termes d’équipement classique, “seulement si vous êtes décidé à pratiquer régulièrement l’équitation”, il faut s’équiper d’une bombe, d’une paire de bottes et d’un pantalon d’équitation.

Rendre les gens heureux.

Chez Cavalia à Cascavelle, la possibilité d’être en communion avec un cheval peut se faire à partir de 3 ans. “Il n’y a pas de limite pour apprendre à monter à cheval. J’ai des pratiquants qui ont commencé à 70 ans et qui sont de bons cavaliers. Notre objectif est avant tout de rendre les gens heureux. Et vous n’avez pas besoin de faire des compétitions ou des prouesses pour être heureux”, confie la directrice.

Monter à cheval ne demande pas d’efforts musculaires intenses, mais une tonicité contrôlée des jambes, des fesses, du dos, de la ceinture abdominale et des bras. Pour diriger l’animal tout en suivant ses mouvements naturels, l’équitation requiert que l’on exerce sur son corps (ses flancs, son encolure et sa bouche) une pression légère permanente, qui s’accentue pour donner des ordres.

Pour Stéphanie Jauffret, qui évolue dans l’univers de l’équitation depuis plus de vingt ans, il est important “de démocratiser ce sport, de montrer aux gens, même avec peu de moyens, que l’équitation est accessible à tous et qu’elle est extrêmement vertueuse. Le cheval fait du bien à l’homme, peu importe son origine, son objectif, son âge ou son identité sociale”. En effet, au-delà de l’aspect sportif, l’équitation comporte d’autres bienfaits : physique, psychologique et mental. “Cette discipline développe la confiance en soi, permet de se rééquilibrer émotionnellement et affectueusement.”